Tyga « Careless World: Rise of the Last King » @@


À ses débuts avec No Introduction, Tyga était perçu comme une curiosité. Natif de Compton (comme Dr Dre, DJ Quik et Game) et cousin de Travis McCoy des Gym Class Heroes, imaginez le mélange. Maintenant le voilà membre de la famille Young Money/Cash Money Records sous la houlette de Birdman et Lil Wayne, afin de mieux assouvir son ambition avec Careless World: Rise of the Last King. Ou comment passer d’un premier album tendancieusement pop de pseudo hipster à une suite prétentieuse qui se conforme au style Young Money.

Il ne fallait pas s’attendre à grand chose de la part d’un jeune rappeur pas encore mature et sans charisme ne cherchant rien d’autre que marcher sur la route du succès comme Lil Wayne, Drake et consorts, c’est le but affiché. Donc, si vous en avez déjà marre d’entendre de pâles imitations de Drake ou des titres emo-pop-r&b, parce qu’il y en a une tonne (« I’m Gone » feat Big Sean, « For the Fame » feat Chris Brown, « Black Crowns« , « Far Away« , « This is Like » avec Robin Thicke…), vous avez le droit de manifester votre manque d’intérêt. Tant qu’à être à la pointe de la mode en matière de rap mainstream, Tyga rajoute un peu de dubstep sur « Love Game » et des clubs bangers comme son single insipide « Rack City » et « Potty Mouth » avec Busta Rhymes, qui vient de signer chez Google Music et Cash Money (qui aurait cru…). D’autres morceaux pourront plaire pour leurs instrus, comme « Lil Homie » avec Pharrell, « Celebration » avec T-Pain ou encore « Kings & Queens » avec Wale et Nas qui ont le don d’éclipser leur hôte les doigts le nez.

Pour résumé cette écoute de 21 titres en fast-forward, Careless World de Tyga est ce genre d’album ostentatoire dont la principale richesse se manifeste par le budget en featurings et dans la façon dont il se la pète sur son succès pour compenser des thèmes pauvrets et une inspiration empruntée à d’autres comme Drake ou Wiz Khalifa. En dehors d’instrus parfois sympathiques, on passera à travers ces clichés d’albums aux velléités commerciales. La pochette a la couleur de l’or, mais ce n’est que du plastique.

3 réflexions sur “ Tyga « Careless World: Rise of the Last King » @@ ”

  1. Même avis, l’album a du faire une heure à tout casser sur mon disque dur. Les instrues étaient bof (Perso sa commence à me lasser énormément les prods nu-soul ), Tyga fesait son lover sur la moitié des tracks et se fesait bouffer sur les 3/4 des invités. Pour te dire, j’ai juste retenu le son avec Nicki Minaj, c’est dire.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s