Lil Wayne « Tha Carter III » @@1/2


Il est partout, PARTOUT je vous dis, c’est à en devenir dingue : sur la majeure partie des sorties rap/r&b du moment, sur MTV, sur toutes les lèvres, en tournée promotionnelle,… Lil Wayne, Lil Wayne et encore Lil Wayne. Impossible de le louper, il était même sur l’album des Little Brother ! En deux ans seulement, il a cumulé un nombre incalculable d’apparitions, à tel point qu’il serait plus facile de faire la liste des artistes avec qui il n’a pas encore livré un couplet express par email. Alors que son entourage s’inquiète sur sa consommation personnelle de syrup (voir mon article « ce sirop qui empoisonne le rap »), le public rap doit subir sa boulimie de featurings. Boulimie effectivement car il a les yeux plus gros que le ventre à trop vouloir manger des instrus, et du coup ses couplets sont parfois indigestes, pire, à gerber selon moi. Est-ce que cette omniprésence dans le rap game fait de lui le ‘monsieur featuring’ du moment ? De mon côté, mon vote va pour Andre 3000, plus rare mais pas moins inspiré.

Tout ça pour dire que je ne me laisserai pas porter par le flot d’éloges incompréhensibles d’une presse musicale non-hip-hop (comme ce titre de MC le plus hot en 2007 largement contestable décerné par MTV) qui lui ont dessiné en quelques mois un buzz considérable. Pendant que ces mêmes journalistes créaient l’événement en annonçant Tha Carter III comme l’album rap US de l’année quitte à nous faire miroiter un classique avant l’heure, Wayne s’est comme enivré par l’odeur de la gloire et de l’adoration qui fait pousser les ailes et se sentir faire capable de tout. Et naturellement, les gens le trouvent incroyable parce qu’il se trouve lui-même incroyable et tout ce qu’il fait (comme jouer de la guitare électrique et rapper n’importe comment) est parfaitement génial. Une vraie rock star ce Weezy. OK, et moi je suis Philippe Manœuvre (sans les lunettes de soleil). Sans vouloir passer pour la personne qui crache systématiquement sur ce qui court plus vite que la musique, je tiens juste à faire savoir que Lil Wayne est effectivement devenu le rappeur au top : au top des MCs les plus surestimés (égalité avec 50 Cent), dans le top5 des pochettes les plus moches de l’année, etc…Bref, sans plus perdre de temps à décrire le phénomène qui l’entoure, voici mon verdict sur Tha Carter III.

Malgré tout, j’étais curieux d’écouter son premier single officiel, reste à savoir lequel allait finalement être choisi. Car entre tous les morceaux qui ont fini sur mixtapes, les reports de date de sortie, les changements de singles chaque semaine,… j’ai fini par jeter l’éponge. Il ne faut pas confondre perfectionnisme et indécision. Et quand, enfin, « Lollipop » feat Static (paix à son âme) s’est mis à circuler, ma réaction fut circonspecte : « C’est quoi cette daube ? ». J’ai beau chercher quelque chose de bien dessus, rien n’y faisait. Peut-être qu’en l’écoutant parmi les autres titres de l’album, ça passera mieux. Ensuite, il y a eu « A Millie » où je reconnais direct le beat de Bangladesh par ces grosses basses bien lourdes. Par contre le « a millie-a millie-a millie-a millie-a millie » incessant en fond, c’est insoutenable mais on finit par s’y faire au bout du compte. Avec tous ces éléments, je me suis mis à prédire ça et là que ce 3e volet atteindrait le ‘nawakisme’ absolu. Mon a priori s’est confirmé à l’écoute du snippet de l’album : Lil Wayne pousse la chansonnette, Lil Wayne se prend pour un rastafaraï, Lil Wayne invente des mots comme un bébé qui gazouille, Lil Wayne a avalé l’audiotune, Lil Wayne sort des phrases qui veulent rien dire,… Bienvenue chez Wayne’s world ! Non sérieux c’était quoi ce truc affreux ? Bon, conscience ‘professionnelle’ oblige : ne pas juger une œuvre à sa couverture (c’est pas gagné), se la passer en entier avant d’en tirer des conclusions hâtives. Essayons voir…

