Archives du mot-clé T-Pain album

T-Pain & Lil Wayne « T-Wayne » @@@½


Alors je ne sais pas si vous avez une bonne mémoire, mais il est vrai qu’à la fin des années 2000 il était question d’un projet commun entre T-Pain et Lil Wayne, c’était vers 2008 à peu près. Imaginez l’affiche : deux artistes au sommet de leur popularité, deux superstars dont le point commun était d’utiliser l’autotune à foison, au point de s’interroger s’ils n’allaient pas s’en greffer un dans la trachée. Le chanteur de « Buy U a Drank » venait de sortir Three Ringz et Lil Wayne n’est pas redescendu de son piédestal après l’énorme carton de Tha Carter III. C’étaient aussi les rois incontestés  des featurings en  à ce temps-là.

Nomde de cette collaboration => T-Pain x Lil Wayne => FUUUU-SION => T-Wayne.

Lire la suite T-Pain & Lil Wayne « T-Wayne » @@@½

T-Pain « REVOLVEЯ » [Deluxe Edition] @@½


Alors comme ça, il paraît que Revolver est censé être l’album le plus original de T-Pain, l’artiste d’Akon plus connu pour être le grand responsable de la vulgarisation mondiale de l’autotune dans la musique urbaine. C’est ce qu’on va essayer de voir à travers ces quatorze nouveaux titres. Lire la suite T-Pain « REVOLVEЯ » [Deluxe Edition] @@½

T-Pain « Thr33 Ringz » @@@


T-Pain, le monsieur autotune du rap/r&b. Je vais vous raconter l’histoire d’un type qui a vulgarisé le nouveau gadget à la mode dans la monde de la musique. Dans la vie, T-Pain s’appelle Faheem Rasheed Najm, il n’est pas beau gosse, porte des dreads, lunettes noires et des dents en or pour se donner un style, joue du clavier dans sa chambre et ne sait pas bien chanter du tout. Jusqu’au jour où il découvrit l’autotune, cet appendice digital permettant à un mauvais chanteur de traffiquer sa voix comme un robot. Sa vie bascula du jour au lendemain comme par enchantement.

De simple producteur parfaitement anonyme, il est devenu à 20 ans un auteur à succès. Sentant chez lui un potentiel artistique et financier considérable, Akon le signe sur son label Konvict Muzik, et quelques mois plus tard, voilà T-Pain sur les chaînes musicales avec ses tubes « I’m Sprung » et « I’m In Luv With A Stripper ». Les gens l’aiment, ses pairs l’apprécient et le sollicitent… Il sort Epiphany, son deuxième album qui devint disque de platine grâce au hit « Buy U A Drank », clin d’œil au mouvement éphémère snap music. C’est la gloire qui vient vers lui, il devient un acteur majeur de la scène r&b, les gens veulent entendre sa voix digitale et ses productions très rythmées. Halala, comme le succès rend beau, et les gens sourds. Car sans son ami l’autotune, T-Pain, pour de vrai, il a une voix de canard, comme le prouve cette prestation scénique qui a tourné au vinaigre : 

Vous avez vu comme il chante faux ? Marrant hein ! Et dire qu’à cause de lui, beaucoup de rappeurs et chanteurs greffent cet autotune à leur micro pour se mettre à la page. Beaucoup de journalistes disent qu’il a la « Midas touch ». Ils n’ont pas tort, les artistes qui collaborent avec lui ont chopé le virus : Lil Wayne, Kanye West,… Et d’autres encore, comme 50 Cent (« Rider pt 2 »), Ron Brownz et bientôt notre Booba national usent de cet artifice à la mode. Ça fout la trouille hein. Revenons-en au sujet avec Thr33 Ringz, la tournée de T-Pain dans ce grand cirque qu’est le monde du showbiz US. 

Lire la suite T-Pain « Thr33 Ringz » @@@