50 Cent « Get Rich or Die Tryin' » @@@@


50 Cent dans l’underground était un clasheur hors-pair, un petit taquin qui ne manquait de descendre quelques rappeurs entre deux tirs. Lorsqu’il a sorti ‘Power Of The Dollar’ et des tas d’autres albums bootleg tels que ‘Guess Who’s Back’, il n’était encore qu’un dealer sans véritable avenir. C’est aussi l’un des premiers rappeurs à avoir conquis la rue avec grâce aux mixtapes vendues comme des petits pains.

Mais ce buzz a été d’autant plus amplifié lorsque le bulldozer Shady/Aftermath conduit par Dr Dre et son padawan Eminem ont pris 50 Cent sous leur épaule. Fort de ce coup médiatique, Curtis Jackson (pour les intimes) est devenu la coqueluche de tout le rap game. Adulé, apprécié, catapulté par une très bonne crédibilité et inversement décrié, déprécié, et décridibilisé. On retiendra surtout qu’il est « l’homme qui s’est fait tirer 9 fois dessus », plutôt que le rappeur de SouthSide (Queens) qui a repris l’avatar d’un célèbre gangster local. Tous les projecteurs sont braqués sur lui du jour au lendemain.

(Retrospective écrite en Septembre 2004)


Il est d’ailleurs l’invité d’honneur de la bande originale d’Eminem, ‘8 Mile’, sur lequel il balance un « Wanksta », pour suivre une phase transitoire et grossir sa base de fan avant son album ‘Get Rich Or Die Tryin’. Un titre sans aucune ambiguïté, montrant clairement le but de 50 Cent, et une pochette symbolique au fort impact (là c’est ambigu). Cet opus a pour intention d’alimenter les fantasmes ‘gangsta’ du public sous toutes ses formes : 50 est dangeureux, 50 est glamour, 50 est extravagant, 50 est la star du gangsta rap. Et peu importe que les gens en parlent en bien ou en mal, la polémique et la publicité tourne toujours à son avantage. Mais que demande le peuple ?

Cet album a démarré comme un décollage de fusée pour atteindre un succès éclair hallucinant, planétaire. Et ceci est dû une nouvelle fois à l’ingéniosité de Dr Dre, signant la première grosse bombe « In Da Club ». On passe les autres gros hits « P.I.M.P. », « 21 Questions », »If I Can’t »… l’intérêt ne se porte heureusement pas sur les morceaux ‘de surface’ destinés aux auditeurs néophytes. La première partie de l’album reste des plus remarquables, avec des morceaux tels que « Patiently Waiting » feat Eminem et « Many Men (Wish Death) », à classer entre les meilleurs extraits de 2Pac et Notorious BIG. « Heat », « Like My Style » et « Back Down » tempèrent l’album dans cette ambiance street, où l’auditeur peut sentir les balles passer près. Ca douille !

L’un des défauts de ‘Get Rich Or Die Tryin’ vient d’un certain contraste entre les nouvelles productions co-signées par Eminem et Dr Dre, et les anciennes préconçues avant le transfert de 50 Cent dans le clan Aftermath. L’autre coup marketing vient de la présentation des membres de son groupe G Unit : Young Buck (sur le morceau dirty south « Blood Hound »), Lloyd Banks et Tony Yayo. Pourquoi ne pas sortir du crew après son succès ? Une option facile qui vient grossir encore plus la base de fans, mais avec un tel tremplin, une occasion pareille ne manquerait surtout pas d’être ratée.

Depuis l’avènement mondial de 50 Cent, le monde du rap a été divisé en plusieurs catégories : les ‘groupies’ et autres ‘suckers’, les adeptes du clan Shady/Aftermath et les ‘haters’, venant créer à eux trois un certaine équilibre dans le rap game. Mais pas pour empêcher les débordements.

‘Get Rich Or Die Tryin’ est considéré pour certains comme un classique rap contemporain, alors que pour d’autres il ne s’agit que d’une simple galette de plastique purement commerciale. Reste à savoir quelle est la meilleure réponse… Dans tous les cas, depuis fin 2002 et onze millions d’albums plus tard, 50 Cent et son fidèle gilet pare-balles demeurent intouchables. Pour combien de temps?

« If David could go against Goliath with a stone/I can go at Nas and Jigga for the throne »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s