Archives du mot-clé Rhymefest

DJ Jazzy Jeff « M3 » @@@½


Onze ans que ce cher DJ Jazzy Jeff n’avait pas sorti d’album, ça commençait à faire. À dire vrai, on n’attendait pas ce troisième volet de la série Magnificient, le pionnier de Philadelphie tournait ça et là avec son vieux copain Will Smith, peu de communication… Tout à coup, très discrètement, ça tombe là : M3, pour Magnificient 3, vous l’aurez deviné. Surprise? Oui et non.

Lire la suite DJ Jazzy Jeff « M3 » @@@½

Kanye West « Yeezus » @@@@


Celui qui pour beaucoup a été considéré comme un messie du rap à ses débuts en 2003 nous présente sa nouvelle « création », sa sixième (si on ne compte pas Cruel Summer), Yeezus. Et c’est devenu une habitude avec chaque nouvelle sortie de Kanye West, les vagues de débats passionnés, des articles de presse plus ou moins bien renseignés, tout ces éléments médiatiques qui font que l’un des rappeurs/producteurs les plus influents de ces dernières années devient le centre du monde, en bien, ou en mal.

Lire la suite Kanye West « Yeezus » @@@@

Nottz Raw x Asher Roth « The Rawth EP » @@@@


Il pleut des cadeaux entre les fêtes de Noël et du Nouvel An encore cette année. En ce qui concerne cet article, il s’agit même d’un ‘EP en commun’ résolument hip-hop entre le producteur/MC Nottz Raw et le rookie blondinet Asther Roth. Fuuuuuuuuuuuuuuuuusion Raw/Roth -> The Rawth EP.

> Ecouter The Rawth EP sur HipHopDX

Lire la suite Nottz Raw x Asher Roth « The Rawth EP » @@@@

Skyzoo & Illmind « Live from the Tape Deck » @@@@


Après les associations 9th Wonder & Buckshot, Marco Polo & Torae puis Ruste Juxx et avant le très attendu Smif-N-Wessun & Pete Rock prévu pour Février 2011, Duck Down Records a misé sur une doublette inédite : Skyzoo, meilleur rookie de l’année 2009 grâce à son petit chef d’oeuvre The Salvation (relire la chronique), et Illmind, un de mes beatmakers underground favori. Ils livrent ensemble Live from the Tape Deck, un album qui s’écoute comme une bonne vieille K7 dans une boom-box. Conseil avant usage : mettez les basses au max.

Lire la suite Skyzoo & Illmind « Live from the Tape Deck » @@@@

Naledge « Chicago Picasso » hosted by Mick Boogie & DJ Timbuck2 @@@1/2


La scène hipster-hop de Chicago est l’une des plus prometteuses des Etats-Unis, et Naledge* fait partie des jeunes pousses qui contribuent à l’essor de ce mouvement à travers son groupe des Kidz In The Hall.

Cet MC qui poursuit actuellement ses études à l’université de Pennsylvanie a fait pas mal parler de lui l’an dernier en participant activement à la campagne de Barack Obama en même temps que The In Crowd (lire la chronique) rentrait dans les meilleurs ventes rap indépendant. Son besoin d’indépendance était logique, il l’avait déjà manifesté lorsque le duo était signé chez Rawkus.

En contrat chez Duck Down Records, Naledge prépare le terrain avec Chicago Picasso, un mixCD officiel d’une vingtaine de titres issus de sessions d’enregistrement de son album solo à venir.

Lire la suite Naledge « Chicago Picasso » hosted by Mick Boogie & DJ Timbuck2 @@@1/2

Rhymefest & Scram Jones « The Manual » (mixtape) @@@1/2


the_manual_frontEl Che toujours en phase de conception, Rhymefest ménage la patience de son audience en sortant une mixtape par an environ. Autant dire qu’avec ce rythme-là, il sait prendre son temps. Mais c’est important de savoir prendre son temps pour ses projets, même plus modestes quand il s’agit d’une mixtape : plus c’est mûrement fait, plus le résultat est mûr. Une stratégie à l’opposée d’autres rappeurs ultra-prolifiques qui balancent une flopée de mixtapes par mois de peur de perdre du buzz.

Quand on est un très bon MC comme Rhymefest, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Il est backé par une team d’élite (Kanye West, Mark Ronson,…) et use de concepts novateurs, comme pour sa mixtape Man In The Mirror sorti gratuitement l’an dernier et pour laquelle il a samplé des standards du King of Pop (lire l’article ‘Michael Jackson fait son retour… sur mixtapes’). Dans le cas de The Manual, produite presque intégralement par Scram Jones, Rhymefest rouvre plusieurs des belles pages de l’histoire du Hip-Hop des années 90. Au fait, celle-là aussi est téléchargeable gratuitement !

