The Game « The Documentary 2.5 » @@@@


The Game avais juré ceci : The Documentary 2 sortira en 2015. Il l’a fait, et il a sorti une semaine après le 2.5. Explication. Plutôt que de sortir un double-album, le rappeur de Compton a préféré le scinder en deux parties séparées avec une semaine d’intervalle. Stratégie commerciale ? Peu importe, l’idée n’est pas mauvaise. La crainte que l’on peut légitimement avoir avec cette seconde partie, c’est qu’elle ne contienne que des left-off de la première, or il s’avère que The Documentary 2.5 pèse autant que le 2, voire plus. Normal, avec 700 morceaux enregistrés (Game est un peu marseillais sur les bords), il était compliqué de se tromper.

Une ligne ou deux pour le skit en piste qui reprend une interview de Game à propos de son beef avec 50 Cent, absent logiquement de ces deux disques. Pour le « deux point cinq », on ne reprend pas les mêmes (exceptions faites du beatmakre Bongo et de Will.I.Am) et on refait les choses un peu autrement par rapport au Documentary « deux tout court ». Là encore on compte une foule de gros requins du rap game qui ont collaboré avec leur hôte par le passé, tels que Lil Wayne (vraiment bon sur le refrain de « From Adam« ), Nas, Busta Rhymes et DJ Quik qui a été son DJ en tournée par le passé. À ce propos qu’il est bon ce « Quik’s Groove (The One) » ! Pas le meilleur qu’il ait réalisé mais niveau ambiance G-Funk, on en redemande. Le vétéran de la Bay Area E-40 est aussi de la partie sur « Outside » sur un beat typiquement Westcoast co-produit par Travis Barker.

The Documentary 2.5 fait surtout la part belle à la génération californienne en marche en associant les hippies noirs Jay Rock et ScHoolboy Q sur « Gang Bang Anyway« , YG et Ty Dolla $ign avec Problem sur le funky « Up On The Wall » (produit par le légendaire Battlecat), son protégé Skeme et bien d’autres. Des autres qui ne sont pas n’importe qui. À commencer par Anderson .Paak, la grande révélation de Compton de Dr Dre. Le chanteur d’Oxnard pose sur deux des premiers morceaux du 2.5 (« Magnus Carlsen » et « Crenshaw/80s & Cocaine« ). Eux aussi révélés sur Compton, King Mez (le ghostwriter du docteur), le chanteur Justus et Jon Connor font un tir groupé sur la boucherie « Moment of Violence » (avec DJ Khalil qui balance du lourd).

Est-ce utile de répéter qu’on a affaire à un disque de gangsta-rap californien. Pas mal de tracks sont là pour le rappeler le dilemme entre le bleu et le rouge comme « Gang Bang Anyway« , le très beau « Gang Related » (avec Asia Bryant elle aussi figurant sur Compton) et le « My Flag/The Homies » avec Jay 305, RJ, Skeme, Joe Moses, Mitchy Slick (ex-Strong Arm Steady, AD et Ty$. Ce ‘cypher’ monstrueux vous est proposé par DJ Mustard qui place deux instrus dangereux à la suite. Retour à l’ère Reagan avec « Crenshaw/80s & Cocaine » (produit par THX/Fredwreck et Travis Barker) avec une touche old school pour le contexte. The Documentary 2.5 contient aussi cet incroyable morceau écrit sur le mystère de la mort de 2Pac avec le témoignage de Scarface.

Solide, consistant, cette seconde partie du deuxième documentaire est irrégulière par moments. « The Ghetto » qui convie Nas n’est pas mauvais mais Will.I.Am s’est raté pour la prod. Après, contrairement à The Documentary Ier, Dr Dre n’est pas derrière pour mixer les morceaux ce qui aurait sans doute élevé les deux The Documentary 2 à un autre niveau encore (c’est pour cela que je n’ai pas rajouté de demi @ sur celui-ci). Parmi les titres à retenir, « Intoxicated » avec Dion (ex-Aftermath aussi) et un caméo du mythique DJ EZ Dick pour Wballz, un son très classe pour les ladies, et « Like Father Like Son 2« . C’est une belle suite, où The Game fait poser ses deux fils et Busta Rhymes chante le même refrain que l’original, le tout sur une prod d’Alchemist.

Conclusion générale sur les disques faux-jumeaux The Documentary 2 et 2.5, on peut dire que The Game a vraiment tout donné sur ces 36 morceaux (incluant la bonus track « El Chapo » feat Skrillex). Il a pu retravailler avec ses mentors Dr Dre, Ice Cube, Nas, Scarface ainsi qu’avec la jeune garde les Black Hippy au complet et de chez Pushaz Ink (YG, Ty Dolla Sign, Joe Moses…). Bien entendu il manque Just Blaze, Scott Storch, Focus, Hi-Tek et le demi-Dollar. Il était question de travailler avec Swizz Beatz, les Neptunes et Timbaland mais soit ça n’a pas pu se faire, soit les titres n’ont pas été retenus. À dans 10 ans pour The Documentary 3? Le californien aura 45 ans, c’est jouable.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.