D.R.A.M. « Big Baby D.R.A.M. » @@@@


Dans le flot ininterrompu de sorties de ces derniers mois, des têtes émergent d’un genre cross-over à base de trap et de soul/r&b. Il s’appellent Ty Dolla $ign, Tory Lanez, Bryson Tiller et voici le petit dernier, D.R.A.M.. Et il aime les chiens, sûrement un chouette gars. Allons voir ça avec ce Big Baby D.R.A.M.

Inconnu encore il y a deux ans, D.R.A.M. (pour ‘dope real ass music’) n’a pas tardé à attirer l’attention de Warner. Après une première mixtape en Mars 2015, #1EPIC, l’artiste de Virgnie est convié tout de suite après sur le projet Surf de Donnie Trumpet, et c’est d’ailleurs ce musicien qui lui produit le tout premier morceau « Get It Myself« . Une chanson d’introduction au message simple et motivant où l’on découvre son timbre de voix, qui rappelle qu’on est jamais mieux servi que par soi-même, qu’on n’a rien sans rien, alors faut se bouger le cul. Et c’est exactement ce qu’il fait.

Les choses démarrent sérieusement avec « Misunderstood« , sur un instru à base de guitare et piano qui évoquent les ballades rock des années 80. La personnalité de D.R.A.M. se dessine un peu plus à travers sa façon de s’exprimer, en y mettant de l’intention, de l’investissement dans sa façon de poser, parfois maladroitement mais toujours avec beaucoup de sincérité et de sensibilité. S’il arrive qu’il ne soit pas tout à fait en phase avec les instrus, comme sur « In A Minute« , les oasis de fraîcheur que sont « Monticello Ave » et « Sweet VA Breeze » sont hautement appréciables. Avec cette capacité de switcher de chanteur à rappeur et inversément, on peut attribuer à cet individu assez original des points communs avec un Cee-Lo Green ou Phonte. Un point positif de plus : sa voix est autotune free. On est plus dans le « vrai ».

Avec des extraits comme le single double-platine « Broccoli » et « Cash Machine » avec leurs notes de pianos entraînantes, l’humeur est au beau fixe. D.R.A.M. change facilement de registre comme de slips, passant d’un titre house music (« Outta Sight« ) à tempo trap soulful comme sur « In House » et « Change My # » dans un style slow-jam, et ça reprend sur « 100%« . Peu de guests, deux sont chanteurs de musique piège à la mode, Young Thug (« Misunderstood« ) et Lil Yachty sur le fort sympathique « Broccoli« , et là… là! une apparition divine, Erykah Badu se connecte sur « WiFi » et des petites étoiles pétilles dans les oreilles. La magie.

D.R.A.M. est très fort, il ne fallait pas grand chose pour que Big Baby D.R.A.M. soit meilleur que ce qu’il est en l’état, à savoir un premier essai plein de bonnes idées et de bonnes ondes et qui met de bonne humeur, mieux, un coup de coeur. On l’aime déjà. Un nouvel artiste à suivre, nul doute qu’il fera mieux la prochaine fois.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s