AZ « Undeniable » @@@1/2


 

Avec toutes les opportunités qui se sont présentées à lui durant son parcours musical, AZ aurait pu caresser une glorieuse carrière dans le rap. Découvert sur le classique « Life’s a Bitch » de Nas, membre du groupe mort-né The Firm produit par Dr Dre, ce talentueux MC originaire de Brooklyn méritait mieux qu’une discographie majoritairement en indépendant. À vrai dire, il a plutôt l’air de s’être accommodé de cette situation. Aujourd’hui arrivant à son septième album, AZ démontre avec Undeniable que l’on peut être un rappeur underground et livrer un produit commercial.

 

Dès « The Game Don’t Stop », une production de Fizzy Womack (A.K.A. Lil’ Fame des M.O.P.), le ton est donné. Il en ressort une vibe estivale et laid-back à la new-yorkaise qui correspond au charisme de AZ et où il peut laisser son flow suave se la couler douce, à l’image du morceau éponyme « Undeniable ». Plus de la moitié des titres de  ce nouvel album distille une trame de fond soulful qui s’accorde bien avec la voix claire de AZ, mais c’est l’arbre qui cache une forêt de samples grillés. Par exemple, « Dead End » reprend une boucle du thème de la série télévisée « Welcome Back, Kotter » (pompée par Kanye West pour le « Welcome Back » de Mase). Ou encore le très bon « What Would You Do » produit par Emile qui augmente bêtement les BPM de « The Show », un beat originalement concocté par Madlib pour son EP Liberation avec Talib Kweli. Faut dire aussi qu’il faut être fin connaisseur – sans vouloir paraître présomptueux – pour faire ce genre de commentaires.

Tous ces morceaux, que ce soit « Life on the Line », « Fire » (prod. Nottz), « Parking Lot Pimpin’ » ou « What Would You Do » feat Jay Rush, se laissent apprécier facilement grâce à leur saveur jazzy et ensoleillée. Une ambiance décontractée jusqu’à dépasser la limite du cross-over r&b de chambre en ce qui concerne le single bling bling « Go Getta », le duo avec l’acteur porno amateur (oups) Ray-J, qui vient de sortir de son côté All I Feel sur le même label que AZ, Koch Records. Le chanteur r&b suinte ses hormones dans cette atmosphère sirupeuse, pendant que l’auditeur tient la chandelle. Sympa.

Heureusement, les morceaux street  « Now I Know » et « The Hardest » featuring Styles P (sur un instrumental signé Large Pro) rééquilibrent la balance mais pas suffisamment. Il manque manifestement un gros son pour compenser ce trop plein de légèreté, comme ceux de DJ Premier sur AWOL (« The Come Up ») et « The Format ».

Presque tous les disques de AZ contiennent une petite quantité de pistes passables. Celui-ci ne fait pas exception à cette règle préétablie. Hormis le poisseux « Go Getta » (désolé aux fans de rhythm’n blues), « A.Game » fait office d’intrus. À cause peut-être du beat exotique à base de percussions et du refrain féminin quii gâche tout, ce qui ne donne pas envie de continuer d’écouter la performance du MC.

Qu’à cela ne tienne, Undeniable sait nous communiquer le goût des bonnes choses, comme le confère la pochette sur laquelle on voit un AZ BCBG savourer son cigare avec un verre de vin millésimé (la provenance est à vérifier). Il est préconisé de ressortir ce disque pour l’été pour frimer au volant pourquoi pas. Sauf pour les gens qui le considèrent comme son effort le plus faible.

Best cuts : « Life on the Line », « Parking Lot Pimpin’ », « What Would You Do ? ».

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.