Honnêtement, il y en a des vertes et des pas mûres, et des choses lumineuses, des idées qui prennent formes et des fois complètement foireuses. Lil Wayne a voulu en faire trop, il fallait s’y attendre. Et où sont passés les « Showtime » et « Eat You Alive » avec Ludacris ? Pourquoi à la place on doit se farcir l’invraisemblable « La La » (produit par David Banner), le fameux morceau où Weezy retombe en enfance. Mis à part un Brisco transparent, seul Busta Rhymes arrive à quitter dignement les lieux de la catastrophe. Puis il a pris la fâcheuse habitude de faire de l’audiotune maintenant. Avec T-Pain sur « Got Money », ça passe encore, sur « Lollipop » c’est tolérable mais sur un beat d’Alchemist (« Nothin’ On me » feat Fabolous & Juelz Santana), c’est un ignoble sacrilège. C’est curieux tout de même de retrouver des producteurs Eastcoast (comme lui, Just Blaze, Swizz Beatz, Wyclef Jean et Kanye West à la limite) comme l’a fait T.I., c’est le monde à l’envers. Tha Carter II n’était déjà plus très Dirty South, le volume 3 l’est également, ça nous rendrait nostalgique du premier Tha Carter quatre ans plus tôt. J’en avais d’ailleurs oublié pourquoi je voulais à tout prix mettre la main sur ce disque : voir le résultat de sa collaboration avec Kanye à la production. C’est plutôt bon dans l’ensemble, on a droit à deux agréables ballades (« Comfortable » avec le crooner black Babyface et « Tie My Hands » avec le crooner blanc Robin Thicke), un « Shoot Me Down » très satisfaisant et le constructif « Let That Beat Build » en coopération avec Deezle (assez conceptuel comme morceau).

Mais le réel problème de Tha Carter III ne vient pas des productions (bonnes dans l’ensemble), mais de Lil Wayne lui-même : il est intenable, incapable de garder le même flow sur un même couplet. Pour sûr, on ne pourra pas lui reprocher de ne pas le varier ou d’être inventif. Démonstration sur « Mr Carter » avec Jay-Z (ils partagent le même nom de famille mais l’un ne surpassera jamais l’autre) : son interprétation est surjouée à fond (ça devient cinématographique sur « Playin’ With Fire »), il frôle le partage en couille et sur pas mal d’autres tracks aussi. Toutefois, cette chanson s’écoute plus aisément que « Hello Brooklyn » sur American Gangster. Le lot de reproches n’est pas terminé, car lyricalement, ce qu’il déblatère est complètement abstrait voire loufoque. Il assemble des phrases sans queue ni tête les unes après les autres et ça aboutit à « A Millie ». Mais où Lil Wayne trouve-t-il toute cette imagination ? Réponse sur « Phone Home » : Weezy est un extra-terrestre. Qu’on se le dise.

J’en suis arrivé à faire cette comparaison : Lil Wayne est au rap ce que l’art contemporain est à l’art moderne. C’est spontané, imprévisible, osé, totalement désordonné, pas toujours esthétique et vraiment n’importe quoi. Et au milieu de ces fresques aux règles artistiques sens dessus dessous, on y trouve inévitablement un trait de génie : « Dr Carter ». Lil Wayne enfile sa blouse blanche sur cet instru savoureusement jazzy extrapolant le « Holy Thursday » du célèbre David Axelrod. Swizz Beatz ne s’est pas trop foulé mais il use ce sample à merveille. Une chose est sûre, jamais je n’aurais deviné qu’il en était le producteur, j’en suis resté pantois. Dans cette mise en scène qui grimpe en intensité vers chaque fin de couplet, Weezy parvient à sauver le 3e patient et redonner vie … au Hip-Hop. Il y est arrivé, mais uniquement sur ce brillant morceau. Quoique « Misunderstood » (reprenant une boucle de Nina Simone) n’a que l’adjectif ‘magnifique’ pour le qualifier. Voilà la facette de Lil Wayne qui me plaît, pas celle du rappeur déraisonnable gaspillant son énorme potentiel (car il en a, je suis formel) à tort et à travers et qui ne parvient pas à contrôler sa créativité débordante. Dans le top20 des faiblesses de ce disque, on retrouve à la 21e place l’absence de son père spirituel Baby aka Birdman. Qu’il soit dessus ou pas me fait ni chaud ni froid après tout, c’est plus lui qui a besoin de son fiston adoptif sur ses disques.

