Archives du mot-clé DJ Jazzy Jeff

DJ Jazzy Jeff « M3 » @@@½


Onze ans que ce cher DJ Jazzy Jeff n’avait pas sorti d’album, ça commençait à faire. À dire vrai, on n’attendait pas ce troisième volet de la série Magnificient, le pionnier de Philadelphie tournait ça et là avec son vieux copain Will Smith, peu de communication… Tout à coup, très discrètement, ça tombe là : M3, pour Magnificient 3, vous l’aurez deviné. Surprise? Oui et non.

Lire la suite DJ Jazzy Jeff « M3 » @@@½

Chris Dave and The Drumhedz @@@@


Comment vous donnez envie d’écouter ce projet ? En vous présentant Chris Dave car son background parle de lui-même. Ce musicien texan est classé par Rolling Stones parmi les 100 meilleurs batteurs de tous les temps, et s’il fallait un second avis, il est respecté comme redouté par ?uestlove des Roots. Parmi les artistes qui l’ont sollicité durant sa belle carrière : les Mint Condition avec qui il a débuté, Meshell N’Degeocello, Adele, Maxwell, Mary J Blige, Justin Bieber, Thundercat, Robert Glasper et D’Angelo. Beau CV n’est-ce pas? Maintenant on peut se pencher sur sa seconde instance avec son groupe les Drumhedz avec cet album éponyme paru chez le sacro-saint label jazz Blue Note.

Lire la suite Chris Dave and The Drumhedz @@@@

Slum Village « Evolution LP » @@@@


Une surprise de plus en cette année 2013, ce sixième album des Slum Village. Après le décès de Baatin et le départ houleux d’Elzhi après l’excellent Villa Manifesto, annoncé comme l’ultime album du collectif de Detroit, je n’y croyais plus, me demandant plutôt si le survivant T3 allait poursuivre une carrière solo (le rappeur a sorti un EP 3Illa). Alors quand j’ai appris que les SV, formé de l’éternel pilier T3, Young RJ et le petit frère de J Dilla, Illa J, j’avoue que je suis resté perplexe et pas emballé mais…

Lire la suite Slum Village « Evolution LP » @@@@

Machine Gun Kelly « Lace Up » @@½


C’est qui ce blanc-bec au look de lycéen punk qui se fait appeler Machine Gun Kelly? Encore un type qui surfe sur la veine de ces visages pâles tatoués comme Mac Miller et Yelawolf ? Ce spécimen de 22 ans qui nous arrive de Cleveland a connu un parcours devenu académique en commençant par des mixtapes en 2006 avant de se connecter avec des poids lourds, ici les Three 6 Mafia qui lui mettent le pied à l’étrier. Ce n’est qu’en 2011 que Diddy lui met la main dessus, lui tend un stylo et une offre qui ne se refuse pas. La suite on la connaît mieux: un feat avec DMX, un EP Half Naked & Almost Famous et maintenant cet album Lace Up, du même nom que sa mixtape parue en 2010.

Merci Wikipedia de m’avoir fourni la moitié de ces infos sur MGK. Ah si, je connais une anecdote sur lui, et c’est par le biais de Vinnie Paz (oui oui) que je l’ai apprise: il a connu le rap grâce à « Roll Out » de Ludacris.

Lire la suite Machine Gun Kelly « Lace Up » @@½

Skillz « The Million Dollar Backpack » @@@1/2


Question à un million de dollars : pour qui Skillz ghostwrite-t-il ? Pas de réponse. J’ai le regret de vous informer que jamais il nous l’avouera ouvertement, ses employeurs occasionnels également ont des clauses de confidentialités. N’essayez pas d’éplucher les livrets d’album hip-hop ou r&b tel un rat de bibliothèque des années durant, vous ne trouverez nulle part son nom en tant que parolier ‘fantôme’ inscrit autre part que sur ses disques ou lors de ses featurings. Le ghostwriter à temps partiel le plus célèbre de la planète gardera son secret jusqu’à la tombe. Skillz préfère mettre ses compétences de lyriciste option punchliner à son propre compte.

Et dire qu’avec tout le beau monde avec qui il a collaboré le long de sa carrière, il aurait encore pu être plus médiatisé que ça. À l’époque de From Where ?!?, où il se surnommait Mad Skillz, il côtoyait le collectif Da Basement, à savoir Timbaland, Missy Elliott et Magoo, il aurait pu ensuite embrasser une brillante carrière comme Mos Def au sein du label Rawkus, il aurait pu faire mieux avec Confessions of a Ghostwriter qui récupérait des morceaux du bootleg I Ain’t Mad No More (qui a suivi l’avortement de son contrat avec Rawkus Records), Skillz aurait pu capitaliser son rapprochement avec les Roots et Jazzy Jeff, il aurait pu faire un très bon éditorialiste avec rétrospectives annuelles The Rap-Up 200-something, mais il a préféré opter pour une ligne de conduite personnelle et suivre son propre chemin, avec sur le dos son Million Dollar Backpack (Koch Records). 

