David Banner « Certified » @@@@


Les récents événements météorologiques ont dévasté l’état de Mississippi, mais solide comme un roc, David Banner a su faire face à la catastrophe et débarque en France avec sa rage qu’on lui connaît et son aigreur de sa voix caractéristique. Après deux premiers albums sortis à un intervalle de 8 mois seulement et vendant au total plus de 800 000 copies de ‘Mississippi The Album’ et sa suite ‘Baptized In Dirty Water’, le rappeur/producteur revient avec nouveau disque dont le titre ‘Certified’ connote ses ambitions et sa soif de reconnaissance. Ce descendant d’esclaves noirs possède tous les atouts nécessaires pour devenir le nouvel homme fort du Dirty South et son meilleur représentant : stature imposante, revendicateur, leadership, musicalité puissante, dirty bien bounce et le blues typique des états du sud.

Note : les événements météos dont il est question font référence à l’Ouragan Katrina.

Nerveux et énergique, David Banner reste monstrueux dans sa façon de poser. L’ouverture « Lost Souls » permet de se (re)familiariser avec son style unique et sa personnalité vraiment à part dans le paysage Dirty South. Pour rappel, c’est lui qui ouvre le film ‘2 Fast 2 Furious’ avec « Like A Pimp », donc si ça vous dit quelque chose… (C’était pour la parenthèse). Donc, tout l’album est produit par David Banner lui-même à quelques exceptions près, à commencer par le crunk « Treat Like Me » de Lil Jon avec Jadakiss en featuring. Il est vrai que ‘Certified’ est très riche en collaborations. La plus étonnante se trouve en fin de disque (« Crossroads »), le meilleur pour la fin si vous voulez, avec le groupe de rock Grout pour un mélange détonnant étonnant. Connexion Mississippi-Tennessee avec les Three 6 Mafia et 8Ball-MJG, les légendes urbaines de Memphis, sur « Gangster Walk » qui est à coup sûr l’une des grosses bombe de son 3e album. Dans ce même panier de tueries, on pourra y rajouter le fédérateur « On Everything » boosté grâce à Twista et « Ain’t Got Nothing ». Le point commun que vous trouverez entre Banner, les Dead Prez et Talib Kweli est le côté conscient et pédagogue qu’on retrouve sur « Ridin’ ».

Maintenant place au quart d’heure pour adulte histoire d’appâter le public féminin, un reproche peut-être mais David Banner n’en garde pas pour autant sa langue dans sa poche et son tact. La partie commence avec le beat puissant de « 2 Fingers » feat Jagged Edge avant d’appeler les pompiers, faire sonner les sirènes pour éteindre l’incendie qui survient sur « Play » et ses chuchotements, gémissements ultra suggestifs. Et là, vous vous dites qu’il perpétue la mode des ‘whisper song’ qui a démarré avec « Wait » des Ying Yang Twins, normal puisque c’est de nouveau Mr Collipark qui gère la production. À vous de voir quelle est la meilleure chanson des deux ! On continue avec « Fucking » qui se passe de commentaires, de et avec le crooner/producteur Jazze Pha pour la touche posée style ambiance de début de soirée. Terminus avec « Thinking Of You » feat Case, finissant l’instant X avec une touche plus soft.

Dans le rayon des coups de cœur, on peut s’attarder sur le très bon « Westside » qui décrit l’amour et le respect que porte David Banner pour la côte californienne et ses rappeurs légendaires de Long Beach à la Bay Aera. Mais là où David se dévoile plus intimement et musicalement parlant, c’est sur la ballade « My Life » accompagné par une guitare sèche à la mélodie de toute beauté : C’est tout le Mississippi en un seul morceau.

Avec ‘Certified’, David Banner frappe un grand coup dans la porte du rap mainstream, rejoignant des valeurs sûres telles que Ludacris ou T.I.. Toujours déchaîné et authentique, il diversifie ses horizons et exploite son réel potentiel artistique en nous gratifiant au final d’une des meilleures sorties sudiste de l’année.

2 réflexions sur « David Banner « Certified » @@@@ »

  1. Salut Sagittarius , je suis un grand admirateur de ton blog , je trouve tes critiques plus que formidables. Je voudrais savoir si t’avais déjà fais une critique de « Exclusive Audio Footage » des Clipse (Entièrement produit par The Neptunes, c’est pas toi le méga fan de Pharrell? ;-) ) ou « Original Pirate Material » de The Streets? Ce serait sympa d’avoir ton avis sur ces albums :-) Merci !

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s