M.O.P. « The Foundation » @@@1/2


Quatre cafés d’ingurgités et j’ai encore la tête dans le cul. Ben tiens, je vais me passer le dernier M.O.P. pour me donner un coup de pied au cul. Neuf ans qu’on attendait un VRAI skeud du duo le plus hardcore de la banlieue de Brooklyn. Putain ça remonte à loin Warriorz quand on y pense, grosse pièce du boucher ça ! Le bordel monstre qu’avait causé « Ante Up » et son remix, « Cold As Ice », des classiques qui font toujours mal à notre époque. Beaucoup de nostalgie quand j’y repense.

Billy Danze et Lil Fame reviennent de loin, c’est le moins que l’on puisse dire. Depuis 2001, ils ont fait des choix qui n’ont abouti à RIEN : un passage chez Roc A Fella, la fin de l’entente Jigga/Dame a été synonyme de brisure de contrat, puis une signature chez G Unit vivement décriée par les puristes, d’autant que Interscope ne prévoyait pas de sortir leur disque avant perpet’. Deux occasions manquées, double manque de bol. Les seuls trucs qu’on a pu se mettre sous la dent sont quelques featurings (ce qui n’a pas ménagé ma patience) et des pseudo-albums réchauffés (Mash Out Posse, St Marxmen et le faux-bootleg Ghetto Warfare). Le régime sec. Alors quand j’apprends que Foundation est leur premier officiel officiel de ce troisième millénaire, je saute sur l’occase comme un chien devant son os à moelle. Et là, deux sons de cloches. Fuck, mon crédo est de faire mon propre avis sur la chose.

Allons-y gaiement, en finesse. Faisons cracher les watts !!! Tant pis pour les voisins, c’est des vieux, ils sont sûrement sourds. L’entame est puissante, « I’m a brownsvillian » défonce littéralement avec ce sample de rock chopé par Nottz. ROCK ONNNNN. Rhaa que c’est bon. Si j’étais pas si dégarni, je serai décoiffé. Pas grave, ça m’empêche pas de faire du ‘head bangin’. Il y a des sacrés bon moments sur cet LP : « Blow The Horns » crédité par Fizzy Womack (l’autre alias de Lil Fame, je me répète au fil des chroniques), vitaminé et hip-hop à donf et « Bang Time » featuring Styles P sur une prod de Green Lantern, là aussi ça arrache. Yo yo BANG BANG ! Du L.O.U.R.D., et je pèse mes lettres. Dans un registre moins explosif, « Brooklyn » est vachement bon. Sample de blues au goût du jour, visite des quartiers avec nos deux costauds Fame et Danze.

Un fait me tracasse cependant, et cette impression se confirme morceau après morceau : les M.O.P. ont perdu du poil de la bête à trop brosser dans le sens du poil. Ils sont nettement moins survoltés qu’avant. Sur ce point, je suis tout à fait d’accord. On peut mettre ça sur le compte de l’âge mais je m’y refuse. Quand on s’appelle les M.O.P., on veut du non seulement du hardcore, mais surtout des mecs qui gueulent à 2 millimètres du micro. Sur Foundation ils ont baissé d’un ton, comme sur cette track que j’aime bien, « What I Wanna Be » feat Rell sur une boucle soulful échantillonnée par Primo. Ça fleure bon l’authenticité, c’est doux comme du coton… Les M.O.P. des durs doux, une oxymore pas si déplaisante mais qui hérissera les puristes. Par contre ce qui me fait vachement chier, c’est le refrain de « Street Life » avec la voix trafiquée de DeMarco. Pourquoi faut-il en arriver-là pour sortir un single ? J’ai plus du tout envie de faire BLAW BLAW BLAW tout d’un coup.

Enfin bon, je ne m’arrête pas à ces artifices sans feu. The Foundation possède d’autres garanties solides : Termanology, Redman, des prods de DR Period, Ron G, Statik Selektah et M-Phazes qui a choisi une belle bouche de piano pour « Foundation ». L’album est vraiment pas mal je trouve, je suis à la fois content de constater qu’il y a des gros sons et que ça tient la route, et un peu déçu des prestations des deux rappeurs malgré une forme apparente. En tout cas, mon bilan reste positif, parce qu’un album des M.O.P., ça dépote. Avant ça dépotait grave, maintenant ça dépote.

3 réflexions sur « M.O.P. « The Foundation » @@@1/2 »

  1. A ce que j’ai pu lire, ce disque a plutôt été mal recu par la critique française alors qu’aux States il obtient des meilleures notes en comparaison. Moi, j’accroche beaucoup. On avait pas eu de skeud bien street cette année encore, hormis Tha Blaqprint et le 3ème opus de Cormega qui arrive, et donc ca fait vachement de bien. A part la fin de l’album qui contient 3 tracks pourries, tout est bon.
    Ce sera un bon 14 pour moi.

    J'aime

  2. Un album qui oscille entre le bon et le moyen; je suis d’accord avec la chronique de Sagittarius. Qui n’a pas été piqué par la débauche d’énergie d’Ante Up (une débauche qu’on redemande quand il s’agit de M.O.P.)? Cependant, le groupe s’est endormi sur ses lauriers pour cet album. Ils ont gardé cette touche soulful survitaminée (t’as oublié les HO! HO! HO! Sagittarius lol) qu’on a pu apprécier sur Warriorz, mais là, j’ai l’impression d’entendre du réchauffé parfois. Cela dit, ça fait du bien de les entendre après l’aventure G-Unit.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s