Lire la suite Skillz « The Million Dollar Backpack » @@@1/2

J-Live « Then What Happened » @@@@


Jean-Jacques Cadet était un individu ordinaire qui mènait une existence normale de fils d’immigrés haïtiens dans la banlieue de Brooklyn. Il est marié, père de trois enfants et enseignait l’Anglais dans des collèges du quartier. Dans une autre vie, il se surnomme J-Live et exerce sa passion de MC, DJ et producteur depuis 1995. Il a collaboré avec les plus grands producteurs (DJ Premier, Pete Rock, Prince Paul pour ne citer que les mythes vivants) et a sorti trois disques unanimement reconnus dans le milieu hip-hop underground (surtout The Best Part en 2001) et autant d’EP. Ce passe-temps prend le dessus sur sa carrière de prof, qu’il raccroche, il décide de déménager à Philadelphie, là où l’artiste hip-hop s’investit davantage dans la musique (en s’occupant notamment de son label Triple Threat Productions), jusqu’à cette signature chez la prestigieuse maison BBE Records en 2007. Il y sort un EP 6-titres, Reveal The Secret, et en Mai 2008 ce 4e LP, Then What Happened ? qui mérite toute notre attention. 

Lire la suite J-Live « Then What Happened » @@@@

The Roots « Rising Down » @@@@


Pour gagner du temps, on vous dispensera du sempiternel paragraphe d’introduction récapitulant la biographie et la discographie exceptionnelle d’une des meilleures formations hip-hop au monde que sont The Roots.

Aujourd’hui à leur huitième album studio, leur second à paraître chez Def Jam, le groupe de Philadelphie est plus que jamais en phase avec l’actualité et le moral des gens, entre dépression, oppression, menace de récession économique (crise des subprimes), régression de la considération des descendants des immigrés et tout un tas d’autres pressions, tensions, agressions… Et pour cause, le contexte politique et la cause afro-américaine sont au centre de tous les débats aux Etats-Unis en ce moment, et pas seulement avec la campagne de Barak Obama pour l’investiture démocrate. Depuis les dévastations provoquées par l’ouragan Katrina en 2005 qui a transfiguré les Etats du Sud en pays du Tiers-Monde, la cicatrice refermant l’épisode sombre de la traite des Noirs s’est rouverte telle une plaie infectée et béante. Les vieux démons ont rejailli de l’inconscience collective, il n’y a qu’à regarder ce qui s’est passé avec les propos insultants de Don Imus, le fait-divers Jena 6 et le meurtre de Sean Bell. Des affaires sensibles très médiatisées pour constater dans notre une grande démocratie comme la leur que la communauté afro-américaine souffre de discriminations raciales révoltantes et d’aberrations judiciaires tout à fait scandaleuses. Toute cette page politique et sociale est une source d’inspiration pour des artistes hip-hop comme les Roots sur ce Rising Down et prochainement Nas et son très attendu Nigger (rebaptisé Nasir).

Lire la suite The Roots « Rising Down » @@@@

DJ Jazzy Jeff « The Return of the Magnificient » @@@@


Il n’y a pas de rite particulier pour faire revenir le Hip Hop à la vie, il faut simplement de la bonne volonté et de la passion, de l’engouement. Tous les activistes de la première et dernière heure s’attèlent actuellement à la préparation d’une renaissance imminente, quitte à ce que les vétérans reculent leurs départs à la retraite. Ce qui est intriguant dans cette solidarité, c’est que le renouveau annoncé provient de l’ancienne génération de MCs et producteurs qui ont vécu le Golden Age, avec un but commun : revenir aux sources de notre musique, à ses fondements, au fond et à la forme. Parmi ces artisans du Hip Hop sur le retour, Jeff Townes, plus (mé)connu sous le nom de DJ Jazzy Jeff (de Jazzy Jeff & The Fresh Prince alias Will Smith), le confectionneur du merveilleux et immaculé The Magnificient, peut-être l’un des classiques hip-hop de la décennie 2000. Très attendue par les amateurs de Hip Hop, l’arrivée de sa suite, The Return of the Magnificient (BBE/Rapster Records), sonne comme une promesse, la garantie d’une satisfaction certaine.
Lire la suite DJ Jazzy Jeff « The Return of the Magnificient » @@@@

Black Eyed Peas « Renegociations – The Remixes » @@@½


Les Black Eyes Peas poursuivent leur succès international : ‘Monkey Business’ est une compilation de hits en lui-même, c’est un fait prouvé. Et le rappeur/producteur Will.i.am, le faiseur du tube du groupe, est de plus en plus sollicité par des vedettes du rap/r&b, des Pussycat Dolls à Busta Rhymes (« I Love My Chick ») en passant par Sergio Mendes. Seulement, leur omniprésence sur les chaînes de télévision musicales et fréquences radio ne fait qu’agacer les puristes hip hop et les fans de la première heure, ceux qui ont apprécié ‘Behind The Front’ et ‘Bridging The Gap’ : c’est-à-dire l’époque de « l’avant Fergie ». Car maintenant, il est dit que les « pois-aux-yeux-au-beurre-noir » font de la soupe commerciale.