Lire la suite Rhymefest & Scram Jones « The Manual » (mixtape) @@@1/2

Little Brother « …and justus for all » @@@1/2


Au premier trimestre 2007, les Little Brother avaient sorti, avec l’assistance de DJ Mick Boogie, And justus for all, une mixtape téléchargeable gratuitement et légalement (aussi paradoxal que cela puisse paraître) en vue de leur 3e album Getback (commercialisé en Octobre). Le but implicite de cette tape digitale était surtout de préparer le public à l’absence de 9th Wonder à la production, puisque Phonte et Big Pooh s’en étaient séparés quelques temps auparavant suite à un divorce artistique. Je me souviens que Phonte avait d’ailleurs raconté dans une interview que l’enregistrement de The Minstrel Show s’est déroulé principalement sans 9th Wonder et qu’ils avaient utilisé ses beats pour poser dessus et les réarranger à leur façon, tout ça sans lui.

Grâce à cette mixtape, la transition stylistique ne s’est pas du tout faite brusquement, c’est ce que nous en avions retenu en gros, et Getback a montré par la suite que les deux MCs ont été capable de conserver leur identité sonore en choisissant divers producteurs comme Khrysis (DJ, producteur et ingé son de la Justus League), Illmind, Nottz, Hi-Tek, etc… Le tour de force était plus que réussi, je m’étais permis de ce fait d’affirmer que le départ de 9th Wonder était la meilleure chose qui soit arrivée aux Little Brother et leur éviter de stagner. Pour marquer le coup, le duo originaire de Caroline du Nord réédite ce mois de Juin …and justus for all en street-album, autrement dit une version ‘no-DJ’ en format CD, avec des modifications par rapport à la tape d’origine. 

Lire la suite Little Brother « …and justus for all » @@@1/2

DJ Jazzy Jeff « The Return of the Magnificient » @@@@


Il n’y a pas de rite particulier pour faire revenir le Hip Hop à la vie, il faut simplement de la bonne volonté et de la passion, de l’engouement. Tous les activistes de la première et dernière heure s’attèlent actuellement à la préparation d’une renaissance imminente, quitte à ce que les vétérans reculent leurs départs à la retraite. Ce qui est intriguant dans cette solidarité, c’est que le renouveau annoncé provient de l’ancienne génération de MCs et producteurs qui ont vécu le Golden Age, avec un but commun : revenir aux sources de notre musique, à ses fondements, au fond et à la forme. Parmi ces artisans du Hip Hop sur le retour, Jeff Townes, plus (mé)connu sous le nom de DJ Jazzy Jeff (de Jazzy Jeff & The Fresh Prince alias Will Smith), le confectionneur du merveilleux et immaculé The Magnificient, peut-être l’un des classiques hip-hop de la décennie 2000. Très attendue par les amateurs de Hip Hop, l’arrivée de sa suite, The Return of the Magnificient (BBE/Rapster Records), sonne comme une promesse, la garantie d’une satisfaction certaine.
Lire la suite DJ Jazzy Jeff « The Return of the Magnificient » @@@@

Rhymefest « Blue Collar » @@@@


Lorsque l’on parle généralement du son Eastcoast, on limite géographique la côte Est à la mégalopole qui part de Washington jusque Philadelphie en passant par New York et Boston. A défaut, la ville de Chicago (dans l’Illinois) se situe dans le Midwest mais le style est plutôt Eastcoast dans l’âme, avec des figures emblématiques comme Twista, Common ou encore Kanye West. Tout ce discours pour en venir au fait que la Cité du Vent est un vivier à talents qui pourrait très bien faire de l’ombre à une côte Est qui n’arrive plus à s’imposer dans le rap game.

Chronique originale écrite le 24 Juillet 2006
Lire la suite Rhymefest « Blue Collar » @@@@

Kanye West « College Dropout » @@@@@


Que dire de Kanye West… à part tout simplement que ce bonhomme allait redorer le rap. Kanye West, c’était le producteur le plus « hot » de 2001 à 2003, signé sur le label le plus hot de l’époque : Roc-A-Fella Records. Et il a déjà fait ses preuves, pleinement. A son actif, la majeure partie du BluePrint de Jay-Z, c’est Kanye qui y a injecté cette saveur soul si unique et si émouvante, faisant de cet album le meilleur de Jay Hovah depuis Reasonable Doubt. C’est ce bonhomme qui sample des voix de classiques souls et rocks pour les pitcher dans ses instrus rap contemporain, sans utiliser de boucles funks faciles. Pas de ça. Tout bonnement, il recrée la soul, la modernise à sa manière, et le rap forcément, à lui tout seul.

Lire la suite Kanye West « College Dropout » @@@@@