Archives du mot-clé Muhsinah

Iman Omari « IHY » @@@@


« Artiste indépendant », et méconnu cela peut aller de pair, est devenu au fil des année synonyme de « musicien ou interprète possédant une liberté artistique telle qu’elle n’épouse pas les formats standards », normes qui ne réclament que très peu de talent, de personnalité et de créativité. Quitte à devenir non-étiquetable au point de qualifier soi-même son style de musique. C’est le cas d’Iman Omari qui appelle la sienne simplement « vibe music ». Démonstration avec son dernier projet IHY.

Lire la suite Iman Omari « IHY » @@@@

Zo! « SkyBreak » @@@@


Parmi les compositeurs de la petite maison individuelle Foreign Exchange Music, il y a le co-fondateur Nicolay et un certain Zo! (avec le point d’exclamation). Ce compositeur-musicien méconnu est un des piliers de l’identité sonore du label de la moitié des Foreign Exchange et ex-Little Brother, Phonte Coleman. Les spécialistes qui le connaissent bien gardent encore en mémoire l’EP génial Zo! & Tigallo Love the 80s en 2008 et le très bon projet ManMade qui est très représentatif de son style, c’est-à-dire une musique soul très design et clean. SkyBreak s’inscrit dans cette continuité.

Lire la suite Zo! « SkyBreak » @@@@

Exile « Radio – AM/FM » @@@@


Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas Exile, c’est juste très dommage que vous soyez passé à côté de Below the Heavens de Blu et Boy Meets World de Fashawn qu’il a produit. Tant pis si vous ignorez également qu’il a lancé sa carrière de producteur avec l’auteur de « I Need A Dollar ».

Les autres, plus spécialistes, reconnaissent dans ce producteur un talent unique et beaucoup d’originalité. Moi-même son album Dirty Science tient une place toute particulière dans ma disco. La présente chronique concerne la version triplement alternative de son dernier opus Radio. Pourquoi ‘triplement’ : primo parce qu’il s’agit d’un projet de remixes; secundo, on peut parler d’un album de hip-hop alternatif; tertio, certains morceaux existent en trois versions.

Lire la suite Exile « Radio – AM/FM » @@@@

Rapper Big Pooh « The Delightful Bars » @@@


Entre Phonte et Big Pooh des Little Brother, l’un des deux est le meilleur MC et le plus charismatique, le second plus classique et a pris les devants en entamant sa carrière solo dès 2005. Sleepers était un bon album de rap, modeste et typique de la Justus League. ‘Te quant à lui élaborait des projets nettement plus ambitieux et pose en featuring avec qui il le souhaite.

Pas jaloux pour autant du succès de son confrère, Rapper Big Pooh a choisi le moyen le plus basique et radical pour attirer les projecteurs sur lui dans l’intérêt de son street-album The Delightful Bars : une gamme de cinq pochettes différentes présentant de très belles photos suggestives ou érotiques de femmes ne portant sur elle que des bonbons.

En langage primate : des gonzesses à poil ultra-sexy (à lire avec le filet de bave sur le coin de la lèvre). Imaginez la scène : vous regardez tranquillement les CDs mis en avant sur le mur d’étalage de votre disquaire et vous tombez nez-à-nez devant cet album comme un gamin surpris de voir des magasines pornos tout en haut d’une étagère d’un libraire. Vous réagiriez comment vous ???

Lire la suite Rapper Big Pooh « The Delightful Bars » @@@

Common « Universal Mind Control » @@@½


Je me souviens… quand MC Solaar rappait « Les temps changent », comme si c’était hier. Parce que je me dis tout le temps que tout évolue continuellement. Comme les êtres vivants, les genres musicaux sont en constante évolution : ils se différencient en sous-genres, s’hybrident parfois entre eux (de façon contre-nature dans certains cas), se conforment à ce qui réussit en termes de vente, sont en voie d’extinction à cause des pressions de sélections,… J’avoue être un peu darwiniste sur les bords (en plus d’être un brin taoïste dans l’âme), je fais souvent ce rapport entre la nature et la musique, la bonne musique, la good music, comme le label fondé par Kanye West.

2008 est l’année du changement et les artistes affiliés au Louis Vuitton Don l’ont bien compris : John Legend sort un 3e disque au titre franchement évocateur, Evolver, Kanye est parti dans un délire autotune avec 808s & Heartbreak, il supervise de même The Death of Adam de 88Keys, un OVNI dans le hip-hop indie, et voilà que Common réalise un album à contre-courant et ultra-moderne, intégralement produit par les Neptunes et Mr DJ (producteur pour les Outkast). Méga-overbooké à cause de sa tournée et ses sollicitations un peu partout, Kanye West n’a pas eu quelques secondes à consacrer à Common et ils ont donc mis en stand-by l’enregistrement de The Believer. Du coup, le emcee pionnier de Chicago a préparé Invicible Summer qui devait être un EP, et qui en fin de compte est devenu un huitième album nommé Universal Mind Control. Quand je disais que les temps changent, ils peuvent changer plus vite qu’on ne le pense, rien n’est forcément fixé dès le départ.

Lire la suite Common « Universal Mind Control » @@@½

The Foreign Exchange « Leave It All Behind » @@@@1/2


Il s’est passé quatre ans depuis Connected de The Foreign Exchange. La vie suit son cours, les gens changent avec le monde qui les entoure. Phonte Coleman, moitié des Little Brother, a beaucoup mûri artistiquement, surtout au chant, en s’exerçant régulièrement à chacune de ses prestations. Son sérieux délire Zo ! & Tigallo loves the 80s sorti été 2008 était une bonne manière de voir sa progression en faisant des reprises. De l’autre côté, Nicolay a laissé derrière lui ses Pays-Bas natals pour s’installer sur la côte est des Etats-Unis. Il a commencé à se faire un trou dans le hip-hop underground local avec son album (T)Here (publié chez BBE) en 2006 et en produisant pour la Justus League, Kay, J-Live ou encore les eMC.

Il était temps pour les deux individus de se rencontrer à nouveau, d’échanger des idées toutes fraîches, recréer une alchimie neuve en suivant le cours naturel des choses. Leave It All Behind (Nicolay Music/Hard Boiled/BBE), le renouvellement d’un effet de découverte. Pour partager ce moment avec vous, vous pouvez écouter l’album en streaming sur myspace.com/theforeignexchange. (Merci à Phonte « du forum » pour le lien !)

Lire la suite The Foreign Exchange « Leave It All Behind » @@@@1/2

Stacy Epps « The Awakening » @@@@1/2


En parcourant les albums de MF Doom, Madlib, Wildchild, le Shapes of Broad Minds, les Scienz of Life ou encore le Clin d’oeil de nos français Jazz Liberatorz, vous avez sûrement dû rencontrer Stacy Epps. Le second effet Kiss Cool, c’est qu’elle a dû vous charmer par cette même occasion. Sinon, si vous aimez bien la musique Soul postmoderne et psychédélique à la Georgia Ann Muldrow, Nu AmErykah d’Erykah Badu ou les beats Soul Hop made in Detroit (genre les Platinum Pied Pipers), vous résisterez difficilement à The Awakening, le premier voyage dans l’espace de Stacy.

Lire la suite Stacy Epps « The Awakening » @@@@1/2