Archives du mot-clé Star Trak

Robin Thicke « Paula » @@@


Ce qui devait arriver, arriva. Il ne manquait plus qu’une photo de paparazzi pour illustrer le fait que Paula a largué ce Casanova de Robin Thicke. Et ceci alors qu’il surfait sur le succès mondial de son single « Blurred Lines » avec Pharrell, le tube de l’été 2013 (si vous ne le saviez pas, vous étiez dans une caverne avec Eric Zemmour), tiré de l’album très commercial du même nom. Il faut avouer qu’on se demandait si Robin n’allait pas déraper à tourner autour de filles toutes nues et d’autres comme Miley Cyrus qui ont fait un twerk bien placé alors qu’il chantait aux MTV VMA avec son costume de Beetlejuice.

Lire la suite Robin Thicke « Paula » @@@

Robin Thicke « Blurred Lines » @@@


On l’entend très souvent à la radio, son single « Blurred Lines » avec Pharrell et T.I.. Et son clip totalement NSFW, n’en parlons pas,  et toutes ses parodies à gogo, même l’enseigne Boulanger s’y est mise. Bien entendu, on est toujours ravi de voir un chanteur de r&b d’une classe aussi folle que Robin Thicke rencontrer du succès à la faveur de la saison estivale, mais avec son album Blurred Lines, ce ne sera pas auprès de son public habituel.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Robin Thicke « Love After War » @@@@½


Robin Thicke n’a pas attendu les premiers flocons pour réchauffer les cœurs avec Love After War. Le bellâtre du label Star Trak nous propose pas moins de vingt nouvelles chansons douces et chaleureuses, comme une couette bien chaude sous laquelle les couples feront la paix à l’horizontale.

Lire la suite Robin Thicke « Love After War » @@@@½

The Game « The R.E.D. Album » @@@


Contrairement à ce que l’on pourrait croire, The RED Album n’est pas qu’une simple allusion à la couleur sang du gang des Bloods dont fait partie Jayceon Taylor alias Game, il s’agit selon lui d’exprimer à nouveau son entier dévouement (‘re-dedication’ en US) à son quartier de Compton.

 L’enregistrement de ce quatrième album a été relativement long, deux années en tout et pour tout pendant lesquelles Game a joué des chaises musicales … Lire la suite de cette chronique sur Now Playing »

N*E*R*D « Nothing » @@@@


De rien, les N*E*R*D sont partis. Ils ont claqué la porte de la maison de disque Virgin, ils ont mis à la porte la chanteuse Rhea avant même qu’on ne l’entende brailler (pour éviter de faire la même erreur que les Black Eyed Peas avec Fergie?) et de toute façon, puisque les morceaux préparés pour ce quatrième opus ne leur convenaient guère, ils ont tout balancé par la fenêtre au dernier moment. Quand on s’appelle les Neptunes et qu’on est les meilleurs hitmakers de la décennie, ça n’a, mais alors, absolument RIEN d’un caprice. La matérialisation de leur créativité a donné Nothing, et c’est beaucoup mieux que rien.

Lire la suite N*E*R*D « Nothing » @@@@

Game & DJ Skee « The Red Room » (mixtape) @@@½


Game (sans le ‘the’) a définitivement réalisé la meilleure opération de l’année de 2010 : en plus de publier son prochain album chez Star Trak, le MC de Compton a renouvelé son ordonnance chez Aftermath. Le RED Album sera produit par les Neptunes et Dr Dre, de quoi rendre jaloux tous ses haters, parmi eux 50 Cent dont Before I Self Destruct n’est toujours pas disque d’or six mois après sa sortie (alors qu’il a fallu trente fois moins de temps pour ses trois premiers LPs). Tant pis aussi pour Bishop Lamont qui aura passé sa carrière dans la salle d’attente du docteur mais quand on s’appelle Game et qu’on est un Blood, on passe en urgences.

Et comme ce gigantesque buzz ne suffisait pas, DJ Skee et Game offrent généreusement cette net-tape gratuite, The Red Room, avec en prime un nouveau mix de son méga-freestyle de vingt minutes (!!!) « 400 Barz » et d’autres exclusivités. Qui peut le stopper maintenant ?

Lire la suite Game & DJ Skee « The Red Room » (mixtape) @@@½

Robin Thicke « Sex Therapy : the session » @@@@


Il est beau-gosse, il a trop la classe, il chante très bien et aucun mec n’en est jaloux tellement c’est un gentleman sympa. Et désolé pour vous mesdames, son couple fonctionne à merveille puisque lui et sa femme, la mannequin Paula Patton, attendent leur premier enfant pour 2010.

