Archives du mot-clé Vince Staples

Snoh Aalegra « FEELS » @@@@@


Qui est Snoh Aalegra? Une chanteuse d’origine suédoise vivant à Los Angeles et qui fut l’une des toutes premières signatures du label ARTiums Recordings, le label de No I.D. (qui contient dans son catalogue Vince Staples, Common et Jhene Aiko). Qu’est-ce que FEELS? Mon plus gros coup de coeur de l’année 2017.

Lire la suite Snoh Aalegra « FEELS » @@@@@

Vince Staples « Big Fish Theory » @@@@


Après avoir mis le feu à la baraque avec l’EP Hell Can Wait, le jeune Vince Staples est revenu l’été 2015 pour évoquer dans une chaleur étouffante les souvenirs de la période estivale de 2006 (Summertime ’06). Le mois de juin caniculaire était un prélude pour nous préparer au retour de notre pompier-pyromane de Long Beach avec un des albums de cet été 2017, Big Fish Theory (ARTium Recordings/Black Smith/Def Jam). Mais pas très rap « rap » comme vous pourrez l’entendre, encore moins westcoast, le rappeur a négocié le virage du second album en driftant sur la voie de l’électro.

Lire la suite Vince Staples « Big Fish Theory » @@@@

Gorillaz « Humanz » @@@½


Le 12 Octobre 2015, Jamie Hewlett, illustre illustrateur anglais, annonçait travailler sur l’arrivée prochaine d’un quatrième album studio des Gorillaz pour le courant de l’année suivante, et naturellement, tout le monde a accueilli avec bonheur la nouvelle
comme l’arrivée d’un heureux événement. Bon, les aléas ont fait que la gestation a pris un peu plus de temps que prévu néanmoins il n’a pas été trop tard. Et en cette période morose et désespérante, voire dramatique et douloureuse, un nouvel opus d’un des groupes les plus appréciés de la galaxie pouvait apporter de la couleur, de l’espoir et de la joie dans nos existences désenchantées.

Printemps 2017, Humanz est disponible sur
Terre, malheureusement il ne ménage pas notre frustration.

Lire la chronique dans son intégralité sur Another Whisky For Mister Bukowski →

ScHoolboy Q « Blank Face LP » @@@@


Parmi les Black Hippy, il y a d’abord Kendrick Lamar, l’intello de Compton et protégé de Dr Dre, celui qui tire le groupe, le label TDE et le rap tout entier vers le Haut; Jay Rock, le tHug pur jus originaire de Watts qui démarre ses couplets sans vaseline; Ab-Soul, le poète emo-street de Carson cacHé derrière des verres à la Eazy-E; et enfin l’Homme au bob, la personnalité qui nous intéresse particulièrement ici, ScHoolboy Q, le bandit carburant à la lean qui nous vient de Hoover Street.

Lire la suite sur SURL Mag →

Adrian Younge presents « Twelve Reasons to Die II » starring Ghostface Killah @@@½


Tony Starks a rempilé cet été pour une suite du désormais culte Twelve Reasons to Die (premier du nom), avec de nouveau à la réalisation de la bande-son le très classieux Adrian Younge. Où il faudra essayer d’annuler le sort maudit réservé à de nombreuses suites…

Lire la suite Adrian Younge presents « Twelve Reasons to Die II » starring Ghostface Killah @@@½

Vince Staples « Summertime ’06 » @@@@½


L’EP Hell Can Wait qui a mis un coup de chaud automne dernier n’était qu’un prélude, une porte d’entrée grande ouverte vers l’enfer qui s’abat sur Summertime ’06. Les températures caniculaires ne sont pas due à des conditions anti-cycloniques exceptionnelles, c’est bien  à cause de ce double-album.

Lire la suite Vince Staples « Summertime ’06 » @@@@½

Earl Sweatshirt « I don’t like shit, I don’t go outside » @@@@


Earl Sweatshirt n’a pas été très cool avec nous quand il est passé en Europe, on se serait bien passé de ses critiques immatures de nos us et coutumes locales. Bah écoute gamin, si t’es pas content, rentre chez toi… Ce qu’il a fait semble-t-il. Et le voilà qu’il sort de son autisme sans prévenir avec un album tout chaud tout frais, intelligemment nommé I don’t like shit, I don’t go outside. Ouais, il est comme ça Earl.