Alors, Tha Carter III un classique ? sûrement pas, même pas en rêve. J’espère sincèrement qu’une probable réunion des Hot Boyz lui remettre les idées en place.

19 réflexions sur “ Lil Wayne « Tha Carter III » @@1/2 ”

  1. Moi j’ai trouvé cet album super bon. Mes tracks préférés : « Phone Home » et « You Ain’t Got Nuthin' ». J’ai surtout kiffé « I’m Me » et « Love Me Or Hate Me » dans le cd bonus, j’aurais préféré les voirs sur l’album.
    Par contre j’aurais aimé qu’il y est la présence de Birdman.

    J'aime

  2. C’est vrai que sa m’a fait bizarre t’entendre le tournant musical que Weezy avait pris lors de cette album car je le connais de « Guerrilla Warfare ». Mais finalement j’ai été séduit par le C3, qui est un album complet. Beat, flow, technique, punchlines, créativité tout est réunis pour faire un carton. Pour moi, il mérite tout les éloges qu’il a eu.

    J’ai remarqué qu’il y a qu’en Europe, surtout en France que le cd est sous estimé et a de mauvais de critique. Ceci prouve une fois de plus que la France est resté bloqué dans les années 90 et est pas prête de vivre avec son temps.

    J'aime

  3. Hahaha très belle chronique et entièrement d’accord à la virgule près. J’ai tellement été affligé par ce disque j’avais pas osé lire la chronique que t’avais faites. T’as des lignes qui m’ont retournées de rire mais qui correspondent exactement à mes pensées.@+

    J'aime

  4. C pa le meilleur album d weezy mais bon j comprends pas les comment ke vs faites d l’album.ya kan meme du lourd avk shoot me down,tie my hands (avk 1 excelent robin thicke) ou encore playin wit fire. pui il l’a mrit son million d’album avk tt le travail k’il a effectu en amont tt les mixtapes sortis.

    J'aime

  5. Et oui l’album le + attendu de l’année 2008 (avec DRETOX si il sort un jour)est bien là et………..quelle déception !!! Alors là ça part en couil.. grave : des vieux sons R&B bidons, des punchlines inaudibles, un flow déstructuré et parfois hors tempo (alors que Weezy F. Baby a un flow et un potentiel incroyables …bon sauf sur cet album), des featuring ridicules etc… Je veux bien que Wayne soi ouvert d’esprit et la base du hip hop se soit le mix d’influences mail là ça frise le ridicule, on dirait du Peter FRAMPTON. Trop de Syrup ? Pas assez de Birdman ? Je sais pas mais heureusement qu’il y a toujours les 2 premiers volets de Tha Carter et surtout les incroyables mixtapes style The best rapper alive (Vol.1à5 )/ Da Drought (Vol.1à3)/ The Drought is over (Vol.1à5). Désolé pour les fans (dont je fais à moitié partie) mais cet album est une daube !!! C’est la vie !!!

    J'aime

  6. Oui bon cet album mérite véritablement la note que tu lui a attribué. De plus pr Wayne je n’ais pas bcp d’estime pour ce gars. Le fet que le publique ait acheter son album simplement pour une histoire de foutu single (pas si mal nivo instru) me fait + que chier. D’autre artiste aurait mérité bien plus que lui le million d’album. J’en ai un peu marre de voir ce gars et son trip de se s’auto-proclamer blood avec son ptit ami Birdman. TT le monde (ou presque) savent que ce n,est pas un blood, rira bien le jour où un crip le déformerra sa sale gueule ou meme un blood qui sait. Enfin bon pr revenir au sujet cet albu n’est pas la pire bouse mondiale mais il ne mérite en aucun point son succes actuel.

