Smif-N-Wessun « The ALL » (produced by 9th Wonder & The Soul Council) @@@@½


« En 2003, quand je vendais des beats pour 50 balles, un des premiers producteurs à qui j’ai parlé au téléphone était Mr Walt (Beatminerz, NdR). Peu de temps après, DJ Evil Dee (Black Moon) m’a appelé, puis Dru Ha (boss de Duck Drown, NdR). La suite vous savez, le Boot Camp Clik se retrouve au complet chez mon gars Cesar Comanche : Buckshot, Sean Price et Smif-N-Wessun. Cette relation est restée la même depuis lors. C’était le premier crew de NY à nous accueillir et je n’oublierai jamais ça. »

(traduction d’un post Instagram de 9th Wonder)

9th Wonder, alors jeune producteur tout juste révélé au sein des Little Brother (The Listening en 2003) et déjà sollicité par Jay-Z, Destiny’s Child et Mary J Blige, a activement participé à la résurgence de Duck Down Records qui s’est produite en 2005. C’est un fait historique. Cette année fut le point de départ d’une discographie commune avec Buckshot (Chemistry) et de collaborations avec Sean Price (à commencer par le magnifique « Heartburn » extrait de son classique Monkey Barz), tandis que Khrysis, qui faisait partie de la bande de la Justus League, s’attelait sur Smif-n-Wessun : Reloaded. Effectivement, les relations sont toujours restées très solides et c’est au tour, quatorze ans plus tard, des Smif-N-Wessun a/k/a Tek & Steele de bénéficier des productions de 9th Wonder et son Soul Council (Nottz, Khrysis et consort).

Le duo responsable du classique Dah Shinin’ en 95 reste depuis longtemps dans cette optique de travailler avec une équipe soudée, comme on a pu le constater avec leur album éponyme paru en 2007, composé d’instrus en provenance de Scandinavie, et le semi-décevant Monumental conçu avec Pete Rock. Monumentale, c’est plutôt comme cette ré-introduction du tandem de Bucktown avec « The Education of Smif-N-Wessun« . S’ensuit un beat qui claque typique de 9th Wonder pour « Testify« , un passage oral officiel d’une minute trente pour leur profession de Foi. La Foi, la spiritualité, qui d’ailleurs est une composante majeure, une pièce importante du moteur de cet opus (« StafAllah« ), c’est même la raison de l’intitulé et du titre « The A.L.L.« . Franchement, Tek et Steele méritent leur statut de légendes vivantes et un de leur secret de longévité, outre la gestion par Duck Down, c’est leur complémentarité unique, où l’un peut intervenir dans le couplet de l’autre pour le continuer, prendre le relai ou faire des ad-libs, s’adresser à nous directement comme s’ils nous regardaient dans les yeux. Un extrait comme « Let It Go« , sans blabla ni fioriture, est la preuve que leur style de emceeing a très bien traversé l’épreuve du temps.

L’autre raison de leur longévité est qu’ils sont restés hermétiques à toutes tendances extérieures pour rester ce qu’ils sont, underground, new-yorkais, des gunners verbaux. En parlant des productions signées The Soul Council, il faut souligner le soin tout particulier apporté aux merveilleux instrumentaux, qui se finissent parfois une petite outro comme le faisait Pete Rock. Des samples soulful comme il fallait s’y attendre, englobant des voix pour apporter une émotion supplémentaire qui n’a absolument rien de superficiel, exactement comme sur le magnifique « DreamLand » avec ces notes de piano qui ferait presque pleurer. Puis quand Raekwon fait son passage comme s’il avait la main sur le coeur… On appréciera également le groove satiné de « We Good » (feat Heather Victoria et GQ) et de « Letter 4 U » qui apporte une lumière douce à leur musique. Plus radieuse, celle de « Ocean Drive » en compagnie de Rapsody et Musiq Soulchild au refrain convient très bien avec le retour du soleil même si l’air est encore frais, sans utiliser une boucle de funk mais un sample joué comme si c’était un scratche agrémenté d’un petit air de saxophone. Après une connexion surprise sur la soundtrack de Superfly, Rick Ross leur renvoie l’ascenseur avec « Let Me Tell Ya« , pour déballer son sac sans faire d’esbroufe. Le petit sample de voix de Michael Jackson enfant c’est bonus.

Comment décrire The ALL autrement que par « brillant », c’est un adjectif qui leur colle à la peau comme un tatouage facial depuis plus de vingt ans. Probablement la meilleure sortie des Smif-N-Wessun depuis fort longtemps. Saluons également le très bon taf de 9th Wonder et de son staff.

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. WGF dit :

    Du très très lourd effectivement!

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.