Usher « Here I Stand » @@@1/2


 

Qu’est-ce qu’Usher a pu bien mijoter pendant ces quatre ans de pause musicale : un tas de choses pour tenter de concilier vie privée et carrière. Depuis son duo avec Alicia Keys, il est venu faire de rares apparitions sporadiques aux côtés de Jay-Z, R Kelly (sur son single « Same Girl ») et sur le dernier Mary J Blige, et puis c’est tout. Pour savoir ce qu’il se tramait en coulisse, il suffisait de faire une revue de presse people et mater de temps à autre les chaînes musicales. Alors qu’il annonçait partout dans les journaux qu’il nageait dans le bonheur et qu’il allait tout nous raconter sur son prochain album, sa fiancée enceinte Tameka Foster, son ancienne styliste de neuf ans sa cadette, contrecarre ses plans de retour en laissant courir une rumeur de mariage, une union qui finit par se concrétiser en Juin 2007.

Usher retente de faire parler de son come-back « pour bientôt », mais c’est là qu’arrive un heureux événement, puisqu’il devient fin Novembre papa d’un petit garçon (baptisé Usher Raymond V), et en Janvier 2008 une tragique nouvelle, le décès de son père. Des bobards nous informent que Tameka maintient une emprise sur son mari de chanteur pour qu’il se consacre plus à sa vie de famille qu’au studio. Puisque ça se passe comme ça, le producteur Polow Da Don balance intentionnellement sur Internet des extraits de l’album attendu encore en cours de gestation : « Dat Girl Right Here » avec Ludacris, « Love in this Club » qui devient rapidement un single puis un énorme hit, et « Moving Mountains » qui laissait entendre que Timbaland était à la prod. Branle-bas de combat, le buzz s’amplifie démesurément, dans le but de provoquer une sortie en trombe. Le pari marche : Usher se grouille pour mettre la touche finale à Here I Am, cette 5e œuvre censée décrire ce nouveau chapitre de la vie du chanteur r&b. Bon ça, c’est fait comme on dit.

 

Maintenant ça y est, l’album est commercialisé et on se l’arrache comme le best-seller annoncé d’une personnalité qui dévoile ouvertement des détails croustillants sur sa vie personnelle. Son banger « Love in this Club » invite Young Jeezy (haaahaaa), superficiel comme d’hab, Nelly, Diddy et Kanye West pour le clip, Lil Wayne et Beyonce sur le remix part 2 (l’avant-dernière piste de Here I Am). Lil Jon ne figure pas sur la liste du carré VIP, dommage pour lui, il n’est plus hot à l’heure qu’il est, et on est désolé pour Ludacris, sur une autre liste, celle des abonnés absents. Hum, Usher parle de faire l’amour dans le club, mais pas touche à la nana canon, tu as la bague au doigt Ush’, c’est fini maintenant de se taper des groupies !

C’est là qu’il en arrive à « This Ain’t Sex » (produit conjointement par Tricky Stewart & Jazze Pha et The-Dream qui se sont mis en quatre), un son plutôt groovy sur lequel Usher raconte qu’il ne baise plus, dorénavant il fait l’amour pour de vrai et honore de tout son cœur son âme soeur. Un pas vers l’âge adulte qu’il explique aussi « Before I Met You », tournant la page du Usher polisson qu’il était avant de rencontrer sa dulcinée Tameka. Il lui trouve « Something Special » et l’aime amoureusement (le down-tempo « Love You Gently » va devenir une langoureuse musique de chambre signée Dre & Vidal).    Les confessions intimes sur sa situation continuent avec « Appetite » (produit par Danja), en sous-entendant que c’est dur d’être fidèle à une seule femme, malgré qu’il soit comblé de bonheur (il doit avoir la quéquette qui le démange), et il finit tout de même par commettre un impair en retournant accoster en boîte avec la réplique de blaireau « What’s Your Name », un titre dancefloor où Will.I.Am refait la mélodie grillée du synthétique « Sweet Dreams » à l’envers. Mais fort heureusement, Usher se fait pardonner dignement avec « What’s A Man To Do » pour consolider son couple.

À la réalisation de Here I Am, Usher s’est entouré du groupuscule de producteurs crémeux que l’on retrouve sur les sorties r&b actuelles, à savoir Tricky Stewart (avec The-Dream ou Jazze Pha), Bryan-Michael Cox, Danjahandz, Jermaine Dupri, Stargate et Ne-Yo (sur « His Mistakes »)… Pas étonnant que ce disque sonne pareil que les Mariah Carey, Janet Jackson et Mary J Blige. Enfin presque. Les ballades sont bien faites à défaut d’être courantes (« Trading Places » et « Moving Mountains » produit non pas par Timbo mais ce vilain copieur de The-Dream qui nous trahit avec son synthé), c’est la voix et l’interprétation d’Usher qui marque une fois de plus la différence. Son duo avec Jay-Z sur « Best Things » est très plaisant grâce à son beat hip-hop, en tout cas bien plus leur précédente collabo ratée par Pharrell (sur Kingdom Come). Son épanouissement l’a conduit vers des instrumentaux orientés nusoul, comme « Something Special » (produit par JD) où Usher est accompagné d’une guitare sèche, le très beau « Lifetime » légué par son petit frère JLack et le titre de fin, « Here I Am » (qui cache la ‘hidden track’ « Will Work For Love » produit par JR Rotem). Ce qui sera intéressant de voir à l’avenir, c’est si Usher va continuer vers cet horizon soulful, et combien de temps il va entretenir une vie rangée.  

 

Dupri avait expliqué dans ses interviews que le chanteur a mûri et qu’il a appris à devenir un homme responsable. En effet, ça se confirme à l’écoute de Here I Stand qu’Usher Raymond entre en phase de maturité, sans l’avoir forcément atteinte du point de vue artistique. Cela peut s’expliquer par le fait que l’album a été conçu durant cette période de transition entre le Usher jeune homme et le Usher futur trentenaire. On regrettera aussi un manque frappant de conviction pour imposer cet album face aux petits nouveaux qui ont débarqué pendant son break, comme Ne-Yo et Chris Brown qui viennent chasser sur ses terres et piquer ses anciennes conquêtes.

Ce n’est pas assez ambitieux et pas très impressionnant comparé à Confessions qui a frôlé le disque de diamant aux States, manquant de rejoindre le CrazySexyCool des TLC. L’épisode qui intéresse les gens après avoir rangé cet opus, c’est est-ce que Usher va divorcer si l’on en croit les potins ? Tameka l’a-t-elle réellement trompé en retournant dans son ex-lit conjugal ??? 

Une réflexion sur « Usher « Here I Stand » @@@1/2 »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s