Marco Polo « Port Authority » @@@@


Dans les livres d’histoire, Marco Polo est un marchand vénitien du XIIIe siècle et découvreur du monde de l’Orient et Extrême-Orient. Celui que nous connaissons aujourd’hui est un producteur qui a migré de Toronto à Brooklyn pour conquérir l’underground de la Eastcoast avec ses pierres précieuses : on lui doit « Do It Man » de Masta Ace (tiré de son dernier classique A Long Hot Summer) et quelques collaborations avec les divers membres du Boot Camp Clik (Tek & Steele, Sean Price,…). Un bagage déjà prestigieux qui lui a valu de porter le blason de la maison Rawkus Records, le prodigieux label qui vit actuellement son deuxième cycle. Encore à l’aube de sa jeune carrière, Marco Polo se voit déjà s’acquitter d’une lourde tâche : réaliser son premier album qu’est Port Authority.

Qualifier ce disque de compilation serait une injure, la pléthore de MCs d’élite qui parsème la tracklist laisse largement deviner la qualité de cet album, provoquant instantanément cette espèce de douce euphorie chez n’importe quel hip-hopeur averti. Jugez-en par vous-même : OC, Copywrite, Masta Ace, Ed OG, Buckshot, Kardinal Offishal, Kool G Rap, Sadat X, Kev Brown, Large Professor, Wordsworth, A.G. et bien d’autres… Comme le scande Marco dans son introduction, « Hip Hop is not dead ! ». C’est relativement vrai, Port Authority le confirme amplement. Il faudrait écrire un chapitre entier pour décrire chacun des dix-sept morceaux, alors autant parler des joyaux et perles qui constituent les pièces majeures de l’opus. « Nostalgia » en compagnie de Masta Ace est à mettre sur un piédestal, tout est agencé à la perfection : une ambiance qui justifie bien le titre, un instrumental conçu à merveille, le flow et les rimes. Les puristes et les amateurs s’y retrouveront à coup sûr. La ville de Boston est dans la place, représentée par le légendaire Ed OG et son poulain Jaysaun sur respectivement « Time and Place » et « All My Love », deux tracks remarquables. Autres tueries annoncées : « War » feat Kardinal Offishal, le laid-back « Go Around » feat Buckshot, « Heat » avec Supastition, bref quasi tout le disque.

Outre les morceaux solo, Marco Polo a réalisé quelques combinaisons intéressantes. La dream team de Half Tooth Records, à savoir Kev Brown, Kenn Starr, Oddisee, Cy Young & Kaimbr, se ressemble autour de « Low Budget All Stars », tandis que « Rollin’ » met les Brand Nubian, The Beatnuts et les D.I.T.C. en tête d’affiche avec le trio de vétérans Sadat X, A.G. et JuJu. Et pour conclure sur un clin d’œil aux Tribe Called Quest, Marco reprend le sample de « Electric Relaxation » pour « Settle Down » feat J*Davey. Il est certain que les débuts de Marco Polo avec ce Port Authority vont poser leurs empreintes dans le Nouveau Testament de Rawkus et de la scène new-yorkaise il va de soi. Pourquoi ? Il suffit de l’écouter…

Une réflexion sur « Marco Polo « Port Authority » @@@@ »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s