Rick Ross « Trilla » @@@1/2


Souvenez-vous il y a environ deux-trois ans, Houston avait engrangé un buzz phénoménal. Devenue un temps la capitale du Dirty South, de nouvelles têtes originaires de cette ville ont profité de cette surexposition pour éclater au grand jour en surfant sur la mode du ‘screwed and chopped’ (Slim Thug, Mike Jones, Paul Wall, Chamillionnaire,…).

Puis les projecteurs se sont braqués vers la Floride, sur la ville cosmopolite de Miami, avec des artistes établis tels que Pitbull, Trick Daddy, Trina, l’assourdissant DJ Khaled… Miami est le carrefour caribéen idéal entre les Etats-Unis, Cuba, Porto Rico et les pays d’Amérique latine, une destination de rêve pour tout vacancier en quête d’exotisme, immigrés clandestins hispaniques et trafiquants de drogue.

Dans ce vivier de gros poissons en tout genre, communément surnommée Vice City, Rick Ross a propagé sa réputation depuis son Port of Miami en 2006, grâce à ses classiques « Hustlin’ » et « Push It ». Pour asseoir sa notoriété plus que quiconque, le rappeur fait part de son nouvel arrivage, Trilla, en référence au célébrissime Thriller de Michael Jackson.

 

Comme l’indique son single « Speedin’ » (feat R Kelly et produit par The Runners), le train de vie de millionnaire de Ricky Ross en cette période faste fait preuve de plus de dynamisme, ce qui se ressent particulièrement au niveau de son flow, bien plus accéléré et énergique que sur sa première cargaison. Fini de revendre sa came dans les quartiers chauds, il mène maintenant une existence typique d’un grand ponte de la mafia floridienne, avec tous les clichés inhérents à cette richesse dégoulinante qu’il étale abondamment sur « The Boss » (feat T-Pain), « This Is The Life » (feat Trey Songz) et « Billionnaire » (avec au passage un clin d’œil à la vedette frenchy des San Antonio Spurs, Tony Parker).

L’argent agit sur lui comme un aimant et lui provoque même du plaisir, « Money Make Me Come » parle de cette ambiguïté indécente sans pour autant nous satisfaire de ses réjouissances. Rien de spécial à signaler au sujet de « Reppin’ My City » avec ses protégés Brisco et les Triple C (pour Carol City Cartel), l’habituel morceau marquant son territoire d’appartenance. Rick Ross a changé de statut, ce n’est plus le hustler que l’on a connu précédemment, il est devenu une sorte de Picsou (Scrooge McDuck, NdT) du ghetto.

Sérieusement, un des points sur lesquels Rick Ross s’est beaucoup amélioré, en plus de son phrasé, c’est l’écriture. Certes il ne rivalise pas d’originalité dans les sujets qu’il aborde mais dans la façon d’en parler. Il nous arrive même de lui prêter des vrais talents de lyriciste par exemple lorsqu’il se confie personnellement sur « This Me », servi par un superbe instrumental de DJ Toomp. À ce propos, le choix de ses instrus est un facteur fondamental à tenir en compte sur cet opus, à commencer par le banger imparable « All I Have In This World » avec Mannie Fresh bien frais en feat et à la prod.

Les membres de la Justice LEAGUE signent la majeure partie des meilleurs morceaux de Trilla. Ce sont eux qui apportent des gammes de samples soulfuls dans cette vibe floridienne sur le fédérateur « Luxury Tax », avec justement des invités prestigieux comme Lil Wayne, Young Jeezy et Trick Daddy, et « We Shinin’ », cette fois seul. Le boss de Miami laisse sa BMW Série 7 au garage, préférant sa limousine de luxe pour écouter sa « Maybach Music » et partager son cigare de la Havane avec son ancien patron de Def Jam, l’american gangster Jay-Z.

Et chose incroyable, l’interlude de DJ Khaled est entièrement écoutable. Par contre les Cool & Dre sont aux abonnés absents.

À l’heure où sont écrites ces lignes, Rick Ross peut d’ores et déjà accrocher dans sa villa le second disque d’or de sa carrière, gracieusement décerné par la RIAA. Parler d’argent et de sa corpulente opulence pour se faire plus d’argent encore, sur des productions à sa véritable mesure (c’est-à-dire lourdes), c’est le credo de Ross. Avec quand même pas mal de titres cross-overs (dont l’assez bon « Here I Am » feat Nelly & Avery Storm) et de répétitions dans les thèmes, ceux d’une vie exagérément luxueuse qui fait fantasmer.

Des baisses de régime sont à déplorer sur quelques tracks, spécialement « Money Make Me Come » et « This Is The Life » qui auraient pu figurer sur Port of Miami. Trilla fait l’apologie d’un matérialisme qui frôle la surenchère et contient de gros bangers, certes pas aussi puissants que « Hustlin’ » mais compensés par de nets progrès point de vue fond et forme. Avec sa silhouette imposante, Rick Ross conserve sa place de rappeur le plus influent de Miami, laissant peu de marges de manœuvre aux rookies Plies et Flo Rida.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.