Ghostface Killah « The Lost Tapes » @@@@


Dire que le dernier album de Ghostface date de 2015, ça fait une paie. Une trop longue absence au regard des nombreuses sorties qu’il annonçait alors : l’arlésienne DOOMSTARKS, Supreme Clientele 2, Twelve Reasons To Die 3, Wu Block 2… Les projets s’empilent, sans nouvelles, et là, boom, The Lost Tapes qui sort de nulle part. Pas un album, ni une mixtape, ça s’apparente à une sorte de fausse vraie compilation d’inédits. C’est pas du tout clair comme définition mais ce qui est sûr, c’est que ce qu’il y a dessus est du Ghostface Killah pur jus.

Très fun la pochette avec ce petit fantôme masqué et armé. Mais pour être franc, cet album aurait du s’appeler The Last Tapes. On n’a pas du tout affaire dans le cas présent à des chutes de studio qui trainent prennent la poussière depuis dix ans, le timbre de voix un peu fatigué de Ghostface qu’on a entendu sur le fameux « Wu-Tang Forever » de Logic montre bien que les enregistrements sont récents.  C’est le comédien Michael Rapaport, vrai mordu de rap et fan de Tony Starks, qui a l’insigne honneur d’ouvrir et clôturer The Lost Tapes, soulignant les productions teintées de soul poussiéreuse et les nombreuses qualité du rappeur qui possède une élégance indéniable, tout en restant très hood j’ajouterai.

Neuf morceaux en décomptant les interludes, ce n’est pas la panacée mais regardez comment tiennent tous ces lyricistes de légendes et loups affamés à la streetcreed en béton armé. Déjà les vieux amis du Wu-Tang, Raekwon, Masta Killa et Cappadonna sur « Watch’em Holla« , le toujours très classe Big Daddy Kane sur « Done It Again« , Killah Priest, LA The Darkman, les fines plumes Ras Kass et Planet Asia, Bishop Lamont et d’autres pointures Westcoast comme KXNG Crooked et – surprise – Snoop Dogg et E-40 sur « Saigon Velour » ! Les deux vétérans de la côte ouest font le job en s’adaptant à une prod typique de Ghostface, ce qui est assez inattendu, mais allez directement sur le remix avec Tricky si vous voulez continuer d’être surpris par leurs performances à tous.

Les instrus s’inscrivent dans la lignée de Big Doe Rehab et Apollo Kids, avec des tendance rock/soul comme sur « I Think I Saw A Ghost« , ce qui n’est pas pour déplaire aux puristes : du Ghostface Killah tout craché, très fidèle à son style rustique et clinquant à la fois. Curieusement, à la prod, on ne retrouve pas de RZA (pas étonnant dans le fond), d’Allah Mathematics ni de Bronze Nazareth, de Scram Jones, Frank Dukes et encore moins de Sean C  & LV, Anthony Acid… Tout est crédité au nom de Big Ghost Ltd, un artisan du beat que certains – dont moi – ont d’abord connu pour être le chroniqueur fou furieux et tellement drôle d’Okayplayer. Chapeau bas mec, tu as fait un excellent travail, tu as tapé dans le mille.

Tout ça pour dire que, n’ayez craintes, si vous êtes un aficionados de GFK, vous pouvez foncer les yeux fermés sur The Lost Tapes. Ça n’a rien d’une sortie confidentielle d’un label qui a récupéré des enregistrements de façon douteuse comme c’était monnaie courante dans les années 2000, l’intitulé est trompeur faut l’admettre. Mais comme je le disais, vous ne serez pas du tout déçu de la marchandise.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.