Archives du mot-clé Joe Budden

Joe Budden « All Love Lost » @@@½


Je ne sais pas vous mais je considère Joe Budden comme le mec le plus déprimant du rap game, ce depuis Padded Room. Après avoir perdu l’intérêt d’une partie de son public avec No Love Lost, un opus sans direction artistique et très moyen, il faut croire que le MC du New Jersey s’est inspiré des mauvaises critiques pour le titre de ce troisième album studio : All Love Lost.

Lire la suite Joe Budden « All Love Lost » @@@½

Joell Ortiz « House Slippers » @@@½


Personne n’a oublié l’immense déception qu’était le second et pénible album de Slaughterhouse. Ou comment Eminem a fait de ce super-quatuor rap un groupe « hip-pop » inintéressant. Les aventures solos qui ont suivi n’ont pas été fameuses, on pense au pas fameux No Love Lost de Joe Budden et l’invisible Apex Predator de Crooked I qui n’a même pas vendu 1000 exemplaires à sa sortie. Alors quand on a vu la pochette de House Slippers de Joell Ortiz avec son graphiste payé 10$, ça paraissait mal engagé pour lui.

Lire la suite Joell Ortiz « House Slippers » @@@½

Joe Budden « No Love Lost » @@½


Avec une carrière reboostée par la signature du super-groupe Slaughterhouse (dont il fait partie) chez Shady Records, Joe Budden avait toutes les cartes en main pour renouer avec le succès qui l’avait lâchement plaqué après le disque d’or de son premier album éponyme chez Def Jam en 2003. Bien que No Love Lost, son troisième album (plus ou moins…), soit édité sur la grosse structure indé E1 (ex-Koch Records), le MC du New Jersey a tout de même pu compter sur des gros featurings et des producteurs à la mode pour se mettre à la page. Il livre ici son album le plus accessible, mais en contrepartie le plus médiocre de sa carrière.

Lire la suite Joe Budden « No Love Lost » @@½

Slaughterhouse « welcome to: Our House » @@@


Quand les Slaughterhouse ont signé chez Shady Records en 2011, on s’était dit que c’était mérité pour Joell Ortiz, Joe Budden, Royce Da 5’9 et Crooked I, qu’ils ont enfin obtenu reconnaissance. C’était une très bonne nouvelle pour eux et aussi pour Eminem, qui après le démantèlement des D12, signe un super-groupe au potentiel inexploité. La question était de savoir comment il allait être exploité sur Welcome to our House.

Lire la suite Slaughterhouse « welcome to: Our House » @@@

Blastah Beatz « Graduate Studies » @@@@


Blastah Beatz est un nom qui revient sporadiquement dans les crédits d’instrus de rappeurs américains. Il se fait connaître début 2009 en réalisant quelques instrumentaux pour Padded Room de Joe Budden, puis plus tard Kool G Rap et d’autres encore qui se retrouvent sur cet album Graduate Studies. Une des particularités de ce beatmaker repéré par Sha Money XL est qu’il est franco-portugais, mais ce n’est pas tout.

Lire la suite Blastah Beatz « Graduate Studies » @@@@

Royce Da 5’9 « Success is Certain » @@@


Success is Certain est la séquelle de Death is Certain, considéré par beaucoup comme l’album référence de Royce Da 5’9, non pas le successeur de Street Hop bien qu’il partage avec la plupart des producteurs présents sur ce nouvel album (Nottz, Streetrunner, Mr Porter et DJ Premier à l’éxécutif).

Le succès, Royce nage en plein dedans depuis sa réconciliation avec son meilleur rival Eminem avec qui il a sorti l’EP Hell The Sequel en Juin dernier (presque disque d’or aux US). On est très content pour lui, la reconnaissance qu’il vit actuellement est amplement méritée. On est moins content de la tournure que prend son cinquième album.

Lire la suite Royce Da 5’9 « Success is Certain » @@@

Slaughterhouse (éponyme) @@@@


Ze big buzz hip-hop indé, c’est eux : Slaughterhouse. Prenez le temps de voir cette dream-team de rappeurs dont le but commun est de forcer le destin ensemble et faire en sorte que chacun soit reconnu à sa juste valeur, car ils sont liés le même point commun : ils auraient pu finir dans les poubelles des maisons de disques.

  • Joe Budden : Champion des mxitapes, le natif du New Jersey a connu le succès en début de carrière mais la direction de Def Jam le laisse moisir. Il revient début 2009 avec Padded Room, un album sombre et pessimiste.

  • Joell Ortiz : Originaire de Brooklyn, ce digne héritier des Biggie et Big Pun est repéré par Dr Dre qui le signe un temps sur Aftermath. Il sortira un street-album en indé avant de redevenir free agent. Malgré sa réputation et son potentiel, il attend son heure.

  • Royce Da 5’9 : Ce punchliner hors-pair découvert par Eminem aurait pu avoir une brillante carrière s’il ne s’était pas brouillé avec son mentor. Le temps passant, il est devenu encore plus féroce.

