Archives du mot-clé Pitbull

« Fast & Furious 8 – The Fate of the Furious : The Album » @½


Depuis le film 2 Fast 2 Furious, c’est devenu une tradition pour moi d’écouter les bandes originales de la saga Fast & Furious. Pas forcément de tous les commenter ou les chroniquer, c’est bêtement histoire de profiter de quelques exclusivités rap. La BO de 2F2F justement était laissée entre les mains de Ludacris et ses Disturbing Tha Peace, le souvenir était sympa (bien que le film réalisé par John Singleton soit le plus faiblard de cette série cinématographique), puis il y a eu le 3e volet Tokyo Drift, avec son remix de DJ Shadow et les Teriyaki Boys produit par les Neptunes, le 4e toujours avec les Neptunes et Pitbull, puis ceux d’après n’ont pas spécialement constitué d’intérêts majeurs à cause des infections d’EDM, même le Furious 7 avec l’énorme carton « See You Again » qui pleurait la disparition brutale de Paul Walker, passager dans un accident de la route (un vrai).

Lire la suite « Fast & Furious 8 – The Fate of the Furious : The Album » @½

T-Pain « REVOLVEЯ » [Deluxe Edition] @@½


Alors comme ça, il paraît que Revolver est censé être l’album le plus original de T-Pain, l’artiste d’Akon plus connu pour être le grand responsable de la vulgarisation mondiale de l’autotune dans la musique urbaine. C’est ce qu’on va essayer de voir à travers ces quatorze nouveaux titres. Lire la suite T-Pain « REVOLVEЯ » [Deluxe Edition] @@½

Lil Jon « Crunk Rock » @@½


Lorsque j’ai découvert Lil Jon & The Eastside Boyz en 2003 avec Kings of Crunk, j’ai jeté aux orties tout ce qu’il faisait, qualifiant sa musique de beats recyclés sur fond de musique techno. C’est en écoutant ses instrus pour d’autres rappeurs que j’ai fini par le respecter puis l’apprécier à un point que je n’aurai moi-même pas eu idée car j’ai acheté l’édition triple CD de Crunk Juice, que je considère comme un classique du genre, au même titre que Kings of Crunk que je détestais tant.

Maintenant quelle déception de constater qu’après quatre années d’enregistrements, de problèmes de labels et de multiples échecs de lancement de cet album (« Snap Ya Fingaz » en 2006 et récemment « I Do » avec Snoop et Swizz Beatz), Lil Jon a liquidé une partie de son crunk non pas dans du rock, mais de la dance. Heureusement, sans David Guetta, on a évité le pire.

Lire l’article « Get Crunk and Dance » sur Streetblogger en cliquant ici.

Lire la suite Lil Jon « Crunk Rock » @@½

Cypress Hill « Rise Up » @@@


C’est lors de mon interview de B-Real poliment accordée à Streetblogger (lire l’article) à l’occasion de la sortie de son premier album Smoke N Mirrors (lire la chronique) qu’il a lâché une info qui n’a échappé à personne : les Cypress Hill préparent quelque chose en studio, après un Til Death Do Us Part salement critiqué qui les a réduit un temps (de cinq années) au silence. Un an après ces propos du leader du groupe hip-hop latino le plus connu de la planète, leur huitième album baptisé Rise Up (Priority Records/EMI) déboule dans les bacs dans le but précis de reconquérir leurs fans. Pas une mince affaire lorsqu’ils portent sur leurs épaules un fardeau très (trop?) lourd, le poids de leur propre passé légendaire.

Lire la suite Cypress Hill « Rise Up » @@@

DJ Khaled « Victory » @@


Faire le vide dans sa tête est fortement conseillé si l’on entreprend d’écouter un disque de DJ Khaled. Surtout quand il nous réchauffe la même soupe pour la troisième fois et qu’il nous chauffe littéralement les oreilles avec ses gimmicks insoutenables.

Simulant sa propre gloire et celles des ghettos (de Miami plus exactement), le voilà qu’il se met à crier Victory (We The Best Music Group/Terror Squad/ E1 Entertainment) à qui l’entend. Tous ses potes de Blackberry sont là pour le supporter, nous avec, mais pas dans le sens où il l’entend. Il y a des fois où l’on aimerait être sourd à notre guise. Quand même, on va pas se forcer à l’aimer…

Lire la suite DJ Khaled « Victory » @@

Pitbull starring in « Rebelution » @@


DANGER !!! Les rappeurs se mettent à la dance music ! Si vous avez été écœuré et exaspéré par les derniers singles de T.I. (« Live Your Life »), Flo Rida et les Black Eyed Peas, évitez le nouvel album de Pitbull comme la peste bubonique ! Fuyez !

