Guilty Simpson « OJ Simpson » @@@


Rap contre justice, jamais il ne se passe une seule semaine sans relater le procès d’un rappeur. Le 18 Mai 2010, la justice américaine s’est exprimée à propos de la nouvelle affaire OJ Simpson, du nom du footballeur et acteur américain rendu célèbre pour le double meurtre dont il a été relaxé en 1995 et dont le doute sur son innocence subsiste encore aujourd’hui.

La victime partage un pseudonyme similaire, Guilty Simpson. Il est black, a grandi dans la violence des quartiers sensibles de Detroit et il est rappeur, ce qui aux yeux de la justice américaine ne plaide pas en la faveur de l’accusé. Les charges qui pèsent contre lui sont nombreuses : outrages envers des agents de forces de l’ordre dans le domaine public, incitation à la haine à travers ses lyrics illicites, tentative de meurtre avec préméditation et usurpation d’identité dans le cadre de la sortie d’une oeuvre discographique.

Pour sa défense, c’est Madlib, producteur émérite et ultra-prolifique de la société indépendante Stones Throw, qui a été choisi comme avocat pour son caractère méthodique et ses recherches fouillées. Il avait en début d’année planifié sa stratégie de défense avec Before the Verdict (lire le compte-rendu).

Jurant de dire la vérité, rien que la vérité sur la Bible, devant le juge et les jurés, mais même avant de prendre la parole, Madlib commence a dépeindre ce procès comme une scène de théâtre manquant de sérieux. Les premières déclarations de son client sont les réponses aux questions de la cour lui demandant de confirmer son identité (« OJ Simpson ») et sur son comportement. Il ne dément pas mener une vie hors du système (« Karma of a kingpin »). Madlib n’hésite pas à prendre le relai avec des instrumentaux bourrés de dialogues, de blabla, de rires, de samples à tout-va et s’éparpille totalement dans ses arguments, en ne laissant que peu de prises de paroles de Guilty Simpson. Comme s’il nous la jouait Johnnie Cochrane. L’assemblée baille, assoupie par ses interventions à force de perdre le fil. Il faut rester attentif pour suivre sa plaidoirie sinon on est anesthésié, l’un ou l’autre. Pas de vidéo, juste du son.

Les interventions de Simpson sont donc cruciales et suscitent toute l’intérêt. Dès qu’il débite ses rimes dans le micro depuis son box avec son flow de diesel, il s’adresse aux procureurs sur « Coroner’s Music » pour la petite provocation et se justifie nonchalamment sur « Hood Sentence » et « Mic Check 313 ». Un de ses complices, Frank Nitte, est appelé à la barre sur « Scratch Warning », tandis que Madlib fait tourner en bourrique le juge et le jury (« Something Good »/ « Something Bad »). Le juge, lui, paraît dépité par toutes ces élucubrations dans cet argumentaire grossièrement brouillon mais le procureur parvient à prendre en défaut Guilty Simpson en affirmant qu’il serait complice du Strong Arm Steady, le rappeur ne nie guère être affilié à ce gang sur « Outside ». Mais dans un dernier rebondissement, il brouille très intelligemment les pistes sur « 100 Styles ».

À la fin du plaidoyer, les magistrats requièrent une peine de cinq ans de prison ferme non-réductible assorti d’une période de deux ans de probation. Simpson plaide coupable, comme on s’y attendait. A la surprise générale, le jury en décide autrement et le juge décide qu’après plusieurs heures d’un procès rocambolesque et surréaliste après le bazar provoqué par Madlib, Guilty Simpson écope simplement de 200 heures de travaux d’intérêts généraux. Après tout, il n’est prouvé nulle part que le rap influence le public en rendant les gens agressifs ou vulgaires, ce n’est que la musique et nulle part un artiste est responsable de ses auditeurs, juste de ses propos qu’il assume. Acquitté de tous les chefs d’accusation, un procès en appel pourrait cependant survenir dans les mois qui viennent.

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Nicosoft93 dit :

    C’est pas mal comme chronique car on ne sait toujours pas l’avis de l’auteur après l’avoir lu…

    J'aime

  2. SysTooL dit :

    Le concept est sympa, et j’imagine que OJ Simpson aurait pu être une vraie tuerie, sans tous ces skits (avec la moitié, disons) et des instrus un peu plus barrées (merde c’est MADLIB, quand même)!!!

    Dommage

    SysTooL

    ma chro :
    http://www.gueusif.com/article-chron-espresso-madlib-session-guilty-simpson-56176676.html

    J'aime

  3. SeverineD dit :

    Peut être trop de blablah oui, mais je reste tout de même sous le charme de l’opus, en attendant de voir le prochain s’il y aura +++ de Guilty. Le précédent était tellement bon aussi que pour faire mieux il a intérêt à « cravacher » !!!
    ET J’ADOOOOORE LA CHRO ;) !!!!!!

    J'aime

  4. RemY dit :

    Perso, j’ai beaucoup de mal à me faire un avis sur l’album, suite aux nombreux interludes … Par contre, je retiens les excellents « Back On The Road Again », « Cali Hills », « Scratch Warning » et « Mic Check 313 ».

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.