  • Crooked I : Longtemps prisonnier puis libéré de chez Death Row, Crooked I était un des espoirs de la Westcoast. Jamais il n’a sorti un disque, ses projets ont tous été archivés puis oubliés. Mais son talent n’a pas faiblit, bien au contraire.

Alors que le projet n’était qu’au stade embryonnaire, les tractations laissaient entendre que Saigon et Nino Bless allaient faire partie des élus. Le casting définitif est tel qu’il est affiché aujourd’hui. Effet inattendu : le super-groupe de rap Slaughterhouse a réveillé les hip-hopeurs endormis qui voient en eux ZE super groupe de rap. Un événement.

Lire la suite Slaughterhouse (éponyme) @@@@

LRG presents Wale & 9th Wonder « Back To The Features » @@@@


b2tf_frontWale est l’un des nouvelles sensations rap 2008/2009. Découvert sur Rising Down des Roots, cette recrue de Mark Ronson (signée sur son label AllIDo Records avec Rhymefest) a su en un an seulement escalader avec succès les marches vers les portes du mainstream sans griller les étapes : une première performance aux MTV Video Music Awards en 2007, une mixtape prometteuse (A Mixtape About Nothing), un deal chez Interscope, la couv’ d’XXL en Novembre 2008 et depuis quelques semaines un single qui marche du tonnerre en compagnie de l’electro-pop singer la plus sulfureuse du moment (« Chillin’ » featuring Lady Gaga).

Juste avant de commencer ses débuts officiels avec son premier album solo programmé courant de l’année 2009, Wale s’est associé avec le producteur 9th Wonder pour sa nouvelle mixtape téléchargeable librement sur son site www.walemusic.com. Comme son nom l’indique par un habile jeu de mot repris de Retour vers le Futur (jusqu’à la pochette), Back to the Features arbore une belle brochette de featurings sur des beats exclusifs.

Lire la suite LRG presents Wale & 9th Wonder « Back To The Features » @@@@

Joe Budden « Padded Room » @@@1/2


joebudden-padded-room

Padded Room marque la fin de la traversée du désert pour Joe Budden. Son histoire pas drôle on en connaît les grandes lignes mais je vous refais le résumé : laissé pour compte par les responsables de Def Jam sous l’ère Shawn Carter (qui de toute façon ne le portait pas dans son coeur), le rappeur originaire du New Jersey a survécu grâce à sa très bonne série de mixtapes Mood Muzik et la fidélité de ses fans sur la toile, ceux qu’il appelle ses « Internet soldiers ».

Joe n’a pas lâché l’affaire et a pris sa carrière en main, ses efforts récompensés par une signature chez la société indépendante Amalgam Digital, qui offre une véritable plateforme de distribution via le téléchargement légal en plus du format CD. Certes ses ambitions ont été revues à la baisse, pas le choix, ce n’est pas avec les royalties de son premier album éponyme que Joe Budden aurait continué de faire bouillir la marmite. C’était sa seule option pour perdurer dans le rap game et malgré une attitude qui lui fait terriblement défaut, c’est tant mieux pour lui. Quatre ans à galérer pour enfin écouter Padded Room, le deuxième album de Joe Budden. Mais je vous préviens, c’est pas marrant du tout.

Lire la suite Joe Budden « Padded Room » @@@1/2

Joe Budden « Halfway House » @@@1/2


Joe Budden, le retour, bientôt ! Et cette fois, il ne nous posera pas de lapin comme ce fut malheureusement le cas chez Def Jam (lire le dossier). Maintenant signé chez l’indépendant Amalgam, le MC originaire du New Jersey a effacé l’ardoise et s’apprête à sortir The Padded Room pour début 2009 (après rallongement de délai), après avoir erré sur le circuit des mixtapes durant près de trois ans. Joe a su garder un mental d’acier pour ne pas capituler, il a su conserver sa notoriété de lyriciste de talent. Et ce mérite a payé. Février 2008 est sorti Mood Muzik 3 The Album, annonçant dès lors la fin de la traversée du désert et le 28 Octobre dernier est sorti en format digital Haflway House, un street-album à télécharger légalement et contenant 14 titres inédits qui n’ont pas été retenus sur la version finale de Padded Room. Autant dire qu’il s’agit d’un avant-goût qui va en faire saliver plus d’un. 

Lire la suite Joe Budden « Halfway House » @@@1/2

Joe Budden (éponyme) @@@@


Joe Budden, tout comme Fabolous et “l’homme-qui-ne-vaut-pas-un-dollar”, a conquéri son auditoire à coups de mixtapes et de freestyles. Point de temps n’en faut pour qu’il fusse signé assez vite sur Def Jam. Considéré comme le rookie de l’année 2003, Joe ne représente pas New York mais Brick City, avec sa voix particulière et son flow très frais. Comme le démondre son tout premier single « Focus », Joe Budden se situe entre l’underground et le mainstream, entre la rue et les clubs.

Chronique originale écrite le 13 Aout 2005 pour Rap2K.com

Lire la suite Joe Budden (éponyme) @@@@