Quoique, Pitbull, dans son genre, ça reste un rappeur médiocre/entertainer, alors le voir changer de bord ne choquera personne. Repêché in-extremis par Sony après le flop de Boatlift suite à la liquidation de TVT Records, Mr 305 (surnom qu’il a donné à son label), l’auteur des hymnes « Culo », « Toma » ou encore « Bojangles », voit sa carrière repartir de plus belle en passant du crunk/reggaeton à la musique dance festive à mort et ultra-commerciale. Piloté par le hit « Krazy » feat Lil Jon et guest star de la bande originale du quatrième volet de Fast & Furious, Pitbull sonne la Rebelution en trustant les ventes de singles (numéro 2 aux US et numéro 1 en Europe) avec « I Know You Want Me ». Je suis parfaitement d’accord, ce n’est pas du rap, mais c’est de la dance moins ringardos que David Guetta.

Lire la suite Pitbull starring in « Rebelution » @@

The Fast & The Furious Soundtrack @@@


Huit ans que les amateurs de tuning attendaient ça : la vraie suite du premier épisode de Fast & Furious. C’est chose faite avec ce quatrième volet qui réunit à nouveau devant les caméras Paul Walker et Vin Diesel (alias Baboulinet si vous connaissez Mozinor) dans de folles courses-poursuites et rodéos sauvages à couper le souffle.

Avec une énorme réticence toutefois pour les amateurs de rap qui se sont frisés les cheveux en matant la bande-annonce avec du « Crank Dat Soulja Boy » version rock méchant. Ça fait vachement peur. Rassurez-vous, la soundtrack officielle de Fast & Furious 4 ne contient pas cette erreur de la nature puisque les Neptunes ont renouvelé leur partenariat avec la franchise F&F après le succès de leur prods pour les Teryaki Boyz sur la BO du précédent volet Tokyo Drift. Hyperactifs, ils produisent ici la majorité des instrus avec comme guest star, monsieur 305 j’ai nommé Pitbull. Quoi, vous êtes toujours pas rassurés ?

Lire la suite The Fast & The Furious Soundtrack @@@

DJ Khaled « We Global » @@


On change tout sans rien changer, telle est la formule que nous sert DJ Khaled pour la deuxième fois depuis Listenn : une Nième compilation made in Miami avec un tas de hot singles (éphémères, pléonasme) et des combinaisons de rappeurs mainstreams. On retrouve bien entendu sur We Global (We The Best Music Group/Terror Squad/ Koch Records) la houlette de producteurs floridiens habituels, comme les Cool & Dre, The Runners, les Diaz Brothers, plus Danjahandz, des gros clients présents depuis le début comme Rick Ross, Flo Rida, Trick Daddy, Trey Songz, Bun B, Birdman, Pitbull, Akon, Fat Joe (l’unique membre originel du Terror Squad) avec au milieu de tout ça, le petit protégé Ace Hood (signé sur Def Jam), Kanye West, The Game et pour la première fois Nas, Sean Paul, Busta Rhymes et Missy Elliott. Excusez du peu encore une fois.

Oh, tiens donc ! Voyez-vous ça, il manque Lil Wayne dans les featurings, mais ce n’est pas comme s’il nous manquait, on le trouvera probablement dans le prochain album qu’on écoutera… Par ailleurs, DJ Khaled ne cache plus ses ambitions, il en veut encore et toujours plus de succès et de thunes. Comme il est dit dans l’intro « Standing to the Moutain Top », où Ace Hood termine essouflé par l’up-tempo : « I know it makes you sick, guess what, you make me rich. » Pas besoin de traduire, qu’on le supporte (difficilement) ou pas, on l’a dans le cul pour la troisième fois. On va devoir le subir encore, lui et ses abrutissants « we the best », « we takin’ over », « this for the ghetto » en rajoutant des nouveaux gimmicks du genre « we run this rap game », « we international now », blablabla… (*soupir*) Bon sinon, et à part ça ? 

Lire la suite DJ Khaled « We Global » @@

DJ Khaled « We The Best » @@@


« DJ KHALEEED !!! WE TAKIN OVER !! WE THE BEEEST !! THIS FOR THE HOOOD !! THIS FOR THE GHETTO !!! LISTENNN ! » Mais putain tu vas la fermer ta putain de gueule !!! Bon sang, il est insupportable ce type, une vraie plaie. On a vite compris que DJ Khaled était un pro de la méthode Coué dans le street-marketing de masse. Et le pire, c’est que ça marche. 

We The Best (Terror Squad/Koch Records) en chiffres : 12 titres seulement avec  l’intro et un skit ‘skippable’ (sans compter les trois bonus iTunes), 24 groupes/MCs et 6 producteurs/team producers différents (dont DJ Khaled). Dans le classement du nombre d’apparitions, ce n’est pas Lil Wayne qui figure en tête de liste (non, sans blague) en en cumulant ‘que’ trois contre cinq pour Rick Ross. À égalité avec Lil Wayne, il y a Trick Daddy, Fat Joe puis les rappeurs présents deux fois, ex-aequo Jadakiss, Birdman et Dre. Côté production, les Cool & Dre produisent quatre morceaux, les Runners deux, comme DJ Khaled dont on se demande à quoi sert ce gros fainéant, à part hurler sur les toutes les pistes de sa compilation (peut-on sincèrement parler d’album ?). La track qui contient le plus de featurings est « Bitch I’m From Dade County » avec sept invités au total, c’est moins que le remix de « I’m So Hood » qui en réunit neuf (!) en rajoutant Big Boi, Ludacris et Busta Rhymes au compteur. Pour en finir avec les chiffres, We The Best s’est écoulé à plus de 350 000 disques aux US (avec un contrat en indépendant, je vous laisse estimer les royalties obtenues), ainsi qu’un disque d’or pour les 500 000 sonneries « We Takin’ Over » téléchargées.

