Archives du mot-clé Rick Ross discography

Rick Ro$$ « Rather You Than Me » @@@@


Rather You Than Me de Rick Ro$$ ne suscitait guère d’attente particulière auprès du public rap, rien de moins qu’une galette de plus à son compteur. Sa recette habituelle qui consiste à faire un parmentier de rap clinquant de chez clinquant sur une couche de trap music servi avec le gratin du rap/r&b a fini par lasser, et engranger moins de recette. Le départ du boss de Miami de Def Jam l’a-t-il contraint de revoir ses plans ? Absolument pas, ce neuvième album est bel et bien une livraison Maybach Music full option, mais qui parvient à retrouver le standing de ses grands standards que sont Deeper Than Rap et Teflon Don. Et là, c’est l’épatement.

Lire la chronique complète sur SURLmag.fr →

Rick Ro$$ « Black Market » @@@½


La mixtape Black Dollar a servi de répétition générale pour la préparation de la huitième cargaison en provenance Miami de William Roberts II alias Rick Ross et distribuée par Maybach Music/Slip-N-Slide/Def Jam, Black Market. Pour le « fier et gros » Boss tel qu’il se proclame, cet opus serait « l’apogée » de sa carrière ». C’est ce que nous allons vérifier.

Lire la suite Rick Ro$$ « Black Market » @@@½

Rick Ross « Black Dollar » [mixtape] @@@½


Alors qu’on termine les bouteilles de rosée, arrive une mixtape de Rozay. Ça faisait un bail, et une bien fat, comprenez par là un pseudo-album plein de featurings, sans vernis ni finition au niveau des prods mais de qualité suffisante pour faire oublier le décevant Hood Billionaire. Les fans de Maybach Music sauront apprécier cette liasse de Black Dollar à l’opposé de Rich Forever, c’est-à-dire pas trop trop trap music.

Téléchargez la mixtape sur Datpiff.

Lire la suite Rick Ross « Black Dollar » [mixtape] @@@½

Rick Ross « Hood Billionaire » [deluxe edition] @@½


Alors comme ça Rozay sort un 2e disque cette année, neuf mois après Mastermind. Il est vrai que cet album co-produit par Puff Daddy n’avait pas particulièrement convaincu. Les critiques étaient OK, les ventes par contre… à l’heure qu’il est il n’y a pas de certification Or. Or pour Rick Ross, la ‘gold plaque’ est le minimum acceptable pour ce poids lourds du rap. Ou pourrait-on dire mi-lourd depuis ces faibles ventes, et son régime.

De l’or, de toute façon, il en a suffisamment. Il en arbore fièrement sur ses kilos de joailleries qu’il porte au cou et sur ses mains pour la pochette de Hood Billionaire. Etant donné que Meek Mill est en prison, Maybach Music et Def Jam avaient un créneau de libre pour lancer une sortie, et le boss Rick Ross a profité de cette opportunité pour se refaire financièrement.

Lire la suite Rick Ross « Hood Billionaire » [deluxe edition] @@½

Rick Ro$$ « Mastermind » @@@½


God Forgives, I Don’t paru durant l’été 2012 était un album qui avait pêché par son excès, une surabondance qui ne l’a pas empêché d’être disque d’or, un de plus à sa collection. Mastermind, son 6e LP, est devenu en quelque sorte l’album de quitte ou double. Et c’est Puff Daddy a/k/a Diddy, son manager, qui supervise cet opus.

Lire la suite sur Now Playing

Rick Ro$$ « God Forgives, I Don’t » @@@


God Forgives I Don’t est la conclusion logique d’une campagne promotionnelle qui aura duré plus d’un an. Tout a commencé peu après la diffusion de sa mixtape Ashes to Ashes, quand il annonce le titre de son cinquième album. Tranquillement, il continue de bâtir son empire Maybach Music avec ses compilations, poursuit ses tournées et grossit son catalogue de mixtapes (Rich Forever). Fin 2011, il abat deux singles fin 2011 (« You the Boss » feat Nicki Minaj et « I Love my Bitches » produit par Just Blaze) et son coeur ne bat plus par deux fois. Dieu le garde, il continue oisivement à promouvoir ses artistes, en signer d’autres, balancer des clips en carton…

Lire la suite Rick Ro$$ « God Forgives, I Don’t » @@@

Maybach Music Group presents Rick Ross « Ashes to Ashes » [free album] @@@½


Ricky Rozay avait dans l’idée de sortir pour Novembre 2010 une réédition de Teflon Don (lire la chronique) avec quelques titres supplémentaires, histoire d’entretenir le succès de son quatrième album dont les tubes “MC Hammer”, “B.M.F.”,  “Super High” et “Aston Martin Music” font rouler sa Maybach sur l’or. Son copinage avec son manager Diddy, qui veut faire de lui le nouveau Biggie et avec qui il forme le duo de Bugatti Boyz, y est probablement pour quelque chose aussi.
Bref, le boss de Miami a finalement revu ses plans et envisagé une autre stratégie marketing. Avantagé par son physique de gros barbu, il s’est déguisé en Black Santa pour livrer la veille de Noël son nouveau street-album Ashes to Ashes aux fans qui le désirent, avec dans la hotte des morceaux inédits de Maybach Music.

