General Steele of Smif N Wessun presents « Welcome To Bucktown » @@@@


Duck Down Records est le label underground indépendant le plus actif du moment. Depuis l’été 2005 où ils ont lancé leur campagne « triple threat » avec coup sur coup les albums de Tek & Steele, Sean Price et 9th Wonder & Buckshot, la caserne du Boot Camp Clik co-dirigée par Dru Ha et Buckshot n’a cessé de lancer divers projets.
Au départ, il s’agissait de sortir des projos solos ou en groupes des membres qui composent le Boot Camp et leur assurer la viabilité de leur carrière. Puis au fur et à mesure que les défenses et la réputation du label se sont solidifiées par des recettes croissantes et des tournées partout dans le monde, de nouveaux artistes sont venus grossir leurs rangs, attirés par la discipline et l’efficacité de leur team (comme les Kidz In The Hall, DJ Revolution ou encore B-Real des Cypress Hill). Comme le chantait Bashung, la petite entreprise ne connait pas la crise, même pendant la crise pourrait-on rajouter pour la circonstance.
Fort de cette santé incroyable, Duck Down Records a entrepris des chantiers importants, comme l’album en commun de Torae et Marco Polo (la tuerie Double Barrel, à venir prochainement), celui très attendu de Buckshot & KRS-One, l’ambitieux projet Random Axe (Sean Price, Black Milk et Guilty Simpson), un futur album des Smif N Wessun produit par Pete Rock…
Parallèlement, quelques vétérans participent à l’extension du label, c’est le cas de Steele des Smif N Wessun, qui vient de fonder son propre label Bucktown USA, raffilié à Duck Down Records. Et pour démarrer les affaires, il sort en tant que Général une première compilation Welcome to Bucktown, sorte de semi-album du Boot Camp et associés.

Le concept de ce disque semble évident au regard de la cover : de la violence urbaine sous fond de thème Blaxploitation. L’idée de Bucktown provient du film du même nom dans lequel jouait la célèbre actrice Pam Grier. Bonjour l’ambiance du tonnerre ! Et la tracklisting est centrée tout autour de ce thème, chaque titre reprenant un moins le terme de « town » ou fait référence à un quartier. C’est comme si le quartier de Brooklyn prenait les décors imaginaires de Bucktown. Le General Steele démarre cet album en solo avec logiquement « Welcome to Bucktown« , entre temps rejoint par son partenaire de rime Tek pour « Bucktown Baby » et annoncer la couleur après sur « Bucktown State of Mind« .
Les choses sérieuses montent d’un cran lorsque se réunissent les Representativz avec le Boot Camp Clik (presque au complet) et leur protégé Ruste Juxx sur la fusillade « No Sleep ‘Til Bucktown« , clin d’oeil au classique des Beastie Boys. En faisait implicitement référence à Brooklyn, le double combo Smif N Wessun et les Smif Brothers lâchent une bombe artisanale « I’m From Brooklyn« . Le souffle est assez puissant pour relancer la compétition entre les 5 Boroughs de NYC. Sans transition, l’ambiance se fait plus suave entre Steele et Buckshot lèvant leur verre sur « A Toast To Bucktown » samplant grassement « I’m Back For More » de Al Johnson. On oscille entre beats new-yorkais, du street lourd et des ambiances seventies. Merci Che Triumph, les Beatminerz et Ayatollah pour les beats et à Evil Dee et DJ Revolution pour les scratches nerveux !
La seconde partie est encore plus ouverte aux coopérations stratégiques voire extérieures : Shabaam Sahdeeq et Sha Stimuli, VBS Verbal, Illanoize, Sean Price, Young Coke, les Blahzay Blahzay, etc… Steele en solo se débrouille pas si mal (« Dreams« , « Things Are Getting Better » très blaxploitation dans l’âme) et les nombreux featurings prennent les choses très au sérieux. Mais c’est surtout l’ambiance générale qui confère une unité indivisible à l’ensemble de Welcome to Bucktown. Des tracks comme « Riot » ou « Hometown » sont totalement imparables.
Même si on devine bien que le sujet de l’album tient en une ligne à peine, l’auditeur ne tourne pas autour du pot : il déguste plusieurs scènes de la ville de Bucktown, monde parallèle des ghettos de Brooklyn d’où ressurgissent l’univers des années 70s. Tension au sein des minorités, crimes, lutte pour l’argent, la drogue et la survie, femmes fatales, guerrillas urbaines,… voilà à quoi ressemble Bucktown USA sous l’égide du Général Steele.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Crazy Horus dit :

    Je suis étonné qu’il n’y ait pas de commentaires sur cet album qui est pourtant bon. Un concept qui tourne autour du film et qui s’attache à revisiter la BO de Johnny Pate grâce à de furieux samples bien reconnaissables. Un opus riche en collaborations prestigieuses, plutôt bien produit. Petit bémol tout de même en ce qui concerne sa régularité.
    Comme tu l’as dit Duck Down risque d’être productif prochainement.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.