Archives du mot-clé Ill Bill

Heavy Metal Kings « Black God, White Devil » @@@½


Au départ Heavy Metal Kings était un projet collaboratif et très explosif né en 2011 de la volonté de Vinnie Paz (Jedi Mind Tricks, Army of the Pharaohs…) et d’Ill Bill (Non-Phixion), faisant suite à leur titre apocalyptique « Heavy Metal Kings » extrait de Servants in Heaven, King in Hell, grand album des Jedi Mind Tricks sorti en 2007. Dix ans après leur rencontre historique, le duo reforme les Heavy Metal Kings pour Black God, White Devil (Enemy Soil, Uncle Howie Records) avec l’assistance d’un troisième larron, l’autre membre des Non-Phixion, Goretex.

Lire la suite Heavy Metal Kings « Black God, White Devil » @@@½

Ill Bill « Septagram » @@@


Un album d’Ill Bill, on ne dira jamais non, même si ce quatrième album solo tombe en été et que ouais, ce n’est pas trop-trop la saison pour écouter du rap hardcore et bresom. Septagram s’adresse en particulier à ses fans hardcores justement, ceux qui vivent cachés de la lumière.

Lire la suite Ill Bill « Septagram » @@@

Onyx « #turndafucup » @@


Quatre mois seulement après #wakedafucup, le duo hardcore Onyx (duo parce qu’il n’y a plus que Fredro Starr et Sticky Fingaz) balance #turndafucup dont les plus observateurs auront remarqué que le nom est repris du dernier single de #wakedafucup produit par les Snowgoons et dont la vidéo a été diffusée récemment. Vous arrivez à suivre? Parce que personellement, je suis un poil paumé…

Lire la suite Onyx « #turndafucup » @@

Marco Polo « PA2 : The Director’s Cut » @@@@


Il y a plusieurs années, un beatmaker canadien a déposé l’ancre à la Mecque du Hip-Hop, New-York, pour baigner dans l’underground local. Au même moment, Rawkus ré-ouvre et cherche de nouveaux talents. Notre marin publie Port Authority en 2007 sur le label indépendant, en connexion avec une foule de sérieux compétiteurs du mic, confirmant deux choses : les responsables de Rawkus ont gardé leur ouïe fine et Marco Polo est p***** de producteur.

Lire la suite Marco Polo « PA2 : The Director’s Cut » @@@@

ILL Bill « The Grimy Awards » @@@½


William Braunstein alias ILL Bill vient d’éditer chez Fat Beats Records son troisième essai The Grimy Awards. L’ex-Non Phixion, actuellement membre de La Coka Nostra et moitié des Heavy Metal Kings, livre un volet très personnel qui compte sur la collaboration de vétérans du beats internationalement connus, à savoir Pete Rock, Primo, DJ Muggs, Large Pro, Ayatollah ou encore Psycho Les des Beatnuts. La lourderie au sens propre comme figuré.

Lire la suite ILL Bill « The Grimy Awards » @@@½

Sean Price « Mic Tyson » @@@@


Hé bien ça faisait un bail qu’on l’attendait celui-là d’album! Trois ans au moins que Sean Price avait préparé le public avec sa mixtape Kimbo Price, trois ans de préparation et de patience faisant de Mic Tyson la sortie underground la plus anticipée de ce début de décennie. C’est l’avant-veille de la Fête des Morts de l’An de Grâce 2012 que Sean P a choisi, à quarante piges, de jouer le troisième match de sa vie. P!

Lire la suite Sean Price « Mic Tyson » @@@@

La Coka Nostra « Masters of Dark Arts » @@@½


Il fait beau, le ciel est bleu, c’est les vacances et puis voilà que La Coka Nostra éclipse le soleil pendant près d’une heure. Le super-groupe blanc nous remmène dans les tréfonds du côté obscur avec Masters of the Dark Arts, leur second LP. En l’absence de Mr White a/k/a Everlast (pour raisons familiales), Slaine, ILL Bill, et les ex-House of Pain DJ Lethal et Danny Boy, ont de nouveau fait appel aux puissances occultes. Grisant à mort.