Lire la suite DJ Khaled « We The Best » @@@

DJ Khaled « Listennn… The Album » @@@


DJ Khaled alias Beat Novacane est un des représentants sur double-platines du Terror Squad. Son talent de producteur révélé au grand jour sur ‘All Or Nothing’ (« Temptation pt 1 & 2 ») de Fat Joe et son buzz important sur le biz des mixtapes lui a permis de décrocher un deal chez Koch Records. Pour son premier album, ou plutôt compilation sous forme de grosse mixtape officielle (vous allez vite comprendre pourquoi), Khaled a pris contact avec des grosses pointures du moment et autres rookies : Young Jeezy, Jadakiss, Beanie Sigel, Freeway, Clipse, Rick Ross, Pitbull, Kanye West, John Legend, Consequence, Twista, Bone Thugs N Harmony, Baby ‘Birdman’, Lil Wayne, Chamilionnaire, Trina, Slim Thug, T.I., Diaz Brothers, Lil Scrappy, Dre, Bun B, Styles P, Akon et puis Fat Joe évidemment. Ceci justifie déjà l’appellation ‘compilation’. Et tout de suite l’avis d’une superstar du forum : « dommage que ce soit autant south dans l’ensemble, ça manque un peu de diversité ».

Note : À l’époque j’ignorais qu’il avait longtemps traîné dans les bureaux de Cash Money et apparu anonymement sur quelques vidéos… Avec We The Best, son seul album valable.

Lire la suite DJ Khaled « Listennn… The Album » @@@

Twista « The Day After » @@@


En dépassant la barre convoitée du million d’albums vendus avec ‘Kamikaze’, Twista a troqué son dentier en or contre un nouveau en platine pour ‘The Day After’ (Atlantic/ Warner). Il est vrai que le succès du précédent opus est significativement et indiscutablement dû, osons le dire, à l’apport de Kanye West avec les deux singles « Slow Jamz » et « Celebrity Overnight », sans compter « So Sexy » feat R Kelly. Mais pour ‘The Day After’, ça se fera sans Kanye, d’une part.

Note: cet album de Twista aurait mérité une pire note si on en restait sur des critères purement rap mais les morceaux r&b sont bons… Plus une tempête tropicale qu’une tornade.

Lire la suite Twista « The Day After » @@@

Miri Ben-Ari « The Hip-Hop Violinist » @@@@


Le violon, cet instrument de musique classique très noble et bourgeois qui a accompagné les plus grandes symphonies jamais composées, en passant par Mozart, Beethoven jusqu’aux Quatre Saisons de Vivaldi, traversant plus de trois siècles d’histoire de la Renaissance à notre Ere Contemporaine. Quant on croise ce bijou d’orfèvrerie avec notre chère musique urbaine qu’est le Hip Hop, c’est un peu le choc des cultures, la rencontre de deux mondes radicalement opposés. Mais c’est le pari qu’a osé la très ravissante Miri Ben Ari, métisse d’origine israélienne et virtuose de l’instrument à corde. Vous avez sûrement pu déjà écouter ses talents de violoniste sur ‘College Dropout’, le premier album de Kanye West, ou l’apercevoir dans le clip de Twista, « Celebrity Overnight ». C’est pourquoi Jay-Z et Wyclef Jean l’ont surnommée – à juste titre – The Hip Hop Violonist.

Note : et en plus elle est trop belle. Un ‘volume II’ était prévu pour 2008 mais il n’y a jamais eu de suite…

Lire la suite Miri Ben-Ari « The Hip-Hop Violinist » @@@@

Lil Jon & The Eastside Boyz « Crunk Juice » @@@@@


SaLut leS AMinChes! Lil JoN çA VouS DiT QueLQuecHoSe? Ce MeC QuI GueuLe A Tout Va Des ‘YEAAaAaH’, ‘What?!?’ et ‘OkAyYy’ La BouChe PlaTinEe TouJourS GrAnde OuvErte, SeS GroSsEs LuNEtteS NoiRes eT SeS GroSses DreAds BienS CradoS. LiL Jon C’eSt AuSsi Le ProDuCteuR le Plus GroS VenDeUr De DisQueS en IndéPenDAnt avEc 2 MillIonS d’eXempLAires de ‘KinG Of CRunK’ OuaAAaAAais! C’eSt AuSsI Le HiTCluBber le Plus DeManDé De La PlanèTe aVec PhArreLl. GrAce A Son Tube « Yeah » Avec UshEr, Jon jOuiT DéSormAis D’Un SucCès InTerNatioNAl Sans EquiVoque! CooOoOol!

Chronique originale écrite en Novembre 2004

Lire la suite Lil Jon & The Eastside Boyz « Crunk Juice » @@@@@