Common « Universal Mind Control » @@@½


Je me souviens… quand MC Solaar rappait « Les temps changent », comme si c’était hier. Parce que je me dis tout le temps que tout évolue continuellement. Comme les êtres vivants, les genres musicaux sont en constante évolution : ils se différencient en sous-genres, s’hybrident parfois entre eux (de façon contre-nature dans certains cas), se conforment à ce qui réussit en termes de vente, sont en voie d’extinction à cause des pressions de sélections,… J’avoue être un peu darwiniste sur les bords (en plus d’être un brin taoïste dans l’âme), je fais souvent ce rapport entre la nature et la musique, la bonne musique, la good music, comme le label fondé par Kanye West.

2008 est l’année du changement et les artistes affiliés au Louis Vuitton Don l’ont bien compris : John Legend sort un 3e disque au titre franchement évocateur, Evolver, Kanye est parti dans un délire autotune avec 808s & Heartbreak, il supervise de même The Death of Adam de 88Keys, un OVNI dans le hip-hop indie, et voilà que Common réalise un album à contre-courant et ultra-moderne, intégralement produit par les Neptunes et Mr DJ (producteur pour les Outkast). Méga-overbooké à cause de sa tournée et ses sollicitations un peu partout, Kanye West n’a pas eu quelques secondes à consacrer à Common et ils ont donc mis en stand-by l’enregistrement de The Believer. Du coup, le emcee pionnier de Chicago a préparé Invicible Summer qui devait être un EP, et qui en fin de compte est devenu un huitième album nommé Universal Mind Control. Quand je disais que les temps changent, ils peuvent changer plus vite qu’on ne le pense, rien n’est forcément fixé dès le départ.

Des fois, tout va trop vite et on loupe un train ou alors on rate un arrêt, alors que des fois, il faut prendre son mal en patience, attendre l’échéance tardivement, lentement mais sûrement. Cet opus devait naître cet été 2008 pour le rendre invincible, mais avec les délais rallongés, il a fallu trouver une solution alternative pour un album hip-hop à l’extrême limite du genre ‘rap alternatif’.

Common a opté pour la scène, en partant logiquement en tournée avec les N.E.R.D. pour présenter directement au public les versions prénatales en live de UMC (pour abréger), tels que « Sex 4 Sugar » et l’impressionnant « Gladiator ». Pour les plus télévisuels, le single « Universal Mind Control », qui respecte la vieille tradition de donner le nom à l’album et de se placer en première piste, a annoncé la vibe positive et divertissante du disque. Strictement rien à voir avec l’expérimental hyppie-hop Electric Circus, les Neptunes et Common font du old school/new school, en somme du ‘all school’ en s’inspirant énormément de « Planet Rock » d’Afrika Bambaata, the originator. Le breakbeat neptunien paraîtra classique pour beaucoup, entre ce qu’ils ont fait pour Kelis (« Milkshake ») et Madonna avec des synthés qui donnent un effet plus speed à la prod. Et Com’ se sent comme un vrai b-boy dessus, avec une belle perf’ de emceeing.  « Announcement » appuie ce style frais et branché, épuré sur la forme pour rendre la mélodie de guitare plus hypnotique. C’est du propre, « it’s hip hop baby ! ». Le couplet de Pharrell Williams est probablement l’un des meilleurs en tant que rappeur, lui et Common s’inspirent énormément de Notorious BIG dessus.

Kanye West a tout de même réussi à trouver un créneau dans son agenda pour faire irruption sur UMC en passant sur « Punch Drunk Love », et sans autotune… puisque c’est Pharrell qui l’utilise mollement sur le refrain. On se fait piéger, comme pour « Therapy » avec T-Pain et Kanye. Common qui parle de sexe, ça surprend. Jusque là, il a toujours été très respectueux, abordait très peu le sujet ou alors de manière réservée et poétique. Sur ce disque, il se fait plaisir et lâche la bride sur « Sex 4 Sugar », sans vulgarité mais à travers une approche loin d’être intimiste, comme un porno soft. Les prods des Neptunes sont par moment – comme on leur reproche souvent – un peu trop similaires, ce qui de l’autre côté garantit l’homogénéité du projet. Je pense à « Inhale », habituel dans la forme bien que très cool à écouter. Ils profitent aussi pour présenter les projecteurs sur leurs nouveaux protégés, les Chester French. En parlant de français, j’ai oublié de dire que l’intro est citée dans notre langue ! Fin de la parenthèse.

En fait, ce sont les invités venus de tous les horizons qui suggèrent l’aspect alternatif de UMC. Les rockeurs Chester French sur « What a World », Martina Topley-Bird sur le son électro-pop de « Everywhere » et le Gnarks Barkley Cee-Lo sur l’entraînant « Make My Day », où le mélange des styles Atlanta et Chi-town est convaincant. C’est la quatrième collaboration entre Common et Cee-Lo, dont fait partie «  A Song for Assatah » (tiré de Like Water For Chocolate en 2000), une magnifique chanson dédiée à sa petite fille Omoye Assatah. Les années ont passé, elle a grandi depuis, et on l’entend pour la première fois sur « Changes ». Une façon de montrer que le futur se trouve entre les mains de la jeune génération sur cette chanson pleine d’espoir produite par Mr DJ (producteur pour Outkast). C’est peut-être la Obamania qui veut ça mais il est vrai qu’un vent nouveau souffle sur les Etats-Unis depuis quelques semaines. Comme le dit Assatah à la fin de ce superbe titre, « change is hope », pour faire écho au slogan « yes we can ».

