Belly « Mumble Rap » [mixtape] @@@½


Ne considérez pas Belly comme un rookie de 2017, le gaillard n’est pas né de la dernière pluie. Belly est un rappeur d’origine palestinienne qui a démarré sa carrière il y a plus d’une décennie déjà, avec un premier album nommé The Revolution qui, sans faire d’écho par chez nous en Europe, a été disque d’or au pays qui l’a vu grandir, le Canada. Sa progression a été lente mais les graines qu’il a semé a fini par porter ses fruits, puisqu’en 2005 Roc Nation lui propose un contrat, en or aussi.

Et là tout s’accélère avec les mixtapes suivantes, notamment Up For Days (avec The Weeknd, Travis Scott et French Montana) qui lui a permis de décrocher un contrat chez Roc Nation et puis Inzombia, sa dixième (!), sortie l’an dernier. Enfin remarqué après tout ce temps à trimer, il s’associe cette fois au producteur Boi-1Da (Drake, Eminem, Kendrick Lamar, Mobb Deep…), avec une autre mixtape, mais une vraie, sur format cassette, à l’ancienne! Chouette idée.

Pourquoi appeler ce projet « Mumble Rap« ? L’intéressé vous répondra  « j’ai trouvé le terme irrespectueux, parce que j’adore ce que fait la jeune génération. […] Tout provient de cette génération alors les rabaisser et les étiqueter ‘mumble rappers’ je trouve ça putain de nul, explique-t-il. Le rap est supposé évoluer, il est supposé faire de choses nouvelles. Et c’était ma façon à moi de redorer ce terme. » Dans le fond, Belly n’est-il pas le diminutif de « rebellious »? Qu’on se le dise. En tout cas cette mixtape n’est pas du mumble rap tel qu’on l’entend et « Immigration to the Trap » n’est pas de la trap pure et dure, mais plutôt le genre de son qu’on a pu entendre sur le dernier EP de Dave East.

Il n’y a pas que Boi-1da derrière ce projet, mais également Ben Billions, T-Minus, DannyBoyStyles… Des noms que l’on retrouve sur pas mal de sorties mainstreams ces dernières années (Lil Wayne, Rick Ross, etc…). Et il y en a pour tous les goûts, des vibes r&b sur « The Come Down is Real Too« , du laid-back mélancolique sur « Lullaby« , pour emphaser la douleur, la peine, jusqu’à l’emo-rap (« All Alone« ) tant qu’à faire. Mes oreilles ont détecté un sample de de « Voyages » de Michel Polnareff sur « Papyrus » et il est magnifiquement bien utilisé ce titre sombre et froid une nuit d’Hiver. Tout ça pour dire que les instrus sont sélectionnés avec soin, ce qui témoigne du côté raffiné de Belly.

L’unique featuring n’est autre que Pusha T (sur « Alcantara« ), mais sincèrement, il n’y avait pas besoin de convive pour amuser la galerie car Belly est un bon lyriciste qui s’agenouille devant Jay-Z et désigne Biggie ou Big L comme d’autres de ses modèles. Belly semble être un chic type connaît ses classiques et les bonnes manières de rapper, avec toujours une formule qui fait mal sortie de nulle part. « I turned snowflakes into an avalanche », « I ain’t got sympathy for my own tears », ou bien « devil’s trying to buy my soul but it’s too expensive », « if you hate it suck a dick ’till your neck hurts » sur « Bobby Brown », un des morceaux phare de Mumble Rap; ou encore les premières rimes teintées d’ironie sur sur « Clean Edit« , « ‘this shit is stereotypical’, blame rap, yeah, very original ». Des comme ça, il y en a des tas.

Sûr qu’on va s’en souvenir de Mumble Rap. Belly y déploie toutes ses qualités et déblaie le terrain avec cette mixtape. La consécration va bientôt arriver.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s