Kelly Rowland « Ms Kelly » @@@


Ça ne doit pas être marrant tous les jours de vivre dans l’ombre d’un leader quand on fait partie d’un groupe mondialement connu, comme Kelly Rowland des Destiny’s Child. Elles s’étaient jurées toutes les trois, elle, Michelle Williams et Beyonce Knowles, de se mettre sur le même pied d’égalité. Manifestement, après la séparation voulue du trio r&b féminin (ayant atteint le summum de la pauvreté artistique en 2004 avec Destiny Fulfilled), Beyonce se retrouve encore par la force des choses aux avant-postes, aux vues du succès commercial de son B’Day. Quels sont les atouts de Kelly Rowland pour vendre : poitrine finement grossie au bonnet B, taille mannequin à en juger sa silhouette amincie, talons hauts, coupe de cheveux avec la grosse frange, etc… Kelly joue de son côté sur le registre taille de guêpe contrairement à Beyonce, aux seins et cuisses généreux. Sur le plan musical, cette analogie se réflète avec Ms Kelly, un disque de r&b très personnel (le second de la chanteuse), à l’inspiration relativement mince avec tout de même de légères courbures ‘tape-à-l’oreille’.

Au début, l’album, dont l’enregistrement a commencé en 2004, devait s’intituler My Story et était prévu de sortir durant l’été 2006 mais le projet a été ajourné en celui dont il est question dans cet article. Ce qui devait faire la potentialité de Ms Kelly était la présence de hits de l’acabit de « Dilemma », un gros coup qui – il faut l’admettre – n’aurait pas été le tube r&b 2002 sans un Nelly au top de ventes à cette époque. « Like This » a été certainement l’un des tubes de l’été 2007 mais il manquait cruellement de rythme pour en faire un hit de masse. Les fesses se dandinaient mais les jambes ne suivaient pas. Eve y faisait une apparition remarquée sur cette chanson dansante en vue de la sortie de Here I Am (album qui ne verrai peut-être jamais le jour). Mais celle que l’on n’attendait plus, c’est une autre rappeuse, Da Brat, qui figure sur la bonus track européenne « Gotsta Go » et dont on n’a pas eu de nouvelles depuis trèèèèèèès longtemps. Ça fait plaisir d’être privilégié de la sorte. La première moitié de Ms Kelly est assez satisfaisante, comme cet entraînante collaboration avec Snoop Dogg sur « Ghetto » (single qui n’a pas marché) et « Work » produit par Scott Storch (single tardif qui a plus ou moins cartonné sur le Vieux Continent). Mon coup de cœur va pour son fantastique duo avec Tank, « The Show ». Sensualité, atmosphère planante, alchimie entre les deux artistes, tout y est pour nous plonger dans leur passion. Mais l’élan n’était pas suffisant pour décrocher un disque d’or aux Etats-Unis, et le dernier tiers de l’album n’a franchement rien de spécial, les chansons tournent autour du (même thème-)pot (« Love » co-écrite par Solange Knowles, « This Is Love », « Still In Love With My Ex »).

Ms Kelly est un opus qui se destine à un public majoritairement féminin, c’est ce que je pense en tant que chroniqueur de sexe mâle peu emballé. A titre de comparaison, le B’Day de son consoeur B m’a plus plu, car plus efficace dans ses sonorités et ses beats en dépit de choix musicaux assez hasardeux par rapport à son classique Dangerously in Love.

Flash spécial ‘réédition’ : Après le duo Snoop Dogg/Jamel avec « Mission Cleopatra », au tour de Kelly et Travis McCoy (des Gym Class Heroes) de participer à la bande-orignale du film Asterix aux Jeux Olympique avec « Daylight », une reprise de Bobby Womack figurant cette réédition Diva Deluxe de Ms Kelly. Mmh, ce n’est pas parce que Kelly Rowland est ambassadrice pour la marque Dark & Lovely de la firme cosmétique L’Oréal, qu’elle vaut bien une diva de luxe du rhyhm’n blues. Pour l’anecdote, puisqu’elle aime bien travailler avec des Français, elle a récemment collaboré avec la chanteuse de variet’ Nadiya (qui a dit qu’elle faisait du r&b ?). C’est pas gagné pour l’opération séduction… et ce n’est pas en ajoutant 6 titres supplémentaires (dont la tentative de single « Broken » produit par les Stargate) que la donne changer va changer. À part « No Man No Cry » qui est pas trop mal dans cette réédition sortie Mars 2008, le reste c’est du pareil au à peine plus attirant. Comme ça n’a pas suffit, il est ressorti une deuxième réédition de Ms Kelly deux mois plus tard, en interchangeant ces nouveaux morceaux avec certains de mes préférés (ceux avec Snoop et Tank) ! Sacrilège !

Bref, que ce soient dans la musique, la mode ou le cinéma, c’est toujours Beyonce la meilleure, c’est ainsi. La destinée de Kelly Rowland était d’être l’éternelle seconde.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s