Sean Price « Mic Tyson » @@@@


Hé bien ça faisait un bail qu’on l’attendait celui-là d’album! Trois ans au moins que Sean Price avait préparé le public avec sa mixtape Kimbo Price, trois ans de préparation et de patience faisant de Mic Tyson la sortie underground la plus anticipée de ce début de décennie. C’est l’avant-veille de la Fête des Morts de l’An de Grâce 2012 que Sean P a choisi, à quarante piges, de jouer le troisième match de sa vie. P!

Quinze rounds de trois minutes maximum, telles sont les règles fixées par Sean Price pour kicker ses punchlines, uppercut-lines, hook-lines… Un exercice qu’il prend très au sérieux sur cet album, non sans une pointe d’humour. Même pas besoin de garde ni de feintes, rien ne semble l’atteindre. Alors il enchaîne sans discontinuer en frappant là où ça lui fait plaisir, reprenant parfois son souffle pour provoquer quiconque a l’espoir de pouvoir lui infliger une insignifiante éraflure. De toute façon, c’est pas compliqué, personne ne peut le tester, on fait ce qu’on peut pour être de taille. Et ceux qui peuvent prétendre être de taille sont de son côté : son poulain Ruste Juxx, Buckshot, Pharoahe Monch (sur le très bon « BBQ Sauce« ) et Torae.

Sur les deux premiers échanges « The Genesis of Omega » et « Bar-Barian« , on reconnaît la touche inimitable d’Alchemist. L’atmosphère de Mic Tyson est relativement pesante et noire, qualité street. La plupart des beats sont méchants mais manquent soit de tempo soit de punch, un comble! Les producteurs ont tous été très bien choisis (ALC, Evidence, 9th Wonder, Khrysis,…) mais les prods retenues auraient pu être plus percutantes. Il aura fallu par exemple que Amp fasse un instru à la DJ Premier sur « Pyrex » pour garder le tison rougeoyant. Le sombre « STFU, part 2 » est la grosse pièce du boucher de Mic Tyson, sans atteindre la puissance de frappe des classiques « Boom-Bye-Yeah » et « P Body« . Reste que les coups sont suffisamment fort pour tomber K.O. au bout des 41 minutes.

Une réflexion sur « Sean Price « Mic Tyson » @@@@ »

  1. Gros album que nous sort Sean P !
    Il n’y a aucun déchets (heureusement car il ne fait que 41min) et de gros bangers. Je pense à BBQ Sauce, la meilleure track de l’album et une punchline de malade de la part de P : « I make your mom suck my dick with BBQ sauce ! »
    C’est énorme, ça part dans tous les sens, ça kick, ça pousse dans les cordes, bref les rounds s’enchainent à une vitesse folle mais à une cadence de fou. Les invités sont là, la plupart sur les refrains, et font le taff. Les productions sont excellentes, je pense au sample d’ALC sur Bar-Barian (je sais pas comment il a été cherché ça), 9th Wonder a aussi fait un super taff.
    Bref vous l’aurez compris le plus gros défaut de cet album c’est sa longueur. D’autant plus que sur les bonus itunes, on a deux gros titres : Haraam et Remember en feat avec Freddie Gibbs. Cette dernière mérite vraiment de figurer sur la tracklist de la version physique car le beat signé Statik Selektah est tout simplement un de ces plus beau qu’il est fait, c’est dire.
    P ne nous déçoit jamais et nous le prouve encore !

    « Sean is the first name
    Fifth fire first, motherfucker, the first flame » BBQ Sauce

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s