    J'aime

  7. Moi je le trouve vraiment à chier cette album, ils l’ont trop encensé le Weezy et ils continuent c’est ça le pire à base de 4.5 sur Rolling Stone et j’en passe. Il est certain que ce type est un phénomène de société surtout aux Etats-Unis et mettre à l’amende Coldplay (Chris Martin aussi est surestimé !) au billboard c’est quelque chose à noter ! Après l’album bah oui c’est pas assez dirty je trouve il est partout à la fois à croire que dans le rap il y a pas de producteur exécutif comme dans le rock ! J’avoue les productions de Kanye sont sympas mais bon c’est pas Late Registration ! Après c’est clair Lil Wayne a cette manie de vouloir détruire les chansons la preuve le remix de « Dey Know » de Shawty Lo là où Ludacris ou Young Jeezy font leur taf Weezy fait n’importe quoi !!!

    J'aime

  8. Bon ben là j’acquiesce ^^
    Tu lui trouve même des qualité sur cet album que je n’ai pas été capable de lui donner…

    Moi je regrette l’époque Cash Money des beaux jours, je regrette aussi « Tha Carter » qui restera un album incontournable pour moi, et je regrette aussi Mannie Fresh :(

    J’ai autant été déçu qu’on a annoncé de fois de cet album qu’il serait un classique… MTV n’a décidément aucune emprise sur moi :p

    J'aime

  9. Je m’attendais à mieux sur cet album mais j’aime bien certains morceaux. Je m’attendais à l’album Rap de l’année mais je suis plutôt moyennement convaincu. Je pense pas que ça mérite d’être un classique.

    Les morceaux qui ont retenu mon attention :

    – Got Money : encore un son avec T-Pain qui change pas trop mais j’aime bien pour le moment, surement que je m’en lasserai vite…

    – A Milli : j’ai vraiment eu du mal à « dépasser le sample » mais je trouve ce morceau bien.

    – Phone Home : j’adore le « Phone Home (WEEZY), Phone Home (WEEZY), Phone Home (WEEZY),… »

    – Lollipop : parce que je l’ai vu et entendu trop de fois à la télé et à la radio.

    – Dr Carter : je me disais bien que c’était repris de quelque chose ce titre (pour une fois que je m’en rend compte !), et comme j’ai la BO de GTA IV, que j’avais écouté avant cet album, je me suis rendu compte que ce morceau était repris de « Holy Thursday » par Daniel Axelrod. mais encore une fois je ne connaissais pas et comme tu as l’air de le dire c’est un classique, une autre preuve que j’ai bcp de retard côté musique…^^. sinon j’aime bien le morceau mais à la limite je préfère l’original.

    – Playing With Fire : ça s’écoute mais en comparaison… je préfère « Hello Brooklyn », tu détestes cette musique toi ?

    Bon c’est à peu près tout mais le reste est quand même écoutable, ça dépend des goûts..

    J'aime

  10. il aurait je pense au moins mérité or et demi. Il faut avouer que lil wayne a quand même bien évolué depuis ses débuts avec cash money. Sa variété et son ouverture musical son à saluer !
    Bon l’album n’est pas au niveau de carter 2 qui était énorme, mais ça s’écoute et ça a son lot de perle

    J'aime

  11. Moi je l’ai trouver bon cet album.
    Des punchlines par ici et par la (« i swet money shower is my bank », »mr make it rain make yu a rainy day »)
    Des hooks qui font mouchent presque à chaques fois.
    C’est de l’entertanning apres on peut ne pas accrocher (sur utilisation de lautotune j’avoue, multiples variations qui peuvent gêner mais qui sont pour moi la marque d’un vrai Mc)
    Misunderstood , let the beat build , dr carter c’est quand même de très bons morceaux.
    Après il y a les bangers que je trouve extrèmment efficaces et qui en club (car c’est leur utilisation première ) vont tourner mechamment : lollipop (pour moi largement supérieur à son prédéceseur pour le theme : candy Shop), Got Money (avec un bon T pain ) A millie (puissant quand on a réussi a « dépasser la sample « )
    Les sons plus Rnb ne sont pas mauvais non plus.
    Le duo avec robbin Thik est agréable et j’aime l’aspect « conceptuel » du son avec Boby Valentino («  »she know iam from da street/she wants me to do fuck da police un truc comme ca )
    Il y a 2 morceaux que j’aime moyennement lalala (david banner damnn !!!) et le son avec babyface.

    Vraiment Gros Skeud Homogène tout en étant très complet par la diversité de son contenu, après classique peut être pas quand même.
    Je me répète mais c’est de l’entertaining à son plus haut niveau.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s