Busta Rhymes « It Ain’t Safe No More » @@@@


L’insécurité était omniprésente, partout, depuis les événements tragiques du 11 Septembre 2001. Après sa nouvelle genèse, le chao régnait de nouveau dans l’esprit de Busta Rhymes après ‘E.L.E‘. ‘It Ain’t Safe No More…‘ marque une étape ténébreuse dans la carrière du rappeur, et c’est ce contraste que revêt ce sixième album solo. A la production, on retrouve producteurs à la mode (The Neptunes), compagnons de route (J Dilla, Rockwilder, Swizz Beatz et DJ Scratch) et d’autres personnages qui ne sont pas nés de la dernière pluie acide (Rick Rock et MegaHertz). Sorti en 2002, c’est aussi son second et dernier disque sur J Records, et dernier d’une série d’un album par an en moyenne.

Rétrospective écrite en 2006 revue en 2016


L’emballage sonore qui émane de ce sixième opus de Buss-a-buss va nous plonger dans un monde pré-apocalyptique pesant, ténébreux, parfois entouré mélancolie, de mystère. Et quelques bangers qui resteront, avec le recul, inoubliables. De quoi nous faire broyer du noir, mais aussi danser sous l’orage avec du lourd son. Après une introduction enfantine, Busta démarre d’une belle manière sur le magistral « It Ain’t Safe No More », production éclairée d’une lumière ecclésiale signée Dilla, qui s’éteint pour faire place à un chant de guerre sur le refrain de « What Would You Do When You’re Branded » avec une texture presque médiévale renforcée par des clavecins. Alors que l’état d’urgence est prononcée débarque en trombe la tuerie « Call The Ambulance » des Neptunes, un instru oppressant qui tourne sans cesse en boucle comme une sirène, avec un couplet non-crédité de Rampage dans le rôle du brancardier. Un démarrage rapide bien négocié, où Busta passe les vitesses aux bons régimes.

C’est alors qu’un folklore de bangers plus ou moins efficaces teintés de percussions tribales, exotiques s’enchaînent, de « We Gon Do It To Ya » à « Hey Ladies », entrecoupée de deux beats très différents de J Dilla,  « What Up » truffé dé sonorités un peu aléatoires et « Turn Me Up Some » plus apaisé (qui sample la voix de Redman). Le temps paraît long, néanmoins le rythme finit par s’emparer de nos battements de coeurs. Entre temps, « Make It Clap » et son trip ragga remet d’aplombs, go go go sur le dancefloor. Le single est en réalité le remix -enfin le mégatube- avec Sean Paul, qui se trouve en bonus track. Et histoire de bien casser ce rythme après ces titres à faire user les semelles, la ballade radio « I Know What You Want » avec une Mariah Carey énervante (et tout le Flipmode Squad mais c’est presque un détail)  termine cette première moitié de ‘It Ain’t Safe No More‘. Paradoxalement, ce sont ces deux dernières chansons correspondant le moins à l’esprit de cet album qui ont le mieux fonctionné auprès du public (mais pas auprès des fans plus mitigés), ce qui a permis à Busta d’obtenir (non sans mal) un disque de platine.

Revenons-en à cette atmosphère dangereuse. « Hop » et « Riot » permettent au tourbillonnant Busta Rhymes de s’en tenir à de meilleures interprétations et des lyrics de haute teneur. On saluera aussi la rappeuse Rah Digga sur « Together » pour sa prestation remarquable sur ce beat de Swizz Beatz. La conclusion de cet album « Till It’s Gone » n’est pas des plus optimistes, True Master y apporte sur ce titre des caisses impressionnantes et un esprit Wu-Tang. Tout ceci pour dire que ‘It Ain’t Safe No More…‘, c’est un album solide, aussi diversifié que sombre. A sa sortie l’accueil et la prise de contact n’ont pas été immédiats mais plus d’une dizaine d’année après sa parution ce sixième album est toujours d’actualité. Un bon cru de ce titan de Busta Rhymes dont l’énergie est relativement gaspillée par quelques baisses de régimes et longueurs, sans incidence sur la longévité insoupçonnée tel un élément radioactif.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s