Archives du mot-clé Jay 305

YG « Stay Dangerous » @@@


Il y a eu du changement pour Stay Dangerous, ce troisième album major du Young Gangsta de Bompton. Après la brouille avec DJ Mustard, remplacé au pied levé par DJ Swish sur le très bon Still Brazy il y a deux ans de cela, le revoilà derrière les manettes avec son compère des Bloods, comme au début. Puis le nom du label Pushaz Ink qui est devenu 4Hunnid Records. Changement j’ai dit?

Lire la suite YG « Stay Dangerous » @@@

Ty Dolla $ign « Campaign » [mixtape] @@@½


Il y a les albums digitaux gratuits… et les mixtapes digitales payantes. Ce n’est pas un concept nouveau, la vente de mixtapes existe depuis sa création sur format K7 dans les années 80. Seulement, depuis que les pays industrialisés ont démocratisé Internet dans les foyers, le support physique a été naturellement supplanté, sans être voué à disparaître, parce cela nécessitait de copier des cassettes, presser des vinyles ou graver des CDs (investissement matériel et temporel), que ça prenait de la place pour stocker, etc… Pour les producteurs de mixtapes, que ce soient des DJs ou des rappeurs, simplement convertir ses oeuvres en mp3 sur un site ou une plateforme accessible à tous, que ce soit de téléchargement ou de streaming, c’est devenu tout bénef, d’autant plus que ce marché parallèle était à l’époque trop limité géographiquement, alors passer de l’échelle locale (ville) à partout sur la planète où l’on peut taper « www »…

De nombreux rêves allaient se concrétiser à condition de sortir de la mêlée, comme toujours dans le rap, car avec la dématérialisation de la musique conjugué à l’avènement du home-studio, n’importe qui peut techniquement faire parler de lui. Conséquence, le nombre de mixtapes a explosé exponentiellement sur le Net et le marché est devenu over-saturé. Pour sortir la tête de l’eau dans cet océan, il faut y croire et avoir un coup de main providentiel, par un autre rappeur confirmé, un producteur avisé, un blog/site spé… Dans le fond, rien n’a vraiment changé, chacun veut se battre pour devenir populaire par tous les moyens possibles, juste que les paramètres ont changé : plus de facilité et rapidité de création, mais une compétition proportionnellement plus féroce.

Dès lors que les artistes hip-hop/rap se sont mis à privilégier le format numérique pour faire connaître leur musique partout dans le monde, phénomène qui s’est généralisé vers la fin des années 2000, pour nous, les auditeurs accolés nos ordinateurs, iPod ou smartphones, confortablement habitué au téléchargement gratuit, c’était cadeau puisque ça ne coutait rien de découvrir de nouvelles choses. À vrai dire depuis Napster, Kazaa, Emule, Mediafire, Wetransfer et compagnie. Sauf qu’il y a quinze ans la première « génération digitale » était considérée comme de vilains pirates, traitée de voleurs par des gens trop vite doublés par la vitesse de cette musique numérique et incapable de s’y adapter. Le fait que des artistes en herbe, ou parfois même des poids lourds -qui entre nous faisait partie de cette génération de consommateurs hors-la-loi- ont saisi l’intérêt de faire parvenir des projets gratuits, que ce soit des mixtapes ou mieux, des albums (Dom Kennedy, Nipsey Hussle, 50 Cent et Run The Jewels restent de très bons exemples), quitte à ne savoir plus quoi écouter tellement c’est inondé, un verrou a comme sauté. Légal et pas besoin de voir débiter un compte en banque souvent dans le rouge à la fin du mois, et profitable pour l’artiste ou le groupe en terme de notoriété et de buzz.

2016, la norme est au streaming, vive la musique en libre accès. Mais si vous voulez vous procurer un album, ça ne change pas il faut sortir les $$$ et vous avez le choix entre iTunes & Cie, le CD, le vinyle… Pareil pour certaines catégories de mixtapes « haut de gamme », redevenues ‘payantes’. Et ça peut être agaçant, comme devoir payer une taxe après avoir profité d’une exonération. Nous revoilà a point de départ de ce petit laïus, c’était pour introduire cette nouvelle mixtape de Ty Dolla $ign, Campaign, qui arrive en plein affrontement entre Trump et Hillary Clinton, mais cette campagne-là n’a rien à voir avec la politique.

