Archives du mot-clé Big Gipp

Daz « Dazamataz » @@@½


Ce vieux briscard de Daz Dillinger a ses placards toujours remplis de munitions. De retour après deux ans d’absence (Cuzznz début 2016 avec Snoop Dogg), notre légende westcoast sort un seizième album, auto-produit de nouveau, Dazamataz. Et pour rattraper le temps perdu, il nous offre 30 morceaux de gangsta sh*t ainsi qu’un festival de guests.

Lire la suite Daz « Dazamataz » @@@½

Goodie Mob « Age against the Machine » @@@


C’est toujours un grand plaisir de voir un de ses groupes favoris se reformer après plusieurs années d’absence. Mais par expérience, ces retours invitent à la méfiance.

Cee-Lo, Big Gipp, T-Mo et Khujo des Goodie Mob n’avaient pas sorti d’album tout les quatre depuis World Party… en 1999. Cee-Lo avait par après claqué la porte au groupe, sans renier non plus la Dungeon Family, afin partir seul vers l’inconnu avec comme guide sa propre créativité (Perfect Imperfections et Soul Machine). Et de leur côté le trio restant de publier One Monkey Don’t Stop No Show, dont l’intitulé n’a pas manqué d’égratigner Cee-Lo Green. Peu importe pour lui, puisqu’il a rencontré un succès considérable avec Gnarls Barkley ce qui a par la suite relancé sa carrière avec The Lady Killer. Pendant ce temps-là, les trois autres Goodie connaissaient des fortunes diverses…

Pour le grand public, Cee-Lo était devenu alors « le chanteur des Gnarls Barkley », non plus « Cee-Lo des Goodie Mob », ça, il n’y a que les amateurs de rap qui le savaient. Un soupir pouvait accompagner cette pensée. Jusqu’à ce que les rumeurs d’un retour se confirment. Le scepticisme sur ce retour tant espéré s’est aussitôt effacé lorsqu’en Avril 2012 les Goodie Mob sont apparus en habits de lumière sur le plateau de The Voice pour interpréter « Fight To Win« . Le scepticisme a ressurgi juste après leur performance scénique, ma Foi déconcertante. Un an et quelques mois plus tard, Age Against the Machine est devenu réalité, mais une réalité sous quelle forme ?

Lire la suite Goodie Mob « Age against the Machine » @@@

Ali & Gipp « present Kinfolk » @@@1/2


Un album annoncé depuis bientôt trois ans et que l’on n’attendait plus, des sorties sporadiques de singles desservant un impact médiatique trop discret, pour une collaboration qui aurait failli ne pas voir le jour, comme ce fut le cas de celle entre Ceel-Lo & Jazze Pha. Ali & Gipp present Kinfolk (Dirty Ent/Universal), la rencontre entre Ali, le quart des St Lunatics, et Big Gipp, le quart des Goodie Mob, a su se faire attendre. Pas qu’on n’était pas au courant de l’arrivée dans les bacs, mais ce n’est jamais une bonne nouvelle qu’un disque finisse oublié dans un fond de tiroir d’une major. Ouf, Ali & Gipp ont été épargnés par ces aléas de l’industrie du disque ! 

Lire la suite Ali & Gipp « present Kinfolk » @@@1/2

Nelly « Sweat »/ »Suit » @@½ x2


À une époque pas si lointaine, pour donner plus de prestige à leur discographie ou un tout un tas d’autres raisons, les rappeurs publiaient un double-album (2Pac, Biggie, E-40, Wu-Tang, Jay-Z, Nas…). Les Outkast, eux qui ne faisaient rien comme tout le monde, ont publié deux albums solo dans un même boîtier avec ‘Speakerboxxx & The Love Below’. Pour bien se faire remarquer des autres et sans doute répondre à des volontés commerciales, Nelly a décidé d’enfanter de « faux jumeaux » : ‘Sweat’ et ‘Suit’. On ne parlera donc pas d’un « d’album siamois » (le modèle classique), mais bel et bien de 3e et 4e disques. Vous avez donc sur la super offre promotionnelle, deux albums pour le prix de… deux ! Bref, avec Nelly c’est tout ou rien.