Lire la suite Earl Sweatshirt « I don’t like shit, I don’t go outside » @@@@

Vince Staples « Hell Can Wait » [EP] @@@@


Vince Staples est un rappeur que tout le monde s’arrache. Anciennement affilié au collectif Odd Future, le talent de ce jeune californien affiché sur mixtape a tapé dans l’oreille de Talib Kweli, le producteur No I.D. et les dirigeants de Def Jam. Du coup, il est signé à la fois sur Blacksmith, ARTium Recordings et le label trentenaire, tant qu’à faire.

Cette fois c’est le début des choses sérieuses pour Vince. Laissant de côté les cassettes digitales et les featurings à droite à gauche pour Earl Sweatshirt (sur Doris) ou Common (le single « Kingdom« ), il franchit une étape intermédiaire, entre une mixtape et un premier album, avec cet EP Hell Can Wait soutenu physiquement par Def Jam Recordings.

Lire la suite Vince Staples « Hell Can Wait » [EP] @@@@

Dilated Peoples « Directors of Photography » [deluxe edition] @@@@


Huit ans qu’un de nos groupes de rap favori n’avait pas publié d’album, cela commençait à faire sérieusement long. Depuis 2006 et leur dernier album en major 20/20, les membres des Dilated Peoples ont entamé des carrières en solo avec plus ou moins de succès, celle d’Evidence ayant connu un grand intérêt. EV aillant sorti plusieurs projets chez le label indie hip-hop Rhymesayers (son album Cats & Dogs et Lord Steppington avec Alchemist), il rameute ses deux vieux amis DJ Babu et Rakaa Iriscience pour un cinquième album synonyme de maturité.

Lire la suite Dilated Peoples « Directors of Photography » [deluxe edition] @@@@

Common « Nobody’s Smiling » @@@


Et de dix pour Common. Et comme il y a vingt ans avec son classique Resurrection, cet opus est produit par No I.D.. Mais les temps ont bien changé depuis l’âge d’or du hip-hop, et le rappeur/acteur de Chicago a toujours su s’adapter à toutes les périodes. Il y a eu la mouvance Soulquarian avec les chanteurs de Nusoul, J Dilla et les Roots, l’ère G.O.O.D. Music avec les productions de Kanye West, élève de No I.D. (simple rappel), et les Neptunes.

Lire la suite Common « Nobody’s Smiling » @@@

Boldy James « My 1st Chemistry Set » @@@½


Le nom de Boldy James ne nous aurait pas attiré l’attention s’il n’était pas associé à celui d’Alchemist. Il faut être honnête. Preuve de l’influence grandissante de ce producteur capable de faire le grand écart latéral entre East et West ou parfois facial entre underground et mainstream. Le voilà qu’il lance ce fameux Boldy James, MC originaire de Detroit, en lui produisant de A à Z sa première panoplie de chimiste (My 1st Chemistry Set). Qu’est-ce que cet apprenti a-t-il de spécial?

Lire la suite Boldy James « My 1st Chemistry Set » @@@½

Earl Sweatshirt « Doris » @@@½


Le voilà le très attendu premier album en major du secret le mieux gardé du crew Odd Future, attendu depuis le moment où Tyler the Creator en plein buzz avec « Sandwitches » balançait des ‘Free Earl’ à tout-va. Mais où pouvait bien se trouver Thebe Kgositsile alias Earl Sweatshirt? Il était dans une sorte de maison de redressement pour enfants à problème sur les îles Samoa. Les fans les plus assidus d’Earl l’attendaient déjà depuis sa mixtape éponyme lancée sur les Internets en 2010 alors qu’il n’avait que 16 ans, bien avant que Tyler soit révélé avec Goblins.

Lire la suite Earl Sweatshirt « Doris » @@@½