Archives du mot-clé Mobb Deep

The Lox « Filthy America… It’s Beautiful » @@½


Ces deux dernières années, la liste des retours que l’on n’attendait pas ou plus continue de s’allonger. D’Angelo, Dr Dre, De La Soul, Tribe Called Quest et en attendant la reformation de Pete Rock & CL Smooth pour 2017, voici maintenant le come-back de The Lox chez Roc Nation. Après Money, Power, Respect sorti chez Bad Boy en 98 et We Are The Streets chez Ruff Ryders en 2000, le trio du Yonkers a choisi une troisième écurie pour ce premier album depuis seize ans, Filthy America… It’s Beautiful.

Lire la suite The Lox « Filthy America… It’s Beautiful » @@½

Havoc x Alchemist « The Silent Partner » @@@@


Havoc est sans aucun doute le rappeur-producteur le plus injustement sous-estimé dans ce rap game. Pourtant on sait tous de quoi cet enfoiré est capable, et ce depuis de longues années. Durant toute sa carrière, il a été le producteur des Mobb Deep et malgré des qualités indéniables au micro, il demeurait dans l’ombre du sombre Prodigy.

Il crée néanmoins un petit événement en 2007 en livrant son premier solo The Kush mais récolte peu de lauriers. 2013 il se relance avec 13 mais repasse sous les radars avec sa suite 13 Reloaded. Il produit de temps en temps pour d’autres, son dernier fait d’arme étant une co-production sur The Life of Pablo de Kanye West mais pas de quoi se vanter, H fournit l’instru et compte les dollars. Avec ce cinquième disque produit par Alchemist, H rectifie le tir en se concentrant sur le rap.

Lire la suite Havoc x Alchemist « The Silent Partner » @@@@

M.O.P. « Street Certified » @@@


Les vieux costaud de Mash Out Posse ont voulu marquer le coup (de vieux?) pour leurs vingt années de carrière (hé oui To The Death date de 94) avec un EP dont le titre sonne ‘authentique’:  Street Certified. DJ Premier, qui avait grandement participé à leur second LP Firing Squad en 96, est de la partie.

Lire la suite M.O.P. « Street Certified » @@@

The Infamous Mobb Deep @@@@


mobb-deep-the-infamous-2014-cover

Quoi de mieux que d’apposer un titre éponyme sur un album qui représente plus de vingt ans de carrière ? On parle du huitième opus du duo de Queensbridge devenu légendaire qui était à deux doigts d’une rupture.

Huit ans d’attente. Après Blood Money qui fut très boudé à l’époque à cause de cette alliance très mal perçue avec le G Unit, Prodigy s’est vu incarcéré pendant trois ans et demi et un retour avec Havoc, qui a subsisté en tant que producteur, ne faisait pas tout à fait parti de ses priorités, P préférant se consacrer à sa carrière solo en sortant pas moins de trois projets (dont HNIC 3 et Albert Einstein LP avec Alchemist). Entre deux sort un EP des Mobb Deep (Black Cocaine) pour susciter de l’attente et de l’espoir auprès des fans de tout bord, attirer l’attention des majors aussi mais quelques mois plus tard Havoc pète les plombs sur Twitter et descend son comparse. Divorcer presque vingt ans après Juvenile Hell aurait été un coup de tonnerre terrible…

1er Avril, le double-album Infamous Mobb Deep est dispo. Sans blague. Le vieux couple est toujours dans le coup.

Lire la suite The Infamous Mobb Deep @@@@

Papoose « The Nacirema Dream » @@½


Hé bien c’est qu’on a failli l’oublier, ce disque, depuis six ans qu’il était annoncé. Nacirema Dream devait permettre à Papoose de confirmer les espoirs que lui conférait son statut de favori new-yorkais… en 2007. Tous les éléments jouaient en sa faveur pour construire sa réussite : du buzz grâce à sa ses mixtapes, un deal en major, l’appui de l’influent DJ KaySlay et la participation non-négligeable de Busta Rhymes sur ce projet naissant, ce qui avait d’ailleurs lancé des spéculations sur de possibles productions de Dr Dre dessus. Or par un concours de circonstances malheureuses et une mauvaise conjoncture, rien de tout cela n’est arrivé. Toutefois, Papoose aurait pu être le dernier à rêver que cet album existe un jour.