Lire la suite Nelly « Sweat »/ »Suit » @@½ x2

Goodie Mob « One Monkey Don’t Stop No Show » @@@@


Synopsis. Avec les Outkast, les quatre Goodie Mob ont évolué sur la scène d’Atlanta avec la Dungeon Family. Avec trois albums à leur actif, c’est en 2002 que le co-fondateur, Cee-Lo, décide de poursuivre sa carrière en solo mettant le groupe en stand-by. Mais T-Mo, Khujo et Big Gipp n’ont pas lâché l’affaire et souhaitaient poursuivre leur bonhomme de chemin, sans lui. Des tensions commençaient à ressurgir et la situation allait tourner au beef général entre le trio dur et Cee Lo Green. D’ailleurs, ce dernier n’a pas manquer de laver son linge sale en public sur « Scrap Metal » (extrait de Cee Lo Green Is The Soul Machine), faisant vent de toutes les critiques qu’il a enduré jusque-là. C’est alors que d’une certaine manière répondent les Goodies avec One Monkey Don’t Stop No Show, où vous devinerez bien que le ‘monkey’ en question est bien entendu Mr Green… Et il était crucial de savoir si la perte de ce membre éminent n’allait pas détériorer le style décalé des Goodie Mob.

Chronique écrite en 2004 revue en Novembre 2016

Lire la suite Goodie Mob « One Monkey Don’t Stop No Show » @@@@

Outkast « Speakerboxxx & The Love Below » @@@@@©


Les Outkast ont mis les pieds dans un sanctuaire réservés aux demi-Dieu de la musique, celui du panthéon de la black music, rejoignant bien entendu les légendes du rap mais aussi de la soul, du jazz et du r&b. Depuis 1994, ils ont osé révolutionner et expérimenter un hip hop dont les ouvertures et les possibilités d’évolution quasi infinies leur ont permis de progresser de façon exponentielle d’album en album, avec à chaque fois des scores de ventes croissants pour compenser le risque entrepris.

Cette fois, ils sont allés très haut, très loin, jusqu’aux confins de la galaxie. Les Outkast se sont dédoublés pour livrer deux galettes magiques, regroupés sur un double album qui n’en pas réellement un. En réalité, le concept est plutôt l’alliance de deux albums des deux artistes respectifs : Big Boi et Andre3000. C’est un compromis jamais-vu, car à la base, cela devait être leurs deux albums solos, prévus chacun de leurs côtés. Mais au final, par un coup marketing ou idée lumineuse, il nous a été plus jouissif de nous faire profiter de ces deux opus sous un seul nom, une seule unité, l’un des meilleurs albums de hip-hop de ce troisième millénaire : Speakerboxxx & The Love Below des Outkast, premier album rap au monde sacré Album of the Year 2003 aux Grammy Awards et disque de diamants aux Etats-Unis.

Lire la suite Outkast « Speakerboxxx & The Love Below » @@@@@©

Outkast « Stankonia » @@@@@


Life from the center of the Earth… Welcome on Stankonia, the place where all funky things come… would you like to come?

Lire la suite Outkast « Stankonia » @@@@@

Outkast « ATLiens » @@@@@


Deux ans après l’énorme ‘Southernplayalisticadillacmuzik‘, Andre et Antwan sont de retour d’une autre dimension avec plein de nouvelles idées. Descendus sur la ville Atlanta en extra-terriens, les Outkast sont devenus des ‘ATLiens‘, une entité rap réellement  à part.  Car si leur premier essai fut des plus classiques (dans tous les sens du terme), leur identité musicale s’est clairement détachée du commun de humains rappeurs avec cet OVNI. On ne dira plus jamais que les Boi et Dre font des albums rap Dirty South, mais du OutKast.

Lire la suite Outkast « ATLiens » @@@@@