Lire la suite La Coka Nostra « Masters of Dark Arts » @@@½

Apathy « Honkey Kong! » @@@@


A tous ceux qui préfèrent la philosophie hip-hop Eastcoast, Honkey Kong d’Apathy est votre album de la rentrée 2011. Ce troisième album de la « langue d’Alien » s’annonce dangereux, non seulement parce qu’Apathy le demi-Dieu à lui seul enterre la moitié des MCs vivants mais parce qu’il s’est entouré de poids lourds armés jusqu’aux dents : Vinnie Paz, Xzibit, Celph Titled, Action Bronson, Steele des Smif-N-Wessun et le contingent entier de l’Army of Pharaohs. Et je ne parle pas des producteurs…

Lire la suite Apathy « Honkey Kong! » @@@@

Ill Bill & Vinnie Paz « Heavy Metal Kings » @@@@


Pas mal d’amateurs d’indie hip-hop ont été traumatisé à vie par le son cataclismique de « Heavy Metal Kings » des Jedi Mind Tricks (extrait de Servants in Heaven, Kings in Hell sorti en 2006), prémices de cet album en commun entre Vinnie Paz et Ill Bill (ex-Non-Phixion). Deux monstres de l’underground réunis sur un seul et même album ça ne pouvait donner que quelque chose de… monstrueusement monstrueux, à l’image de la pochette : rouge comme une giclée d’hémoglobine, lourd comme du métal, terrifiant comme un Terminator gothique. C’était prévisible.

Lire la suite de cette entrée sur Streetblogger.fr »

DJ Muggs & Ill Bill « Kill Devil Hills » @@@@


Après GZA, Sick Jacken, Planet Asia, au tour de l’ex-Non Phixion et membre actif de la Coka Nostra Ill Bill de coopérer avec le Soul Assassin de Cypress Hill DJ Muggs sur ce très noir Kill Devil Hills. Affiché comme tel, rien que cette association a tout d’un truc soniquement hardcore underground, sans compter l’appui d’autres affiliés au casier chargé venus leur prêter main forte comme Vinnie Paz, Sick Jacken, Everlast, B-Real, Sean Price et même le chef Raekwon. A nous, ceux qui vénérons ce rap ténébreux, que le Diable nous emporte !

Lire la suite DJ Muggs & Ill Bill « Kill Devil Hills » @@@@

Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@


Un des leaders de l’underground de Philly livre son premier album solo après quinze ans de carrière souterraine. Il est le MC impérial des Jedi Mind Tricks, au sein desquels il a écrit ses lettres de noblesse, et général de l’Army of Pharaohs, on le surnomme Louis Doggs, Vin Laden ou encore the Pazmanian Devil : Vinnie Paz, 31 ans. Mieux vaut tard que jamais comme on dit, l’occasion se présentait alors qu’il vient d’ouvrir son label Enemy Soil afin de pouvoir régner sans partage dans le milieu indie hip-hop en s’affrichissant de Babygrande Records. Avec un album très personnel et typique, Season of the Assassin va souffler un vent sec et glacial en toutes saisons.

Lire la suite Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@

La Coka Nostra « A Brand You Can Trust » @@@1/2


La Coka Nostra (à prononcer en roulant le ‘r’) est la nouvelle organisation mafieuse trans-côte qui fait tressaillir le hip-hop underground. Ce collectif qui sévit depuis 2006 est formé de cinq malfaiteurs récidivistes, casquettes et bandanas noirs : Everlast a.k.a. Whitey Ford a.k.a. Mr White (le rappeur devenu chanteur de country/blues redevenu rappeur), Danny Boy O’Connor (le blanc, pas le mec de Detroit) et DJ Lethal (anciennement DJ des Limp Bizkit), Ill Bill (ex-Non Phixion) et Slaine (Special Teamz). Grosso modo, il s’agit d’une résurrection des californiens House of Pain – devenus célèbres avec le non moins célébrissime « Jump Around » dans les années 90 – en plus « bad »  et auxquels se sont greffés Ill Bill (de Brooklyn) et Slaine (de Boston). Pour les nombreux aficionados qui attendaient impatiemment cette sortie, il faudra maintenant payer pour être membre de LCN.