Lire la suite Papoose « The Nacirema Dream » @@½

Vinnie Paz « God of the Serengeti » @@@½


L’ogre de l’underground Eastcoast Vinnie Paz n’a pas étanché sa soif de meurtre. Après le glacial Season of the Assassins, premier album solo convaincaint, le frontman des Jedi Mind Tricks, général en chef de l’Army of Pharaohs et membre de l’association illégale Official Pistol Gang change de terrain et de climat avec God of the Serengeti. La tueur en série de Philladelphie n’a pas finit de faire des victimes…

Lire la suite Vinnie Paz « God of the Serengeti » @@@½

Prodigy of Mobb Deep « HNIC 3 » @@@


Il y a quatre ans, Prodigy entrait à Rikers Island pour purger sa peine de prison et juste avant son enfermement, il avait sorti le très attendu HNIC pt2, de bonne facture ma Foi. Il nous tardait que les trois ans et demi de sentence passent vite afin de voir arriver un nouvel album des Mobb Deep. Un souhait qui fait plus ou moins réalisé. Peu de temps après sa libération, on a eu droit à l’EP Black Cocaine pendant que lui et Havoc étaient à la recherche d’un label pour le groupe.

D’ailleurs la relation entre les deux mecs du Queens a bien failli voler en éclat quand sur le compte Twitter de H, on lisait que Prodigy a eu des relations avec d’autres prisonniers. L’incendie fut éteint quelques jours après avec des explications un peu bidon (d’essence, puisque Hav’ a raconté qu’il avait oublié son mobile à une station service…). Depuis cet épisode grossier, Havoc est devenu taciturne tandis que son acolyte multipliait les mixtapes avant d’en arriver à ce HNIC 3.

Lire la suite Prodigy of Mobb Deep « HNIC 3 » @@@

Mobb Deep « Black Cocaine » [EP] @@@@


La rue la réclamait, les Mobb Deep la lui ont donné. Black Cocaine est le nouveau produit d’appel de Havoc et Prodigy. Quelques grammes suffisent…

Lire la suite Mobb Deep « Black Cocaine » [EP] @@@@

Prodigy « Ultimate P » (2CD) @@@


Voilà un peu plus d’un an que Prodigy croupit en zonzon et jamais il a paru autant de disque en si peu de temps. Quelques semaines après son incarcération sortait son la second tome de son classique HNIC (lire la chronique de HNIC 2) et à l’automne 2007 le projet Product of the 80s avec Un Pacino et Big Twins. Malgré l’argent de poche que cela a pu lui rapporter, les poches de Prodigy sont presque vides : en plus d’être en conflit avec le label Voxonic, il doit payer les honoraires de ses avocats et les frais judiciaires. D’ailleurs le label français Ascetic, qui publie ce double-CD Ultimate P, ne s’en cache pas pour justifier l’existence de cette compilation offrant des inédits de P (et Havoc), la plupart étant des enregistrements effectués pendant les sessions de Blood Money chez G Unit Records. Dans le livret se trouve même l’adresse où écrire à Albert Johnson (de son vrai nom), des fois que vous voudriez lui apporter votre soutien.

Lire la suite Prodigy « Ultimate P » (2CD) @@@

Capone-N-Noreaga « Channel 10 » @@@1/2


Il y a des retours qui font plaisir à voir mais qui ne créent plus tellement d’agitation, parce qu’on se dit qu’il ne referont jamais ce qu’ils ont fait auparavant et que leur gloire est derrière eux. C’est vrai, on ne court plus chez son disquaire prêt à claquer ses thunes quand on voit un nouvel album d’un groupe de rap qui était hype dix ans auparavant. Le féru de hip-hop est devenu un consommateur méfiant.

Capone et Noreaga avaient annoncé leur réunion il y un long moment déjà, par divers extraits comme « Cocaine Cowboys », de bon augure. Encore heureux ! Parce que si les C-N-N ont un classique à leur actif (The War Report) et une séquelle mémorable (The Reunion), leurs sorties en solo ont mis leurs carrières respectives sur le déclin : depuis son départ de Def Jam et son délire Reggaeton, NORE a perdu en crédibilité, surtout que son dernier album Noreality était une grosse daube; Capone quant à lui n’a jamais su faire mieux que des mixtapes ou street-albums médiocres.

La tâche s’annonçait difficile, Channel 10 devait marquer le coup afin de redorer l’image de Capone-N-Noreaga et redonner confiance. C’est chose faite, ce troisième album est très loin d’être catastrophique, il est même plutôt bon. Il fallait juste qu’ils se remettent ensemble pour que tout redevienne normal.

Lire la suite Capone-N-Noreaga « Channel 10 » @@@1/2

Prodigy « H.N.I.C. pt.2 » @@@1/2


Il y a deux ans de cela, Prodigy s’est engagé à concrétiser le vœu de son public qui réclamait la séquelle de son semi-classique HNIC sorti en 2000. Sa mise en chantier a été entreprise après la commercialisation de Blood Money, un opus publiquement contesté (et détesté) à cause du ralliement des Mobb Deep avec le G Unit.