Chronique originale écrite le 1er Juillet 2006

Lire la suite Black Eyed Peas « Renegociations – The Remixes » @@@½

Little Brother « The Minstrel Show » @@@@½


*******BIENVENUE AU MINSTREL SHOW*******

Justus League et Warner présentent : le nouveau spectacle des Little Brother, starring Phonte, Big Pooh et 9th Wonder.
Avec la participation exclusive de: Chaundon, Khrysis, Joe Scudda, Percy Miracles, Yahzarah, James Poyser, Nicolay, Elzhi des Slum Village, Mr Biggs, DJ Jazzy Jeff, Darien Brockington…

Levé de rideau !

Note : c’est aussi le dernier album des Little Brother produit par 9th Wonder… mais personne ne se doutait qu’entre lui et les deux rappeurs l’entente n’était devenue que cordiale.

Lire la suite Little Brother « The Minstrel Show » @@@@½

DJ Jazzy Jeff « The Magnificient » @@@@@©


2016 marque les vingts de deux institutions hip-hop indépendantes : Stones Throw et BBE Records. Pour cette rétrospective, c’est le label anglais, acronyme de Barely Breaking Even, qui nous intéresse. Outre l’édition de compilations et albums de funk en tout genre, BBE était, et demeure encore, un terrain de jeu pour les plus grands artisans du beat de la planète.

Jay Dee a/k/a J Dilla (Welcome To Detroit, The Shining), Pete Rock (Petestrumentals, Soul Survivor II…), DJ Jazzy Jeff (The Magnificient et sa suite), le dinosaure Marley Marl, DJ Spinna, le russe DJ Vadim, Nicolay (Here to There), Madlib (King of Wigflip en 2008), le français Clutch Player (si si, avec le très bon Atlantic Connections All-Stars) et même Will.I.Am ! quand il faisait encore des choses bien avec les Black Eyeds Peas (entendez par là, « avant Fergie »), etc. Tous ces individus ont pour point commun d’avoir transiét par BBE Records. D’autres albums ont marqué l’histoire du label, pas que des albums de beatmakers/producteurs, par exemple Connected, le premier album de Foreign Exchange, ou bien Then What Happened de J-Live.

Chronique écrite en Novembre 2016 pour Hip Hop Info France

Lire la suite DJ Jazzy Jeff « The Magnificient » @@@@@©

Slum Village « Fan-Tas-Tic vol.2 » @@@@@


Originaires de ghettos les plus défavorisés de Detroit, ce trio est initialement formé de deux MC, Baatin et T3, et du producteur/rappeur Jay Dee perce dans l’underground d’abord sous le nom de J-88 avec le single « The Look of Love » et un premier album qui restera dans les cartons. Renommé Slum Village, le groupe prend le wagon Soulquarian en marche en suivant l’impulsion de son génial producteur qui est la pierre angulaire de ce mouvement rap/nusoul (incluant les Roots, Common, Erykah Badu…). Cette pièce de collection Fantastic Vol 2 a mis trois années pour naître. Ce premier album officiel des SV offrira autre visage de la scène rap de Detroit au milieu d’Eminem, ses D-12 et Royce Da 5’9.

Lire la suite Slum Village « Fan-Tas-Tic vol.2 » @@@@@

The Roots « Things Fall Apart » @@@@@


La réputation des The Roots n’est plus à faire, le groupe est parmi les plus respectés du Hip Hop. Leur quatrième oeuvre a été conçue dans leur période Soulquarian, alors que Malik B a quitté la formation et Scott Storch s’affirmait en tant que co-producteur. Pour le reste, on ne change pas une équipe qui gagne : ?uestlove et Black Thought restent toujours et encore inspirés lorsqu’il s’agit de nourrir notre sens auditif et nos méninges. C’est la formule magique ‘Beats, Rhymes & Life’, comme le titre de l’album des A Tribe Called Quest. Un album toujours d’actualité, comme la pochette…

Lire la suite The Roots « Things Fall Apart » @@@@@

Will Smith « Big Willie Style » @@@½


Fin des années 80, début 90, Willard Smith aka The Fresh Prince et son acolyte DJ Jazzy Jeff avaient mis sur la carte Hip Hop la ville de Philadelphie avec un rap soft et festif et des tubes comme « Boom Shake The Room » et « Parents Just Don’t Understand« . Il décida ensuite de mettre sa carrière de rappeur entre parenthèse pour être la vedette de la sitcom culte le Prince de Bel Air, un trampoline pour démarrer sa carrière cinématographique. Le succès du film Men In Black et son single du même nom ont permis de faire la promotion de son tout premier album solo modestement intitulé ‘Big Willie Style‘.

Lire la suite Will Smith « Big Willie Style » @@@½