Archives du mot-clé Moss

Kool G Rap « Return of the Don » @@@


Les vétérans Eastcoast n’ont pas rappé leurs dernières rimes, on a vu encore récemment avec KRS-One qui n’était pas prêt de tirer sa révérence. Trente ans dans le game et toujours prêt à dégainer au mic malgré les rides et la silhouette qui bedonne, paraît que ça permet de conserver son statut d’anciennes gloires. Surtout quand on est le parrain (grand-papa?) du mafioso rap comme Kool G Rap. 2017 le don est de retour avec un dixième album studio contenant 11 morceaux entièrement produit par MoSS, et bien accompagné.

Lire la suite Kool G Rap « Return of the Don » @@@

Reks « The Greatest X » @@@@


La preuve que Reks est un rappeur que l’on omet parfois de lister, on parle là de son quatrième album connu parmi neuf efforts produits. Mais quel effort! Comme d’habitude, il sert du très lourd et c’est fort dommage s’en priver. Cette fois n’attendez rien d’autre de cette bête de MC qu’à rassasier votre appétit d’ogre pour une entrecôte grillées 500 grammes de hip hop Eastcoast underground, sachant qu’une deuxième pièce vous attend juste derrière. Vous l’avez compris, The Greatest X est un double-album.

Lire la suite Reks « The Greatest X » @@@@

Ill Bill « Septagram » @@@


Un album d’Ill Bill, on ne dira jamais non, même si ce quatrième album solo tombe en été et que ouais, ce n’est pas trop-trop la saison pour écouter du rap hardcore et bresom. Septagram s’adresse en particulier à ses fans hardcores justement, ceux qui vivent cachés de la lumière.

Lire la suite Ill Bill « Septagram » @@@

Nitty Scott, MC « The Art of Chill » @@@@


nitty scott the-art-of-chill-1

Imaginez une rappeuse qui kicke avec plus de douceur que Jean Grae et au physique voluptueux et dix fois plus naturel que Nicky Minaj. Cette personne existe vraiment, elle s’appelle Nitty Scott MC. Après plusieurs projets dont le remarquable single « Flower Child » avec Kendrick Lamar et apparitions en featurings (auprès de Statik Selektah, Tanya Morgan…), la MC de Brooklyn a publié au début du Printemps sont tout premier album The Art of Chill.

Lire la suite Nitty Scott, MC « The Art of Chill » @@@@

ILL Bill « The Grimy Awards » @@@½


William Braunstein alias ILL Bill vient d’éditer chez Fat Beats Records son troisième essai The Grimy Awards. L’ex-Non Phixion, actuellement membre de La Coka Nostra et moitié des Heavy Metal Kings, livre un volet très personnel qui compte sur la collaboration de vétérans du beats internationalement connus, à savoir Pete Rock, Primo, DJ Muggs, Large Pro, Ayatollah ou encore Psycho Les des Beatnuts. La lourderie au sens propre comme figuré.

Lire la suite ILL Bill « The Grimy Awards » @@@½

« Movies on Demand 2 » starring Consequence [mixtape] @@@@


Les VOD (Videos On Demand) sont devenues une fonctionnalité incontournable des nouvelles offres télés numériques. Le directeur des chaînes de Cons TV a lancé un concept similaire, des Movies On Demand (relire la chronique), qui a rencontré un vif succès sur Internet. Fort de cette audience, Consequence dévoile alors une seconde saison de courts-métrages audio en toute gratuité, avec sur le tapis rouge une foule d’acteurs du rap game.

> Télécharger la mixtape sur lehiphopsurecoute.