Dans un souci de vouloir préserver sa renommée de légende urbaine, son street-album Return of the Mac (intégralement produit par un Alchemist inspiré) avait pour mission de le sauver du discrédit provoqué par l’association de son groupe avec 50 Cent et rectifier le cap jusqu’à la sortie de ce HNIC pt 2. C’est chose faite. Alors plus la peine de se poser des questions sur cet arrivage venu tout droit des projects du Queens, il ne manque plus qu’une préparation psychologique (le Reality Rap des Infamous Mobb par exemple) avant de se plonger dans cette atmosphère malfaisante la tête la première.

  Lire la suite Prodigy « H.N.I.C. pt.2 » @@@1/2

Mobb Deep « Blood Money » @@@½


Autant être honnête avec ce disque (et avec moi-même), ça ne serait que du respect pour les Mobb Deep. Déjà, mon impression sur Blood Money, musicalement parlant, est meilleure que pour ‘Amerikaz Nightmare‘. Je pensais qu’ils avaient touché le fond avec cet album et qu’ils allaient continuer à râcler mais j’avoue avoir un bon feeling avec les productions en tout cas. Je kiffe bien « Daydreamin« , « Creep« , « Smoke It« , le joli « Pearly Gates » produit par Exile, « Put Them In Their Place« … ça reste du Mobb Deep c’est certain. Mais mini coup de gueule pour le morceau avec Mary J Blige (« It’s Alright« ) qui repompe le même sample (que je kiffe bien qd même) qu’Alchemist pour « Tick Tock » avec Nas et Prodigy. D’ailleurs Alchemist sur ce disque il me déçoit un poil avec « Infamous« , qui utilise un breakbeat maintes et maintes fois repris (Common & De La Soul, AZ…). En vrai, j’aime bien quand même ces deux morceaux, bien que réchauffés. Tout ça ne sonne pas ‘G Unit’ en tout cas mais jutement en parlant d’eux…

D’après un commentaire publié le 5 Juin 2006

Lire la suite Mobb Deep « Blood Money » @@@½

Notorious BIG « Duets – The Final Chapter » @@@


Notorious BIG est mort, vive les morts ! Nous sommes le Noël 2005 et Diddy décide de faire un jubilé pour célébrer Biggie Smalls en invitant le gratin du rap et des producteurs. Bon autant être franc (et pas objectif), Biggie Duets masque en réalité une compilation de remixes. L’idée du multimillionnaire patron de Bad Boy est malicieuse : reprendre des anciens couplets issus de Ready to Die et Life After Death, les mélanger avec les rappeurs et chanteurs du moment sur de tout nouveau instrumentaux récents et tadaaaaam. Le tour de passe-passe aurait pu être réussi si on avait pas deviné son secret en quelques secondes.

D’après un commentaire rédigé Décembre 2005.

Lire la suite Notorious BIG « Duets – The Final Chapter » @@@

Nelly « Sweat »/ »Suit » @@½ x2


À une époque pas si lointaine, pour donner plus de prestige à leur discographie ou un tout un tas d’autres raisons, les rappeurs publiaient un double-album (2Pac, Biggie, E-40, Wu-Tang, Jay-Z, Nas…). Les Outkast, eux qui ne faisaient rien comme tout le monde, ont publié deux albums solo dans un même boîtier avec ‘Speakerboxxx & The Love Below’. Pour bien se faire remarquer des autres et sans doute répondre à des volontés commerciales, Nelly a décidé d’enfanter de « faux jumeaux » : ‘Sweat’ et ‘Suit’. On ne parlera donc pas d’un « d’album siamois » (le modèle classique), mais bel et bien de 3e et 4e disques. Vous avez donc sur la super offre promotionnelle, deux albums pour le prix de… deux ! Bref, avec Nelly c’est tout ou rien.

Lire la suite Nelly « Sweat »/ »Suit » @@½ x2

Mobb Deep « Amerikaz Nightmare » @@@


Depuis la défection de Loud Records, les Mobb Deep ont atterri chez Jive, leur nouvelle major d’adoption. Il faut dire qu’avec un contrat juteux de quelques millions de dollars avec leur structure Infamous Records, la réflexion n’a pas pris trop de temps. On s’attendait au pire avec ce sixième album, à cause de ces rumeurs de featurings contestables (50 Cent, Nelly, R Kelly, etc…), les reports de sortie incessants… Infamy avait déjà passé la barrière du ‘crossover’ en invitant des starlettes du r&b tels que 112 ou Lil Mo, qu’allaient-ils nous réserver cette fois ?

Article écrit en 2004 réécrit en 2016

Lire la suite Mobb Deep « Amerikaz Nightmare » @@@