Mobb Deep « Amerikaz Nightmare » @@@


Depuis la défection de Loud Records, les Mobb Deep ont atterri chez Jive, leur nouvelle major d’adoption. Il faut dire qu’avec un contrat juteux de quelques millions de dollars avec leur structure Infamous Records, la réflexion n’a pas pris trop de temps. On s’attendait au pire avec ce sixième album, à cause de ces rumeurs de featurings contestables (50 Cent, Nelly, R Kelly, etc…), les reports de sortie incessants… Infamy avait déjà passé la barrière du ‘crossover’ en invitant des starlettes du r&b tels que 112 ou Lil Mo, qu’allaient-ils nous réserver cette fois ?

Article écrit en 2004 réécrit en 2016

Le début d’Amerikaz Nightmare commence bien, pas de doute: c’est du Mobb Deep, moins ‘deep’ qu’à leurs débuts mais du Mobb. On remarque déjà la présence de deux tubes maison : le premier que l’on connaissait déjà assez bien pour être le single d’entrée, « Got It Twisted« , et le second, « Dump » avec un Nate Dogg au ton grave. Autre détail rassurant : pas de R Kelly, donc pas de r&b, ni de 50, ni de Nelly ! En revanche, on a droit à du Lil Jon sur l’autre extrait « Real Gangstaz« , un effet de mode sans doute, histoire de pondre un tube pseudo-crunk et d’allonger la durée de vie et des ventes de cet album qui n’atteindra pas la certification or. Un peu honteux, comme leurs voisins du Queens les Bravehearts, de travestir leur son pour le rendre ‘tendance’ avec le King of Crunk.

Autre star montante de la production : Kanye West. Encore une fois, une magnifique démonstration du talent et de la versatilité de Kanye, capable encore une fois de satisfaire le style propre aux Mobb Deep. Pas tout à fait, mais presque. Seul Alchemist parvient à pondre LE morceau de l’album : « When You Hear The« . Ligne de basse monstrueuse, synthés angoissants, du très grand suspens : le pied. Une autre balle : « Real Niggaz » et son ambiance de film policier. Mais ceux qui ont douté jusqu’au bout ont raison : quelques tracks sont bonnes pour la déchetterie telles que « We Up » et « Shorty Wop« .

Jusque maintenant, nous n’avons toujours pas retrouvé l’atmosphère pesante et froide des premiers albums des Mobb Deep, surtout quand on repense à Infamous et Hell On Earth. Même au micro, Havoc, qui s’est tout de même amélioré, et Prodigy, à l’inverse lyricalement surestimé, échouent dans la mise en scène. Les sons millimétrés par Hav’ et ceux d’Alchemist ou Red Spyda sont plus intéressants que les textes débités. Les deux rappeurs ne font que poser sur les instrus sans forcer et le morceau est bouclé. Cela fait tout de même plus d’un an que certains morceaux ont été conçus, et ils n’ont pas été retouchés depuis.

Ce n’est pas le drame non plus, les Littles et Big Noyd (ensemble sur « Get Me« ) sauvent la réputation du duo de QueensBridge. Amerikaz Nightmare contient une petite sélection d’autres bons morceaux : « One Of Ours pt 2 » feat Jadakiss, « On The Run« , « Win Or Lose » incontournable… De quoi sauver la mise. Bref, la déception annoncée est belle et bien confirmée, mais ça aurait pu être pire, ou mieux, tout dépend du point de vue. On sent que H et P ne sont pas spécialement impliqués sur cet album, et ont préféré miser sur un style plus mainstream dont on a eu un avant-goût sur Infamy. Les Mobb Deep ne sont définitivement plus ce qu’ils étaient. De groupe new-yorkais adulé, ils ont fini par se faire détester avec un seul album, et peut-être un peu plus avec Amerikaz Nightmare.

Bon, ils ne sont pas tombés bien bas au points de faire des tubes pour les dancefloor style Bad Boy. Amerikaz Nightmare a un niveau juste suffisant pour passer la moyenne, sauvé in-extremis par le talent grandissant d’Alchemist. On se serait bien passé aussi du remix de « Got It Twisted » avec Twista (qui aurait plutôt fait un bon bonus track), plutôt que de compléter bêtement la tracklist. Encore un effet de mode. Les Mobb Deep se sont mis à genoux devant les règles très cruelles de l’industrie musicale et ont vendu leurs âmes passablement inspirées et leurs culs pour des grosses liasses. Un album dispensable, commercial mais pas de mauvaise qualité. L’honneur était salit, mais sauf.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.