Lire la suite Maybach Music Group presents Rick Ross « Ashes to Ashes » [free album] @@@½

Rick Ro$$ « Teflon Don » @@@@


Avec Deeper Than Rap, Rick Ross a trouvé le style sur-mesure qu’il lui fallait, du gros son rap soulful et chic. Et comme il gagne en puissance à chaque nouvelle sortie, cette fois il cache sous les habillages de la J.U.S.T.I.C.E. League, les producteurs qui définissent le mieux son type d’instru de prédilection, un gilet à l’épreuve des balles. Vu son statut, la protection rapprochée des Triple C ne suffit plus.

De ce fait, en plus de porter le nom du célèbre mafieux Freeway Ricky Ross (qui lui a collé un procès au cul dernièrement) ou encore celui d’Albert Anastasia, il se permet de reprendre le nom emblématique de Teflon Don, l’autre surnom de John Gotti, dont la familia veut aussi interdire l’appellation au rappeur floridien. Raison de plus de se prémunir de cette réalité qui rattrape la fiction.

Lire la suite Rick Ro$$ « Teflon Don » @@@@

Rick Ross « The Albert Anastasia EP » (free album) @@@


Le boss Rick Ross, le hustler en puissance, patron du Maybach Music Group, s’est trouvé un nouveau blase bien costaud : le Teflon Don. Un nom qui sera aussi l’intitulé de son quatrième album à venir cet été chez Def Jam. Pour l’annoncer officiellement, c’est son nouveau manager, Diddy en personne qui s’en charge sur l’intro de cet EP, un prequel qui porte un autre de ses surnoms, très comique celui-là pour le coup : Albert Anastasia. Un EP gros… comme son tour de bide, 13 tracks en tout. Et tout aussi lourd ?

Microlien : http://bit.ly/bOyg5b

Lire la suite Rick Ross « The Albert Anastasia EP » (free album) @@@

Rick Ross « Deeper Than Rap » @@@@


Ce n’est rien de dire que Rick Ross pèse lourd dans le rap game. Sans jeu de mot, ça fait sourire. Un après Trilla qui a lui rapporté une seconde plaque dorée, le Boss a encore pris du galon en blanchissant son argent avec son propre label Maybach Music Group et surenchérit avec Deeper Than Rap.

Cependant, ce troisième album n’est pas sorti dans les meilleurs conditions promotionnelles puisqu’il s’est frotté à 50 Cent sur son premier extrait « Mafia Music », en insinuant qu’il aurait commandité l’incendie de la maison de son ex. Fallait oser. Et l’aveu difficile de son passé de gardien de prison (grillé par une photo non-truquée) a laissé une grosse tache de gras sur son smoking. Ce buzz pas forcément positif a eu un impact sur les scores de ventes de Deeper Than Rap, moins bonnes que ses précédents albums. Dans tous les cas, cela ne l’empêchera pas de faire parler de lui et de se faire de l’argent grâce au rap et de devenir plus riche.

Lire la suite Rick Ross « Deeper Than Rap » @@@@

Rick Ross « Trilla » @@@1/2


Souvenez-vous il y a environ deux-trois ans, Houston avait engrangé un buzz phénoménal. Devenue un temps la capitale du Dirty South, de nouvelles têtes originaires de cette ville ont profité de cette surexposition pour éclater au grand jour en surfant sur la mode du ‘screwed and chopped’ (Slim Thug, Mike Jones, Paul Wall, Chamillionnaire,…).

Puis les projecteurs se sont braqués vers la Floride, sur la ville cosmopolite de Miami, avec des artistes établis tels que Pitbull, Trick Daddy, Trina, l’assourdissant DJ Khaled… Miami est le carrefour caribéen idéal entre les Etats-Unis, Cuba, Porto Rico et les pays d’Amérique latine, une destination de rêve pour tout vacancier en quête d’exotisme, immigrés clandestins hispaniques et trafiquants de drogue.

Dans ce vivier de gros poissons en tout genre, communément surnommée Vice City, Rick Ross a propagé sa réputation depuis son Port of Miami en 2006, grâce à ses classiques « Hustlin’ » et « Push It ». Pour asseoir sa notoriété plus que quiconque, le rappeur fait part de son nouvel arrivage, Trilla, en référence au célébrissime Thriller de Michael Jackson.

  Lire la suite Rick Ross « Trilla » @@@1/2