Outkast « Stankonia » @@@@@


Life from the center of the Earth… Welcome on Stankonia, the place where all funky things come… would you like to come?


Dans l’argot du duo d’Atlanta Outkast, “stank” signifie “funk”, d’où le nom de baptême de ce quatrième opus venu tout droit de la quatrième dimension : ‘Stankonia‘. Profondément influencés par la musique soul, p-funk et rock, par des artistes comme Prince, Jimi Hendrix ou George Clinton, Andre 3000 et Big Boi ont donné naissance à une oeuvre résolument funky et excentrique, et je ne parle pas que de leur goûts vestimentaires. Et bien plus encore car ‘Stankonia‘ est une oeuvre à la frontière de l’humainement imaginable, un opus à la fois en avance de vingt ans sur son temps et mystique, habité, comme si un sort vaudou y était jeté.

À la production, on retrouve les fidèles Organized Noise et les Outkast sous leur alias Earthtone III. Les amis de la Dungeon Family comme Big Rube ou les Goodie Mob n’ont pas non plus manqué à l’invitation. Il y a toujours cette femme nue sur le disque, une de leurs marques esthétiques. Après l’atterrissage psychédélique signalé dans l’introduction, plein gaz avec « Gasoline Dreams » et ses riffs de guitares rock, virulente critique ouverte sur l’état des Etats-Unis. Cette attaque renvoie logiquement à la pochette, avec en arrière-plan le drapeau des USA en couleur noir et blanc, une façon symbolique de marquer les contrastes entre couleurs de peau. Si ‘ATLiens‘ était un album sombre, OVNiesque et mélancolique, l’atmosphère de ‘Stankonia‘ peut devenir oppressante, froide et limite angoissante. Comme ce « Snappin & Trappin« , beat martelé fulgurant et des synthés menaçants, décuplés par un refrain presque funeste et un Killer Mike déjà monstrueux pour une de ses toutes premières apparitions. Notez à quel point les Outkast avaient vu juste avec les phénomènes snap et trap, futuristes on vous dit. Ce sentiment d’inquiétude reprend sur ces « ? » qui donnent le tournis. Toujours de la musique pour Cadillac dogs mais avec une chaleur armée de suspens sur fond de basses ronflantes, « Gangsta Shit » dégage des saveurs typiquement Dirty South. On en aurait presque du mal à avaler sa salive.

Heureusement que certains interludes plutôt sympathiques viennent détendre les tympans. Mélodies faciles et légères toujours avec des orgues bien kitsch, l’hydraulique « I’ll Come Before I Come » ou le rétrofunky « We Love Deez Hoes » permettent de capter des Outkast pimpédéliques avec des textes bourrés d’imagination métaphoriques. A ce niveau-là, on redoute les effets aquariums provoqués par les essences aphrodisiaques de ces morceaux. Le single « So Fresh So Clean » sur le thème du swag (avant que tout le monde dise ‘swag’) reflète au mieux la classe de Big Boi et Andre3000 sur un instrumental frais et inspiré. Ou dans un tout autre style plus ‘retour aux origines’, tribal au niveau du rythme, Cee-Lo apporte une touche soulful avec son chanté et sa voix si caractéristique sur « Slum Beautiful« . Sur une tout autre note, les claviers pourpres de « Toilet Tisha » mettent en lumière le drame de la situation.

Beaucoup de gens ont connu les Outkast avec ‘Stankonia‘ grâce à l’extrait « Ms Jackson« . Ce texte vise en fait à s’excuser auprès de la mère d’Erykah Badu, l’ex-compagne du rappeur Andre (« I’m sorry Ms Jackson/ I am for real/ Never wanna make your daughter cry/ I apolgize a trillion time »). La reine de la nu-soul est tout de même présente en nous gratifiant aussi de sa voix de sorcière envoutante sur le dépaysant et spirituel « Humble Mumble« , un titre qui puis plus loin dans les racines leur musique puisqu’en l’écoutant, on ressent irrémédiablement des influences africaine. C’est dire l’effet que ça procure, comme un marabout qui vous lance un sortilège pour nous mettre en état de transe.

Maintenant, compte à rebours avec LA bombe sur Bagdad, le morceau central de ‘Stankonia‘ : « B.O.B. » (deux ans avant le déploiement des troupes US en Irak, des visionnaires j’arrête pas de le dire). D’emblée, les enceintes sont dévastés par un up-tempo effréné et ces caisses qui tambourinent de façon éléphantesque, une marche puissante où les Outkast accélèrent leurs flows en conséquence. Puis viennent des sonorités électroniques, des scratches, un solo de guitare électrique avant que soient chantées par une chorale. Ubuesque, décoiffant, surpuissant, monumental, orchestral pourquoi pas, et sans transition, ça enchaîne sur le bouillant « Xplosion » avec un B-Real survolté (qui ne manque pas de balancer un fuck au magazine XXL de la part des Cypress Hill) et nos deux ATLiens déchaînés. BOUM.

Un dernier paragraphe pour finir avec l’apothéose, le low-tempo orgasmique et intimiste « Stanklove » qui résume à lui tout seul toutes les vibes de ce disque indéscriptible et tout aussi différent de leurs précédents albums. D’une très grande inspiration, ‘Stankonia‘ est à collectionner avec leurs autres chef d’oeuvres afin de mieux les apprécier chacun à chaque écoute.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s