Je finis avec le gros titre « Gladiator », le meilleur pour la fin comme on dit. C’est du hip-hop catégorie poids lourd que nous servent les ‘Tunes (où Pharrell s’autosample sur le refrain), ce qui contraste avec les beats souvent légers et répétitifs pour la plupart. Common prouve que même s’il s’éclate le long de l’album, il n’en reste pas moins un MC au sens purement rapologique du terme. 

Évidemment, Universal Mind Control est loin d’être le meilleur album de la carrière Common, ce que semblent nous indiquer les critiques globalement mitigées aux States. Maintenant, libre à nous d’aimer ou pas cet opus, personne n’est conditionné pour approuver ou non un changement de cap. En ce qui me concerne, j’ai passé un bon moment parce que cet album correspond pile poil à mes goûts personnels. J’ai été plus agréablement surpris par le travail fourni par Mr DJ, qui apporte sa touche de fraîcheur et d’originalité en virant parfois pop, que par celles des Neptunes, pas si imaginatives qu’attendu mais dont je demeure fan devant l’Eternel. Common nous prouve avec UMC qu’il peut échapper à son répertoire « commun » du rap conscient tout en maintenant le contrôle sur sa vision artistique des choses.  Pari réussi, plus ou moins.

14 réflexions sur “ Common « Universal Mind Control » @@@½ ”

  1. Bonne critique, juste un oubli Common en est à son troisième featuring avec Cee-Lo, Make My Day, A Song For Assatah et le très bon G.O.D sur One Day It’ll Make Sense que tu as oublié. Sinon je suis d’accord l’album est bon c’est une très bonne parenthèse à sa carrière, supérieur à son autre projet « expérimental », Electric Circus, selon moi..

    J'aime

  2. Quand j’aurai du temps pour l’écouter ! lol j’ai des tas de disques à chroniquer dans ma zone alternative, comme Mr Scruff, Flobots, Everlast… et Santogold peut-être.

    J'aime

  3. Très bon album, en effet pari réussi pour Common, j’ai pris moi aussi du plaisir à l’écoute de ce skeud (à part sur Sex 4 Suga que j’ai pas pu écouter plus de 1 minute, prod horrible).

    Ah et pour le couplet très frais de Pharrell sur « Announcement » plus j’écoute ce morceau plus j’me dis que derrière y a un tribute pour Biggie (le début du 1er couplet de Common qui reprend les paroles du début de « Unbelievable », et le flow et les mimiques de Pharrell qui rappellent fortement B.I.G.).
    Non ?

    J'aime

  4. Très bonne chronique équilibrée et juste, ce qui est assez rare avec un album comme celui-ci. Le Hip-Hop (les amateurs de Hip-Hop plutôt) n’aiment pas le changement et la fraicheur et ça apparait clairement depuis quelques semaines avec les tollés provoqués par cette sortie et celle de Kanye West. Dommage, « Universal Mind Control » est un bon album: un peu inégal mais il remplit bien son but de faire bouger les nuques. Dommage qu’il ne soit pas sorti cet été, ça aurait peut être été mieux reçu.

    Ah et puis au fait: Cee-Lo a aussi posé quelques mots sur l’hallucinatoire « Heaven Somewhere », dernière piste du cultissime « Electric Circus » (mais bon, je chipote).

    Bonne continuation à toi.

    Nico / Soul Brotha

    J'aime

  5. Contrairement a l’album de Kanye les premières écoutes de UMC ne sont pas rebutante, cependant c’est pas encore le gros kiffe comme pour « fiding forever » mais ça se bonifie avec le temps

    J'aime

  6. Très bon album, Common is dead !?! Sur internet qu’est-ce qu’on lit pas tout de même faut arrêter avec le clavier des fois ! Bon ce n’est pas « Be » mais content de voir que Common sait faire autre chose d’aussi intéressant ! Dédicace aux Chester French les deux poseurs de Havard que j’adore !

    J'aime

  7. Comme le dit Murphy cet album il faut l’écouter plusieurs fois pour pouvoir rentrer dans le trip
    Mais cet album il faut le rappeler part d’un bon sentiment je ne sais plus ou j’avais vu ça (Rap2k???) mais il disait que son propre DJ ne passait aucun son de lui car aucun n’était rééllement dansant donc contrairement a Kanye (qui lui part en c****** mais ça je l’ai déjà dit ;)) sa démarche est tout a son honneur

    Au fait je profite de ce passage de ce passage pour faire un peu de pub sur ma nouvelle mixtape « The Documentary Of Nas » qui est sorti au cas ou tu le saurais pas c’est une mixtape qui regroupe des séquences live inédites de Nas, des blends de titres de Nas avec qui il a peu l’habitude de poser (Slum Village, John Legend, J Dilla….) , les samples que Nas a utilisé durant sa carrière (Ny State Of Mind, Hip Hop Is Dead…..), des remix a moi
    Et pour la 1ère fois les collaborations des rappeurs français Dea, Laury G et Teenas et la rappeuse US Dominque Larue
    Pour télécharger c’est ici http://www.myspace.com/plbmusic

    Peace

    J'aime

  8. Moi ce qui m’a étonner sur ce disque c’est que Common nous a montré que l’on peu faire du Hip-Hop qui te donne les même sensation que le Hip-Hop des année 90. J’ai sur-kiffé Announcement. Aprés pour le reste de l’album au début je trouver sa un peu bizarre mais au bout de quelque écoute sa ce laisse écouter tranquillement.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s