Lire la suite « Movies on Demand 2 » starring Consequence [mixtape] @@@@

Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@


Un des leaders de l’underground de Philly livre son premier album solo après quinze ans de carrière souterraine. Il est le MC impérial des Jedi Mind Tricks, au sein desquels il a écrit ses lettres de noblesse, et général de l’Army of Pharaohs, on le surnomme Louis Doggs, Vin Laden ou encore the Pazmanian Devil : Vinnie Paz, 31 ans. Mieux vaut tard que jamais comme on dit, l’occasion se présentait alors qu’il vient d’ouvrir son label Enemy Soil afin de pouvoir régner sans partage dans le milieu indie hip-hop en s’affrichissant de Babygrande Records. Avec un album très personnel et typique, Season of the Assassin va souffler un vent sec et glacial en toutes saisons.

Lire la suite Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@

Inspectah Deck « Manifesto » @@@


C’est toujours un événement en soi lorsqu’un des piliers du Wu-Tang débarque dans les bacs, même lorsqu’on évoque le nom d’Inspectah Deck. Brillant au sein du Wu (son légendaire couplet qui débute « Triumph »), en featuring (since 1998) et sur les derniers projets de ses semblables (notamment sur Chamber Music et le monumental « House of the Flying Daggers »), sa discographie demeure en demie-teinte, excepté The Movement que la plupart des Wu-listeners considèrent comme son meilleur à ce jour.

Au départ conçu pour être la suite de Resident Patient (davantage considéré comme un street-album), Manifesto (Traffic Entertainment) rattrape quatre années d’attente avec une vingtaine de tracks inégales. A prendre ou à laisser.

Lire la suite Inspectah Deck « Manifesto » @@@

KRS-One & Buckshot « Survival Skills » @@@1/2


C’est dans les situations les plus désespérées que l’union fait la force, les personnes les plus expérimentées le savent bien. C’est une des raisons pour lesquelles le Teacher, KRS-One, s’est associé avec Buckshot et Duck Down Records pour livrer un guide de survie dans le Hip-Hop, Survival Skills. Ceci sous-entend évidemment que, selon eux, la culture hip-hop tombe en désuétude, ce qui est loin d’être faux. Il est urgent qu’une mise au point s’impose pour rappeler les codes de l’éthique inhérente au rap, ses valeurs et remettre la jeune génération sur la bonne voie, non sans donner de leçons de morale. Parce que « le rap, c’était mieux avant ».

Lire la suite KRS-One & Buckshot « Survival Skills » @@@1/2

Joe Budden « Padded Room » @@@1/2


joebudden-padded-room

Padded Room marque la fin de la traversée du désert pour Joe Budden. Son histoire pas drôle on en connaît les grandes lignes mais je vous refais le résumé : laissé pour compte par les responsables de Def Jam sous l’ère Shawn Carter (qui de toute façon ne le portait pas dans son coeur), le rappeur originaire du New Jersey a survécu grâce à sa très bonne série de mixtapes Mood Muzik et la fidélité de ses fans sur la toile, ceux qu’il appelle ses « Internet soldiers ».

Joe n’a pas lâché l’affaire et a pris sa carrière en main, ses efforts récompensés par une signature chez la société indépendante Amalgam Digital, qui offre une véritable plateforme de distribution via le téléchargement légal en plus du format CD. Certes ses ambitions ont été revues à la baisse, pas le choix, ce n’est pas avec les royalties de son premier album éponyme que Joe Budden aurait continué de faire bouillir la marmite. C’était sa seule option pour perdurer dans le rap game et malgré une attitude qui lui fait terriblement défaut, c’est tant mieux pour lui. Quatre ans à galérer pour enfin écouter Padded Room, le deuxième album de Joe Budden. Mais je vous préviens, c’est pas marrant du tout.

Lire la suite Joe Budden « Padded Room » @@@1/2

Big Shug « Otherside of the game » @@@1/2


Connu grâce à son affiliation avec le légendaire duo Gangstarr et leur célèbre « Militia », Big Shug a su imposer son style hardcore, entre récits criants de vérité sur son vécu dans les quartiers de Boston et ses chants de crooner plus occasionnels. Ses deux premiers LP, Who’s Hard et Streetchamp, n’ont pas été de francs succès critiques honnêtement, principalement pour leur manque de solidité. Néanmoins, sa réputation en tant que MC, ou sa street-credibilty si vous voulez, n’en a été que plus valorisée. On ne rigole pas avec ce mastodonte qu’est Big Shug.