Lire la suite La Coka Nostra « A Brand You Can Trust » @@@1/2

Ill Bill « The Hour of Reprisal » @@@@


Ill Bill, je ne connaissais que de nom et de réputation au sein des Non-Phixion, jusqu’à ce que je le découvre avec stupeur sur l’énormissime « Heavy Metal Kings » des Jedi Mind Tricks. La voix de Vinnie Paz, c’est du brut de décoffrage, quant à Ill Bill, lui, il l’a méchamment déposé sur place. Quel choc ! Alors pour le sampler de The Hour of the Reprisal (en streaming sur HipHopDX), il a fallu me préparer psychologiquement avec Army of Pharaohs ou Snowgoons par exemple. Je sais fort bien que ce n’est pas sérieux de chroniquer à partir d’un échantillon de quelques titres mais ce genre d’écoute doit significativement donner une idée de ce que recèlera l’album et pourquoi pas, dans le meilleur des cas, inciter à l’achat afin de l’apprécier dans son intégralité.

Lire la suite Ill Bill « The Hour of Reprisal » @@@@

Snowgoons « Black Snow » @@@@


Dehors c’est le désert urbain, 35°C à l’ombre et ciel bleu-gris pollution, ici à l’intérieur, c’est la fournaise. Il fait accablant sous les toits l’été. Il y règne une atmosphère chaude et sèche, lourde dans l’appartement, où le frigo et la douche sont les uniques oasis de fraîcheur et d’humidité. Les fenêtres grandes ouvertes, volets en plastique rabattus à moitié pour se protéger des rayons lumineux calorifères, pas d’effet de serre mais pas d’air circule dans la pièce, hormis un vent chaud brassé par le ventilo pour ne pas éprouver d’insuffisance respiratoire. Ce n’est pas la canicule non plus, mais des après-midis à rêvasser de climatisation, de Mister Freeze, d’expédition en Antarctique et de vacances au Touquet, on a à peu près tous connu ça quand on vit reclus dans une pièce sombre. Pour ma part, j’ai découvert une solution plus efficace que les bonbons Tic Tac pour me glacer le sang en quelques minutes. Au début de cet été est sorti chez Babygrande Black Snow, la seconde salve des Snowgoons. J’insère le disque dans ma mini-chaîne et il se passe instantanément une sorte de phénomène paranormal. La radio m’annonce un avis de tempête venant d’Allemagne. Une masse nuageuse noire menaçante s’approche de ma ville soudain plongée dans l’obscurité et des températures négatives. Les volets vibrent à cause des violentes bourrasques de vent et en refermant les fenêtres, j’aperçois des flocons recouvrir les habitations et les rues d’une épaisse couche noirâtre. 

Lire la suite Snowgoons « Black Snow » @@@@

Army of the Pharaohs « Ritual of Battle » @@@@1/2


Avec The Torture Papers, l’Army of Pharaohs, le super-groupe de guerriers spartiates affilié aux Jedi Mind Tricks, nous avait enseigné l’art de la guerre dans le hip-hop. Beaucoup de leurs victimes en ont gardé des séquelles à vie, marquées mentalement par leurs attaques d’une violence inouïe. La guerre n’est pas encore finie, et l’armée menée par Vinnie Paz repart en campagne pour lancer sa seconde offensive dévastatrice, Ritual of Battles. De nouvelles recrues (telles que Doap Nixon, Demoz et King Magnetic) sélectionnées sur des critères drastiques (préparation au combat, aptitudes physiques) sont venues grossir des rangs plus inébranlables que jamais, en dépit de l’absence notable d’Apathy, qui a préféré ne pas participer à la bataille. 

Lire la suite Army of the Pharaohs « Ritual of Battle » @@@@1/2