Fat Joe « J.O.S.E.2 » @1/2


Certains auditeurs de rap cainri ont raison de penser que la qualité du rap eastcoast est tirée par le bas si on étudie la question de Fat Joe. Celui qui dans les années 90 a lancé la carrière de Big Pun et qui fut un des piliers du D.I.T.C. n’est plus que l’ombre de lui-même à l’heure où je vous parle.

La sortie de J.O.S.E. 2 permet de faire le point depuis son prédécesseur Jalous Ones Still Envy qui nous ramène huit ans en arrière, période où Fat Joe était au top de sa carrière. En effet, J.O.S.E. premier du nom (dont sont extraits les tubes « What’s Luv » avec Ja Rule & Ashanti et « We Thuggin » feat R Kelly) s’est officiellement vendu à plus d’un million d’exemplaires au pays de l’Oncle Sam. C’est après que sa cote de popularité a dégringolé proportionnellement à ses scores de vente… jusqu’à atteindre le fond avec ce grotesque J.O.S.E. 2. Comment a-t-il pu tomber si bas ? Analyse.

L’album qui a suivi, Loyalty, a essuyé de mauvaises critiques mais a tout de même été certifié disque d’or. Depuis, Fat Joe était tiraillé entre l’idée de renouer avec le succès commercial et rester fidèle à New-York dans l’esprit. Il sort All Or Nothing en 2005 avec lequel il parvient tant bien que mal à trouver un compromis entre les deux mais il finit par quitter la major Atlantic. De retour en indépendant avec un deal de distribution chez EMI, il sort Me, Myself & I qui d’après l’intéressé devait sonner new-yorkais. Le hic c’est qu’il est produit par une majorité de producteurs basés à Miami et contient des feats tous sauf eastcoast. Un problème d’éthique qui vire à la schizophrénie sur Elephant in the Room, un LP 50% commercial, 50% NYC.

En même temps que sa carrière a glissé sur une pente savonneuse, son crew le Terror Squad, qui pourtant a cartonné en 2004 avec le tube « Lean Back » se désagrège au point de compter que deux membres actifs : Fat Joe et l’assourdissant DJ Khaled. Remy Ma est en prison et les autres ne donnent aucun signe de vie. C’est aussi cette année 2004 que débuta son beef avec 50 Cent qui l’a couvert de ridicule et accéléré sa descente et sa perte de poids.

En annonçant J.O.S.E. 2, on s’imaginait un album dans une optique commerciale avec quelques tracks rap new-yorkais. Un peu comme son précédent disque sauf que le pire était à craindre aux vues du contexte : Lil Wayne, Ron Browz, Akon, Swizz Beatz, T-Pain, Jim Jonsin, The Inkredibles sont cités et les producteurs font soit partie de cette liste, soit sont des anonymes. Et pour couronner le tout, il reprend son beef avec 50 là où il l’avait laissé en déclarant que « 50 est malade tellement cet album est hot. » Risible, il continue de s’enfoncer. Les moqueries commencent à venir des personnes qui le soutenaient autrefois et il faut avoir écouté J.O.S.E. 2 pour en connaître les raisons.

D’abord parce que ça démarre par une double couche d’autotune avec « Windin’ On Me » (que l’on connaissait depuis la mixtape The Leak 6 de Lil Wayne), parce qu’on a droit au featuring d’Akon (pas la peine d’écouter « One » plus de dix secondes), de T-Pain pour une troisième couche d’autotune… Que des types qu’on retrouve sur les albums de tout le monde ! C’est exaspérant à la fin… Une grosse partie de l’album concentre des riddim Dirty South et Trap Music artificiels qu’on entend partout (« Aloha » feat Pleasure P, « Okay Okay », « Cupcake »…) et des tracks new-yorkaises tout aussi réchauffées (« Joey Don’t Do It », « Ice Cream » feat Raekwon et le potable « Congratulations » feat Rico Love). Lil Kim qui effectue un retour hasardeux manque le coche en posant sur le très cliché « Porn Star » et Swizz Beatz lâche un beat ultra-superficiel (« Blackout » feat Rob Cash). Quand « Music », la 12e et dernière piste, arrive, on se demande si Fat Joe se fout pas un peu de notre gueule…

Est-ce que Fat Joe s’est laissé pervertir par le système ? Est-ce qu’il surestime trop sa hype ? Une chose est sûre, c’est que sa gloire appartient au passé et que sa notoriété actuelle s’émiette dangereusement. Joey a craqué, J.O.S.E. 2 (qui peut très bien signifier « Joe Organise Son Enterrement ») est une belle daube. Commerciale, je ne sais pas. Ce n’est pas un jeu de mot d’affirmer que Fat Joe a eu les yeux plus gros que le ventre car cet album est un énorme bide (sans vouloir faire allusion à son embonpoint) qui par l’effet de l’attraction gravitationnelle restera cloué en bas de l’échelle.

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Raging Bull dit :

    Dommage pour Fat Joe de saloper lui-même l’héritage de sa discographie en grillant la lignée des Jealous avec cette livraison indigne. Ceci étant, depuis le temps qu’il est indigne, on se demande si Joe l’a été un jour… La proportion de ses opus honteux a pris le pas sur ce qui lui a servi d’alibi musical jusqu’à maintenant (les skeuds du début de sa carrière). On pouvait plaider l’erreur de parcours quand il a commencé à s’égarer, mais désormais il s’agit plutôt d’un parcours d’erreurs.

    Le vrai début de la fin pour Joe, quoi qu’on en dise, et malgré quelques faute de goût au préalable, ça a été son rapprochement de la clique de DJ Khaled, qui a définitivement plongé le bonhomme dans la tombe, en lui faisant croire qu’il pouvait laisser tomber le grimy de ses débuts pour porter le drapeau du rap foireux de sa bande à Miami.

    J'aime

  2. escobar56 dit :

    LOL !!!

    J'aime

  3. Crazy Horus dit :

    MDR ouais le PQ c’est pas mal, mais alors un truc très fin qui se déchire assez vite lol

    J'aime

  4. Crazy Horus dit :

    le papier de riz moi je dis

    J'aime

    1. Sagittarius dit :

      Bah le PQ tant qu’à faire! lol

      J'aime

  5. Lankh dit :

    P.-S. Il y a le bois mais tu as oublié le papier mâché Sagittarius.

    J'aime

    1. Sagittarius dit :

      y a le carton entre 2

      J'aime

  6. Lankh dit :

    Un album honteux! Il l’a fait sur un coin de table d’un MacDo…Cet album est plus bas que terre et insulte le premier JOSE (1995). On ne l’écoute qu’une demi-fois ( je suis indulgent, mais l’honnête auditeur ferait au moins cet effort) et on constate, évidemment , que Fat Joe s’est auto-détruit (aidé par des beefs mal gérés). La « pente savonneuse » résume très bien l’évolution de sa carrière musicale : des albums de plus en plus mauvais (à partir de Loyalty) , malgré le fait que Me, Myself & I a sauvé les quelques meubles de la chambre de l’éléphant (sans ses défenses). Et puis, quand est-ce qu’ils arrêteront de saigner frénétiquement l’autotune?
    Bref, JOSE 2 est une bouse dans laquelle il ne faut pas marcher car ça pue la diarrhée sonore. Ceci dit, on peut, rigoureusement, nettoyer le dessous des chaussures (+ intérieur des oreilles, cela va de soi) avec Represent, Jealous One’s Envy ou Don Cartagena. R.I.P. Fat Joe

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.