Pour son troisième album, le membre de la Gangstarr Foundation continue d’évoluer dans l’ombre du rap game, car c’est là, dans l’envers du décor que se dissimule la réalité des choses. Complété par des productions de Primo, MoSS et des invités comme Termanology et Freddy Foxx, Otherside of the Game est certainement le meilleur disque de la discographie de Big Shug. For real. 

Lire la suite Big Shug « Otherside of the game » @@@1/2

Special Teamz « Stereotypez » @@@1/2


Le vétéran bostonien Edo G et ses homies Jaysaun des Kreators et Slaine de la Coka Nostra ont formé en 2005 une unité de choc dans l’Etat du Massachusetts, la Special Teamz, à la période où Edo G avait sorti My Own Worst Enemy (connu et reconnu pour sa production signée Pete Rock). Après de deux ans de prospection, une mixtape et un maxi vinyl, l’équipe spéciale approuve un deal chez Duck Down Records, label de Buckshot et Dru Ha et maison-mère du Boot Camp Clik. Des moyens, une notoriété underground déjà toute faite et une quantité de producteurs de renom : DJ Premier et Pete Rock en tête, Young Cee (l’actionnaire principal), Jake One, Marco Polo et quelques autres moins notoires. Sur le papier, l’annonce esta priori attractive, mais de la théorie à la pratique, il peut y avoir une différence par rapport aux prévisions. On s’est peut-être fait quelques idées un peu hâtives sur Stereotypez.

Lire la suite Special Teamz « Stereotypez » @@@1/2

Ghostface Killah « FishScale » @@@@½


Dur de ne pas rester impatient et impassible face à certaines nouvelles sorties. Tout le monde était visiblement pressé d’écouter le ‘FishScale’ (Def Jam/ Barclay) de Ghostface, son premier album produit sous l’ère Shawn Carter alias Jay-Z. Le buzz a été conséquent effectivement, et les facteurs qui y ont contribué étaient nombreux: le street-album ‘Put It On The Line’ de Ghostface Killah & Trife Da God, l’annonce d’une collaboration future sur disque avec MF Doom, l’énorme street-single « Be Easy » (produit par Pete Rock) et son refrain accrocheur, … Mais avant toutes choses, l’envie d’écouter un brillant MC au talent indéniable de part ses performances et son charisme.

Chronique originale écrite le 22 Avril 2006

Lire la suite Ghostface Killah « FishScale » @@@@½

AZ « A*W*O*L » @@@@


Fausse alerte l’été 2004 : ‘Final Call’ de AZ ne sortira pas. Les raisons ? Deux hypothèses à cela : la première, ce sont les critiques assez vives de la presse hip hop, qualifiant, ce disque de cross-over et décevant. À titre informatif, le magasine XXL l’avait marqué d’un ‘M’ pour ‘medium’ ; la deuxième : des actes de pirateries qui ont eu pour conséquence de retrouver cet album sur Internet quelques semaines avant sa sortie. Donc on efface l’ardoise et on recommence.

Mais tout n’est pas perdu sur ‘A*W*O*L’ sur la treizième plage bonus, vous trouverez les trois meilleurs extraits de ‘Final Call’, c’est-à-dire « Live Wire » sur une production de Buckwild, le très bon « Magic Hour » avec CL Smooth et le franc parlé « The Truth ».

Note : comme d’autres rappeurs avant lui (Slim Thug, Talib Kweli), son album a fini bootlegué sur le net ce qui n’était pas courant à l’époque. AZ a dû tout réenregistrer, quitte à refaire un nouveau disque. Pour resituer un peu le contexte morose, AZ était aussi en froid avec Nas en 2005.

Lire la suite AZ « A*W*O*L » @@@@