Notorious B.I.G. « Ready to Die » @@@@@©


On dit souvent que les œuvres des génies ont plus de valeur après leur mort. Ready To Die en est le parfait exemple.
1994. La Eastcoast allait connaître un nouveau phénomène de taille et de poids : Biggie Smalls, renommé The Notorious B.I.G. par son mentor et manager Puff Daddy. L’aventure commence quand cet ancien dealer, dit-on, fut découvert par Sean Combs dans un club de Brooklyn. Et le sobriquet que celui-ci a légué à son protégé n’avait rien d’anodin puisqu’il allait être la poule aux d’or du tout nouveau label Bad Boy Records, et bientôt le Roi de New-York. Catapulté au rang de star avec des singles ambivalents calibrés street et radio tels que « Juicy » (dont l’histoire raconte que le beat était conçu à l’origine par Pete Rock), « Party & Bullshit » ou l’incroyable remix de « Flava In Ya Ear » de Craig Mack, Christopher Wallace est devenu avec Nas et le Wu-Tang Clan le plus fier représentant de la côte est. Quinze ans après son assassinat, sa légende ne dépérit toujours pas et son nom sera à jamais ancré dans l’histoire du Hip Hop.

Note : rétrospective remise à jour à l’occasion des 15 ans de la disparition de Biggie.

Puffy et Biggie étaient à la Eastcoast que ce Snoop et Dre était à la West : un tandem gagnant, fructueux et perfectionniste. Tous les gros moyens étaient mis en œuvre pour faire ce chef d’œuvre : Prince Charles Alexander en ingé son, Easy Mo Bee et Digga comme producteurs principaux, plus Lord Finesse, Premier… Ready To Die (‘prêt à crever’, NdT) est un concept qui fascine l’auditeur autant que l’auteur pour la mort. Une atmosphère lourde et pesante recouvre cet album mythique dès les premiers morceaux « Things Done Changed », « Gimme The Loot » et « Machine Gun Funk ». D’autant que plus que les rimes de Biggie rendent l’ambiance d’autant plus malsaine et hardcore. Mais c’est tout à son image : en l’apparence un gros ours bien gentil qui cache des pensées perfides, vicieuses et surtout ultra réalistes. Il avait peut-être aussi une voix d’or de crooner mais son flow tranchant au souffle calculé le rendait aussi dangereux qu’un bambin armé d’un uzi. Il a mis les rues de New-York à ses pieds avec beaucoup de style.

« Who the fuck is this? Pagin me at 5:46 » commence le récit gangsta « Warning » et sa boucle empruntée à Isaac Hayes. Vibe oppressante à l’origine conçue pour Big Daddy Kane et le tout craché en une seule prise et de tête. Le don de Notorious B.I.G. et sa mémoire ‘négrographique’ comme il aimait le prétendre a fait le tour de tous les studios, au point de même faire ébahir DJ Premier qui lui a produit le génial « Unbelievable » avec ses scratches de R Kelly. Tout le monde connaît aussi ses gros hits planétaires comme « Big Poppa » avec son sample de « Between the Sheets » des Isley Brothers, et « One More Chance ». Biggie était un homme de nature charmante et les femmes étaient aussi sa source d’inspiration (aspiration?), au point d’avoir commencé à générer un son hybride rap/r&b. Mais ça son grand ami et rival 2Pac aussi l’a fait, à la même période. Et malgré une certaine cruauté misogyne sur « Me & My Bitch », il démontrait aussi une profonde affection et sensibilité pour les gens qu’il aimait.

Le seul featuring de l’album est un autre MC d’exception, puisqu’il s’agit de Methodman sur « The What ». Les deux rappeurs partent en freestyle et se relaient sur « You can’t fuck with M E/ T H O D man ». Capable d’extrapoler de faits environnants pour en faire des rimes et des récits surprenants, il ne cachait pas non plus son côté amer, une rage de vivre et de haine. « Fuck the world, fuck my moms and my girl ». Conclusion sur « Suicidal Thoughts ». Car si avec le succès, il profitait de la vie, il la baisait aussi, comme une vengeance. Des personnalités complexes et obsédantes de ce genre sont rares dans le monde hip hop, la sienne a co-existé avec celle de Tupac Shakur.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s