Aujourd’hui arrivé à son quatrième album, le crooner du label Star Trak profite de son statut de valeur sûre de la soul/r&b pour diversifier son catalogue. Portant cette référence à Marvin Gaye, Sex Therapy se veut plus flashy et moins vintage, plus osé et moins romancé, plus dancefloor que down-tempo, avec plus de collabos que de solo. Avec ces atours, Robin Thicke se veut plus divertissant et magnétique, tout en gardant son style et son charme.

Lire la suite Robin Thicke « Sex Therapy : the session » @@@@

The Fast & The Furious Soundtrack @@@


Huit ans que les amateurs de tuning attendaient ça : la vraie suite du premier épisode de Fast & Furious. C’est chose faite avec ce quatrième volet qui réunit à nouveau devant les caméras Paul Walker et Vin Diesel (alias Baboulinet si vous connaissez Mozinor) dans de folles courses-poursuites et rodéos sauvages à couper le souffle.

Avec une énorme réticence toutefois pour les amateurs de rap qui se sont frisés les cheveux en matant la bande-annonce avec du « Crank Dat Soulja Boy » version rock méchant. Ça fait vachement peur. Rassurez-vous, la soundtrack officielle de Fast & Furious 4 ne contient pas cette erreur de la nature puisque les Neptunes ont renouvelé leur partenariat avec la franchise F&F après le succès de leur prods pour les Teryaki Boyz sur la BO du précédent volet Tokyo Drift. Hyperactifs, ils produisent ici la majorité des instrus avec comme guest star, monsieur 305 j’ai nommé Pitbull. Quoi, vous êtes toujours pas rassurés ?

Lire la suite The Fast & The Furious Soundtrack @@@

Robin Thicke « Something Else » @@@@1/2


Comme vous le savez bien, Robin Thicke est d’un naturel chic et décontracté. Ce séducteur malgré lui, puisque marié et fidèle à sa femme tellement elle est mannequin tellement elle est belle, livre son tout nouvel album solo pour réchauffer notre mois d’Automne, il s’appelle Something Else et c’est sorti chez Star Trak, le label des Neptunes. Néanmoins, comme pour mieux affirmer son indépendance stylistique, Robin n’a pas souhaité cette fois partager sa place de musicien et chanteur avec le golden boy célibataire Pharrell, mais avec une nouvelle tête du surnom de Pro J. Je me demandais un peu comment Robin allait tenter de nous emballer – musicalement je sous-entends – une seconde fois, s’il allait continuer sur les traces de son premier album ou changer sa technique d’accroche. En fait, tout est dit sur le titre de cet opus, Something Else, Robin se la joue pragmatique et nous sert quelque chose de différent, plutôt qu’essayer de faire mieux qu’avant. C’est moins risqué pour négocier un virage et permet de s’ouvrir sur d’autres horizons.

Lire la suite Robin Thicke « Something Else » @@@@1/2

N.E.R.D. « Seeing Sounds » @@@@1/2


Mon cœur a failli se briser ce jour de Mars 2005 quand Pharrell Williams a annoncé la mort des N.E.R.D., un des mes groupes favoris, pour cause de brouilles avec leur maison de disque Virgin Music. Les gens qui me connaissent savent fort bien que je suis assidûment les Neptunes depuis 99 et qu’une telle déclaration puisse avoir eu sur moi l’effet d’un choc. Quelques semaines après, les bouts se sont heureusement recollés, le groupe allait continuer leurs aventures intersidérales. Il ne restait plus qu’à patienter pour voir un possible 3e album pointer le bout de son nez. Approximativement quatre ans presque jour pour jour après Fly or DieMais il est vrai que depuis cet album précisément, Pharrell et Chad ont fait bande à part pendant un bon laps de temps : Pharrell le fringuant célibataire a sorti son album solo peu ambitieux In my mind et s’affichait aux côtés des figures hip-hop haute couture tel que Kanye West, tandis que Chad, personnalité à la fois réservée et extravertie, avait un train de vie plus modeste et moins productif. Seeing Sounds (Star Trak/Polydor) est d’une certaine manière la réunion souhaitée des deux neptuniens avec leur camarade Shay. Alors si vous aviez cru d’avance que Pharrell avait fait fausse route en bossant avec Madonna et que Chad Hugo s’était donné à fond sur l’album de Kenna, vous vous mettez le doigt dans l’œil, car ils viennent de signer, objectivement selon moi, leur meilleur opus à ce jour. 

