M.O.P. « Street Certified » @@@


Les vieux costaud de Mash Out Posse ont voulu marquer le coup (de vieux?) pour leurs vingt années de carrière (hé oui To The Death date de 94) avec un EP dont le titre sonne ‘authentique’:  Street Certified. DJ Premier, qui avait grandement participé à leur second LP Firing Squad en 96, est de la partie.

« Welcome 2 Brooklyn » (feat Maino) inaugure cette livrée avec un tour de leur quartier de Brownsville. Lil Fame et Billy Danze donnent sur leur passage un jet de Kärcher sur le rap Eastcoast qui s’était pas mal délabré ces dernières années. Et c’est moi qui dit ça? J’avoue avoir été sceptique à la première écoute, et la seconde m’a paru meilleure, en particulier « Hustle« , « Heistmasters » et « American Muscle« . Du M.O.P. comme on l’attendait. Il y a aussi cette rencontre avec les Mobb Deep sur « Street Certified« . Cette connexion Brownsville-Queensbridge est historique, les vétérans se serrent les coudes ces jours-ci, mais qui s’intéresse à l’histoire aujourd’hui en toute franchise?

Le point faible de cet EP : des instrumentaux pas bien choisis. Comme par exemple « Broad Daylight » avec son beat trop épuré faussement bourrin et ces phases de Jay-Z répétitives. Busta Rhymes, qui pose en featuring sur ce morceau, n’est plus que l’ombre de lui-même.  Le sample « Head over Heals » de Tears For Fears sur « 187 » n’est pas des mieux choisi non plus vu le thème. Certains beats comme « Shake’Em Up » envoient du lourd mais on aurait préféré quelque chose de plus brut, que ça colle avec l’esprit du groupe. En 2014, avec le nombre de beatmakers actuels très doués, on peut pas se permettre de commettre de telles erreurs de goûts.

Heureusement, les M.O.P. font preuve d’une vigueur surprenante avec leurs timbres rauques-forts rimant avec hardcore. Il ne font pas exprès de forcer pour paraître aussi énergiques qu’ils ne le sont réellement. C’en est parfois appréciable comme sur « No Shame« . Leurs refrains gueulés sont toujours de rigueur, comme s’ils étaient à deux doigts de te défoncer, sinon ça ne serait pas les M.O.P.. Fizzy et Billy Danze se défendent avec les honneurs et c’est rien de le dire.

Neuf titres et pas la moindre trace de Primo en tant que producteur, sauf quand le mot « exécutif » s’ajoute. À part ne pas savoir choisir correctement les instrumentaux, à quoi il sert ? On se le demande… DJ Premier semble avoir perdu son sens de l’ouïe et c’est bien là tout le problème. Pas de bon augure pour PHRYME dont les premiers extraits m’ont déjà laissé apathique…

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s