T.I. « KING. » @@@@½


½Ces deux années 2004 et 2005, nous avons assisté à la montée en puissance de T.I., le rappeur originaire d’Atlanta. Parti de rien, Tip s’est distingué avec deux albums certifiés or, ‘I’m Serious’ et ‘Trap Muzik’ (dont était extrait le hit « Rubberband Man ») avant qu’il ne fasse face à des adversaires de taille: Ludacris et Lil Flip. En constante progression, il s’autoproclame King of The South, un titre dont certains rechignent à admettre, préférant décerner le trône à Scarface. Malgré tout, il répond aux sarcasmes de ses détracteurs avec ‘Urban Legend’, son 3e opus certifié platine. Ce succès, il le doit à un talent certain, sa structure Grand Hustle et à un entourage de producteurs en vogue, du style Lil Jon, David Banner, Jazze Pha et Swizz Beatz qui lui a réalisé le tube « Bring’em Out ». Et pour courronner le tout, sa chanson « U Don’t Know Me » a été nominée aux Grammy Awards dans la catégorie Meilleur Single Rap/R&B.

Chronique originale écrite le 7 Avril 2006

Tout lui réussit pour ce self-made-man qui parachève son statut avec le modestement baptisé ‘King’ (Grand Hustle/Atlantic), sertit d’une pochette tout aussi sobre en noir et blanc (comme celle du dernier Juvenile). Tout le monde a les yeux rivés sur T.I., qui a soutenu l’impatience de son auditoire avec le fédérateur « What You Know » (prod. Toomp) et des lyrics vantant son propre mérite sans tomber dans l’éxagération. Le résultat ne s’est par contre pas fait attendre, avec une consécration d’or une semaine après sa sortie aux States, plébiscité par plus de 500 000 fans. Rarement un artiste sudiste peut se targuer d’afficher un tel score. Mais autant il est facile de s’attribuer le titre royal, aussi faut-il continuer à se battre et le défendre comme il se doit. C’est chose faite avec le tapis rouge qui se déroule sur « King Back », servit par une production de Just Blaze. Plus impressionnant peut-être, sur son second instrumental « I’m Talking To You », où sur son dernier couplet, T.I. apparemment très remonté ne mâche pas ses mots en accelèrant son flow crescendo jusqu’à égaler Twista! Homme fort du moment, le rappeur d’A-Town sait concilier morceaux streets et bangers dancefloors (« Stand Up Guy »), gardant dans tous les cas la tête froide et le dernier mot pour ses haters sur le très lourd « You Know Who ».

Les hymnes urbains dédiés à la conduite tranquille se comptent sur les doigts d’une main et sont plutôt réussis, à commencer par « Ride Wit Me », qui été écrite aussi pour la bande originale du film ‘ATL’ (dans lequel T.I. joue aux côté de Big Boi des Outkast). On ne s’étonnera pas sur cette chanson de l’entendre s’adjectiver de « westside certified ». S’ajoute ensuite « Front Back » (prod. Mannie Fresh) avec les Kings of the Underground de Houston, les UGK de nouveaux réunis mais pour un premier featuring depuis sa libération, force est d’avouer que Pimp C ne casse pas la baraque. L’ex-producteur des Cash Money Millionnaire s’occupe aussi de « Top Back » au refrain facile à mémoriser et dont les trompettes ne font que renforcer cette impression de grandeur.

Pas moyen non plus de le prendre à défaut concernant son discours, T.I. ne s’aventure pas dans des récits ghettos pour satisfaire sa crédibilité. Au contraire, il asseoit sa vie actuelle de millionnaire et aspire à une vie tranquille, pour laquelle il a trimé et dont il hérite désormais. « Good Life » (prod. The Neptunes), avec Common et Pharrell Williams, raconte le fruit de l’acharnement et de la motivation afin de pouvoir s’en sortir dignement. Quelques tracks viennent cependant ternir la consistance de ‘King’, en particulier la belle ballade avec Jamie Foxx (« Live In The Sky »), freinant un T.I. à pleine vitesse après « I’m Talking To You ». Swizz Beatz déçoit, alors que l’on s’attendait à un hit de l’acabit de « Bring’em Out ». Pas évident de s’habituer à la production de « Get It » qui resemble à un grand n’importe quoi et qui prête à penser que Swizzy n’est pas un beatmaker régulier.

Un des morceau qui promet de cartonner, c’est « Why You Wanna », à coup sûr un tube estival. Ce futur gros tube sample en effet « Gypsy Woman » de Crystal Water, qui était LE hit dance de l’été 91 pour ceux qui s’en souviennent. Pas de raison que cela ne se reproduise pas cette année. Même traitement pour le soulful « Hello » avec le chanteur Governor, utilisant une boucle de voix des Isley Brothers pour l’occasion. Des rappeurs sudistes triés sur le volet viennent prête main forte et allégeance à leur souverain comme B.G. et la nouvelle génération de jeunôts Young Buck, Young Jeezy et le poulain Young Dro. Pour le mot de la fin, ‘King’ se conclut avec le magnifique « Bankhead » où T.I. chantonne son triomphe avec son groupe des vassal P$C aka Pimp Squad Click.

‘King’ n’est pas vraiment comparable à ‘Urban Legend’, qui a été réalisé par une pléïade de producteurs à la mode et par conséquent composé de tueries différentes les unes des autres. Ce 4e opus est bien plus personnel et n’a gardé que peu de gros noms de la production (principalement Just Blaze, The Neptunes et Mannie Fresh) et un producteur maison (Khao) afin de mieux se concentrer sur le potentiel artistique et prouver que l’on peut consolider son statut de poids lourd par ses propres moyens. C’était là tout le pari de ‘King’, éviter la surenchère et la facilité. On ne va pas remettre en cause non plus son sacre de King Of The South, libre à vous d’en polémiquer; ce qui est sûr, c’est que T.I. s’impose comme un modèle de réussite et la suite de sa carrière sera à suivre de très près. Point.

I ain’t talking to Jeezy cause that’s my brother Ain’t talking to Face cause that’s my father Ain’t talking to Bun cause that’s my uncle Ain’t talking to Kast cause them my patners Ain’t talking to Jigga cause that’s my nigga, the real president Carter (I’m Talking To You)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s