Lire la suite N.E.R.D. « Seeing Sounds » @@@@1/2

Clipse « Hell Hath No Fury » @@@@@


Clipse ou l’histoire d’un groupe qui n’a pas marché sur la crotte du bon pied. Annoncé depuis Février 2004, Hell Hath No Fury (Re-Up Gang Records/Star Trak/Jive) aurait pu finir dans un fond de tiroir, tout comme le tout premier essai en 2001. ‘Non, pas une deuxième fois’ s’était-on dit. Mais les deux frérots sont malins, en sortant leur ligne de mixtapes We Got It For Cheap pour garder contact avec leurs fans hardcores et faire patienter. Il aura donc fallu deux ans de négociations tendues avec leur maison de disque pour que leur second opus puisse enfin voir le jour, et le lot de spéculations habituelles avec la brûlante question récurrente : y aura-t-il d’autres noms à la réalisation autre que Pharrell et Chad ? Et bien que nenni, Hell Hath No Fury, c’est un pur produit non-formaté et non-coupé 100% Neptunes. Alors, chaud les marrons car cet Hiver, ce sont les Clipse qui vont faire tomber de la poudreuse.

La formule reste la même que précédemment : Pusha T et Malice parlent de temps en temps de coke dans leurs textes. Et de temps à autre, ils parlent aussi de coke, sans oublier quelques allusions à la coke par diverses ellipses et métaphores. Cela ne leur a pas empêché en tout cas de taper modestement dans le XXL, la note maximale du magasine US du même nom, avec ce format court complété par douze grosses bombonnes de gaz. Hell Hath No Fury commence naturellement par l’hymne du Re-Up Gang, « We Got It For Cheap » et son bon gros orgue qui te souhaite la bienvenue dans leur univers, tout en balançant quelques piques malfaisantes. En bons dealers de son rap made in Virginia, les Clipse rappent comme des crève-la-faim avec leur « cocaïne flows » respectifs dès les présentations. Et nous en tant que futurs ou fidèles consommateurs, on ne demande qu’à goûter leur nouvelle came sans plus attendre.

Lire la suite Clipse « Hell Hath No Fury » @@@@@

Pharrell Williams « In my mind… » @@@½


Ce n’est pas Sagittarius qui écrit, mais le fan des Neptunes depuis 1999 : ‘Kaleidoscope’ de Kelis a été pour un moi un électrochoc aux effets irréversibles. Depuis, je me suis interessé de près à ce duo de producteurs originaire de Virginia Beach, dont il serait inutile de retracer le parcours. Quoique…

Chronique originale écrite le 29 Juillet 2006

Lire la suite Pharrell Williams « In my mind… » @@@½

Slim Thug « Already Platinum » @@@@


Houston, nous avons un problème. Son nom : Slim Thug. Son label : Boss Hogg Outlawz. Son partenariat : Star Trak. Sa maison de disque : Geffen/ Interscope. Ses producteurs : Mr Lee et The Neptunes. Sa clique : Boyz N Blue. Sa hometown : H-Town.

Ce futur ponte du Dirty South a fait ses classes parmi Micheal Watts, patron de SwishaHouse, et feu DJ Screw, le même promoteur qui a remarqué Lil Flip. Avec ses compères Paul Wall et Mike Jones (who ?), ils ont à trois signé à eux trois le gros carton de l’hiver 2004/2005 « Still Tippin’ » qui les a fait connaître partout hors des frontières du Texas. Avec sa signature sur Geffen, Slim Thug était d’avance promu au rang de super artiste. Il s’autoproclamait déjà Boss Of The South grâce aux ventes faramineuses de ses mixtapes à H-Town, consacré platine dans le milieu underground. Ce qui a donné l’idée d’appeler son premier disque en major ‘Already Platinum’, avec en renfort les Neptunes et le producteur local Mr Lee à la production de ce rookie de l’année 2005.

Lire la suite Slim Thug « Already Platinum » @@@@

Snoop Dogg « R&G (Rhythm & Gangsta) : The Masterpiece » @@@@


Ce 7e album du chien de Long Beach, c’est du R&G. R&B Westcoast? Gangsta soul? G Funk moderne? Non, c’est du Rhythm & Gangsta. Ce n’est pas non plus un album de l’acabit de ‘Doggystyle’ ou ‘Tha Last Meal’ mais un essai tout différent de ce qu’il a faut jusque maintenant. Des craintes persistaient aussi depuis ‘Paid Tha Cost’ où Snoop Dogg avait pris une tournure moins gangsta au sens propre, évoluant vers un style plus pimpisé. C’est l’heure de faire les comptes aussi…

Chronique originale écrite en Novembre 2004 sur Rap2K.com, avec quelques modifications.

Lire la suite Snoop Dogg « R&G (Rhythm & Gangsta) : The Masterpiece » @@@@

Kelis « Tasty » @@@@


À chaque album, une phase de la vie. Kaleidoscope représentait la mort de l’adolescence dans un déluge d’émotions, Wanderland l’entrée dans la vie adulte avec la découverte de l’indépendance, et sur Tasty, Kelis s’effeuille en une femme plus sexy, plus provocante, plus… épanouie et libre. Et ce troisième album, plus goûtu, une boîte de bonbons aux goûts et saveurs différentes. Miam!

Lire la suite Kelis « Tasty » @@@@