Makaveli (2Pac) « The Don Killuminati: The 7 Day Theory » @@@@@


7th Day Theory est un disque symbolique dans la brève mais fructueuse carrière de 2Pac. La pochette en est-elle même aussi explicite que le contenu, voir 2Pac crucifié laissant penser à sa résurrection. Sa fascination lucide pour la mort le rattrapa quelques semaine avant la sortie de cet opus posthume en Novembre 96, Tupac se faisant assassiner en voiture dans un drive by shooting, accompagné de son boss rescapé, Suge Knight. Ce cinquième album, enregistré en à peine 7 jours, est comme un testament, un dernier message d’Adieu en douze morceaux.

Retrospective réécrite en 2007


Autre remarque cruciale, Tupac a volontairement changé son pseudo d’origine pour opter pour Makaveli, dont les références à l’ouvrage de Machiavel laissent libre cours aux fantasmes de ses fans : à savoir mourir pour ressusciter encore plus fort. Et le nombre de doubles albums posthumes qui ont suivi ont de quoi nous laisser perplexe. D’autres n’auront pas arrêté de disserter sur la prétendue théorie des 7 jours.

Beaucoup de mystères entourent cet album, au point que l’aura de 2Pac s’en est vue mystifiée, en plus d’être légendaire et visionnaire. Il est devenu l’une des figures les plus emblématique du Hip Hop de, et plus encore après son décès. Et beaucoup d’autres rappeurs se sont mis à le plagier depuis. Certes Tupac était très médiatisé et la guerre DeathRow/Bad Boy Records était au centre de toutes les polémiques. Toute la Westcoast était derrière ce rappeur charismatique et génial. Don Killuminati – The 7th Day Theory tombait à pic, au moment où cette lutte intercostale en était à son paroxysme.

”It’s not about East or West/Its about niggaz and bitches, power and money, riders and punks/Which side are you on ?”

Une mise en garde glaciale annonçant le terrible « Bomb First (2nd Reply)« . Le Shakespeare de la côte ouest a parlé. Vient après le mythique « Hail Mary« , à l’instrumental mortuaire et au refrain d’anthologie.

« Come with Me/Hail Mary/Run quick see, what do we have here/Now, do you wanna ride or die/La dadada, la la la la ».

A la vie à la mort comme sur « To Live And Die In LA« , une chanson ironiquement agréable (qui sample « Do Me » de Prince) où 2Pac vous livre a posteriori une forme d’au-revoir, bien qu’il fut tué à Las Vegas.

Sulfureux, 2pac n’hésite pas à satisfaire la gente feminine avec le très chaudard « Toss It Up« , invitant des géants du r&b des années 90, K-Ci & Jojo et Aaron Hall (Guy). Shakur s’enflamme et jouit en incendiant le crew Bad Boy et même Dr Dre sur le couplet final. « Puffy, I read your little interview buddy, c’mon/You still ain’t touchin us, all that peace talk/I don’t care if you kiss my ass from here to across the street boy »;

« Still down for that Death Row sound, searchin for paydays/No longer Dre Day, arrivederci ».

Nerfs à vif. Il montre ici sur The 7th Day Theory sa colère et sa frustration, muni de lyrics réfléchis et vindicatifs à la fois, comme sur « Krazy » et « White Manz World« …

Les Outlawz le rejoignent une dernière fois sur « Life Of An Outlaw« , un dernier hymne à la Thug Life. Les enseignements Black Panther instruits par sa mère Afeni se font ressentir aussi sur « White Man’s World« , tableau mélodramatique d’un jeune Noir victime d’un esclavage omniprésent des blancs, à l’extrême limite du discours pro-black. Vous frôlez la folie quand vous écoutez « Me And My Girlfriend« , la manière telle que 2Pac décrit son arme à feu comme sa ‘girlfriend’ a fait de ses ennemis ses fans ! Preuves sont les différentes reprises. Néanmoins, l’original sera toujours inégalé. Les versions de Jay-Z, Toni Braxton ou encore Mariah Carey lui arrivent à peine à la cheville. Une aventure des Bonye & Clyde version ghettos de LA sentant la fumée des tirs de balles. Un dernier plaidoyer avec « Against All Odds« . Une conclusion trop vite arrivée malheureusement. Tupac Shakur a définitivement recraché toutes ses balles avec ce dernier album, torse-nu, sans gilet pare-balle. Un recueil de poésie et de rage meurtrière

All Eyez On Me est probablement un des plus grands double-albums de rap dans l’histoire de la musique, mais The Don Killuminati The 7 Day Theory est incontestablement le plus sincère, le plus vrai et le plus furieux de la discographie de 2Pac. Vous avez ici un Picasso, un album complexe décrivzant un homme tout aussi complexe, si différent que vous serez déconcertés quand vous l’entendrez pour la première fois, mais qui vous saisira les tripes pour toujours, car comme tous les chefs d’œuvre qui ont fait l’histoire, sa valeur est inestimable, sa richesse est inépuisable. All Eyez On Me était un album commercial, ce que l’auditoire a voulu entendre. Dans celui-ci, Tupac dit juste ce qu’il a à dire, sincèrement, directement, ne parle ni de putes ni d’argent, mais combat un système et des ennemis, humains comme idéologiques. Don Killuminati sera une oeuvre gravée dans les mémoires à tout jamais.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s