Lire la suite Ty Dolla $ign « Campaign » [mixtape] @@@½

Polyester the Saint « American Muscle » @@@@


En voilà une très bonne de surprise, et qui tombe à pic pour la saison estivale, et peut-être l’été indien et les nuits plus longues. Le nom de Polyester (avec ou sans the Saint) ne vous parle pas forcément, à moins d’en connaître un rayon en matière de rap westcoast. Lui en tout cas, il en est un de fin connaisseur. Cet artiste de L.A. et fondateur de son propre label Hellagood Records a collaboré pour de nombreux artistes, allant de Dom Kennedy à U-N-I, Pac Div  à Too $hort, E-40, ou bien encore J*DaVeY et les Sa-Ra. Allons faire un tour avec American Muscles pour voir, qui n’est pas son premier coup d’essai, mais à son cinquième.

Lire la suite Polyester the Saint « American Muscle » @@@@

YG « Still Brazy » @@@@


Comme on passe de Compton à Bompton, Still Crazy devient logiquement Still Brazy. Dire que cette séquelle de My Krazy Life était attendue avec impatience tient de l’euphémisme, tellement ce premier album  de YG avait créé la surprise à sa sortie au point de s’installer parmi les immanquables de 2014.

Lire la suite YG « Still Brazy » @@@@

The Game « The Documentary 2.5 » @@@@


The Game avais juré ceci : The Documentary 2 sortira en 2015. Il l’a fait, et il a sorti une semaine après le 2.5. Explication. Plutôt que de sortir un double-album, le rappeur de Compton a préféré le scinder en deux parties séparées avec une semaine d’intervalle. Stratégie commerciale ? Peu importe, l’idée n’est pas mauvaise. La crainte que l’on peut légitimement avoir avec cette seconde partie, c’est qu’elle ne contienne que des left-off de la première, or il s’avère que The Documentary 2.5 pèse autant que le 2, voire plus. Normal, avec 700 morceaux enregistrés (Game est un peu marseillais sur les bords), il était compliqué de se tromper.

Lire la suite The Game « The Documentary 2.5 » @@@@

Chris Brown & Tyga « Fan of a Fan : The Album » [Deluxe Edition] @@½


On s’était dit « plus jamais ça » depuis les deux loupés de R Kelly & Jay-Z avec leurs Best of Both Worlds. Et pourtant… Chris Brown et Tyga viennent de sortir leur projet cross-over Fan of a Fan, en précisant – comme il est dit – qu’il s’agit d’un album. Parce que historiquement, leur premier collaboration remonte à 2010 avec une mixtape du même nom. C’est vrai que le rappeur de Young Money et le chanteur r&b ont pas mal de points communs, ils haïssent Drake et ne pensent qu’à ça non-stop. Ils ont manqué de préciser que c’était un album porno…

Lire la suite Chris Brown & Tyga « Fan of a Fan : The Album » [Deluxe Edition] @@½

YG « Blame it on the streets » [soundtrack] @@½


Entre le moment où j’ai écouté cette soundtrack et le moment où j’ai commencé à taper ces mots, il s’est passé un truc incroyable : YG et DJ Mustard, qui ont tous deux été mutuellement à l’origine du succès de My Krazy Life (un des albums rap les plus marquants de 2014) et de leurs carrières respectives, se sont ouvertement clashés sur les réseaux sociaux pour une sombre histoire d’impayés, mutuels aussi. En attendant de savoir si l’auteur du gimmick « Mustard on da beat hoe » et le producteur-phare-du-moment-prochainement-has-been en sont venus aux mains, voici ce que je pense de la BO de Blame it on the Streets.

Lire la suite YG « Blame it on the streets » [soundtrack] @@½

DJ Mustard « 10 Summers » @@½


Tout le monde ne parle que de ce producteur depuis des mois, et son nom va bien finir par nous monter au nez. Et pour cause. DJ Mustard est le producteur westcoast « qui fait le buzz ».

Dijon McFarlane (Dijon, moutarde… vous l’avez?) est à l’origine de hits comme « Rack City » de Tyga, « Or Nah » de Ty Dollar $ign, il possède dans son annuaire perso des noms comme -au pif- Dom Kennedy, will.i.am… Mais c’est surtout son implication sur l’album My Krazy Life du rookie YG qui le mettre en avant. Soutenu par Roc Nation, le label de Jay-Z, le jeune beatmaker tient à capitaliser ce succès soudain en publiant ce qui devait être l’album rap de l’été, 10 Summers.

Lire la suite DJ Mustard « 10 Summers » @@½