T.I. « Trouble Man: Heavy is the Head » @@@@


On s’inquiétait sérieusement pour la carrière de T.I. Ses très gros ennuis judiciaires depuis 2007 qui ont conduit à ces incessants aller-retours en prison (qui se sont achevés le 31 Août dernier) auraient pu entamer ses ambitions. Son précédent disque No Mercy, bien que certifié or, était tristement anecdotique, probablement parce qu’enregistré dans la tourmente. Mais c’est mal connaître le bonhomme. On se rappelle comment en 2004 il était revenu avec vengeance avec Urban Legend après avoir essuyé plusieurs mois derrière les barreaux et de nombreux dossiers devant la justice (agression, violation de sa probation…). C’est ce qui se passe à nouveau avec ce 8e LP Trouble Man: Heavy is the Head. Enfin presque.

C’est sur un sample de « Trouble Man » de Marvin Gaye que T.I., 32 ans, repart du bon pied avec « The Introduction« . L’ardoise sera dure à effacer donc autant reposer de bonnes bases sans trop se soucier du passé proche. Il se met à la page en invitant les jeunes pousses Meek Mill sur « G Season« , en mettant la même intonation que pour le slogan « G Unit » de 50 Cent (moins le ‘G G G G G’), et A$AP Rocky sur le très bon « Wildstyle » (co-produit par No I.D.). Mais Tip est surtout de retour pour réaffirmer qui est le patron, lui qui a démocratisé la trap muzik dans le mainstream au début des années 2000. Et pour cela, il se reconnecte avec l’excellent DJ Toomp, son producteur de toujours à qui il doit parmi ses meilleurs titres, avec « Trap Back Jumpin’« . Que ça fait plaisir d’entendre le T.I. nerveux et belliqueux, Bankhead ! Il remet ça sur « Who Want Some » et « Adresses » (prod T-Minus), un diss subliminal envers ceux qui lui auraient manqué de respect (Alley Boy?). Le rappeur a aussi a également rappelé Brian Kidd et Jazze Pha, qui ont collaboré sur I’m Serious et Trap Muzik.

T.I. peut toujours compter sur son statut de platine pour faire appel à des stars pour Heavy is the Head, comme R Kelly qui apporte sa touche de classe sur « Can You Learn« . Lil Wayne est convié sur le hit « Ball« , un banger sudiste dancefloor très inspiré des travaux d’un certain Mannie Fresh. En tout cas c’est redoutable. Evidemment Andre 3000, comme d’habitude, braque les projecteurs sur lui, cette fois en posant un très long couplet personnel sur « Sorry« . Mais comparé à « Sixteen » sur God Forgives I Don’t de Rozay, la moitié des Outkast ne vole pas tant que ça la vedette à son hôte, T.I. le précède de deux couplets bien fournis. Autre membre de la Dungeon Family, Cee-Lo agrémente le refrain de « Hello« , produit par Pharrell. En revanche on se serait bien passé de la chanteuse P!nk et d’Akon sur deux des titres les plus pop de Trouble Man (« Gun’s & Roses » et « Wonderful Life« ), surtout que Akon ose reprendre un bout de « Your Song » d’Elton John. Limite scandaleux… « Cruisin’ » (prod Lil C) aussi fait partie de ces morceaux mainstreams à tendance pop que T.I. nous assène depuis Paper Trail. On préfère à la place se passer sur ‘repeat’ l’excellent « The Way We Ride » (prod 1500 or Nothin’). Un refrain ‘screwed and chopped’, une vibe laid-back avec de bonnes basses et vous avez le morceau idéal pour rouler soleil couchant.

Ce n’est pas qu’on n’y croyait plus mais T.I. vient de redonner un nouvel élan à sa carrière en signant son meilleur album depuis King…! Pas à pas, il remarche vers son trône que beaucoup ont convoité durant ses absences épisodiques, sur lequel il se rasseyera sur la suite de Trouble Man, He Who Wears the Crown.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s