Archives du mot-clé Zaytoven

Future « FUTURE » @@@@


La surprise de ce début d’année : Future sortait le 17 Février un nouvel album studio, son cinquième, portant son nom écrit en lettres capitales. Joli coup. En moins d’une semaine les gens ont subitement réclamé leur dose de lean servie par le roi de la trap music. Des mères vont boire du Sprite à la codéine.

Lire la suite Future « FUTURE » @@@@

migos « C U L T U R E » @@@½


« Raindrop, droptop », vous connaissez déjà le refrain (yea). « Bad & Boujee » (‘boujee’ pour ‘bourgeois’, pas la bougie), single platine, Offset couplet/refrain de l’année, alors qu’on est qu’au début d’année (yea). Childish Gambino, merci pour la pub (YEA).

Nouveau phénomène (/*fait un dab*/), des phénomènes d’Atlanta, le trio Quavo, Offset et Takeoff, jeunes, Noirs et riches. migos, groupe influent, trap stars, trap music, dans la culture (SKUR SKUR).

Lire la suite migos « C U L T U R E » @@@½

Ty Dolla $ign « Campaign » [mixtape] @@@½


Il y a les albums digitaux gratuits… et les mixtapes digitales payantes. Ce n’est pas un concept nouveau, la vente de mixtapes existe depuis sa création sur format K7 dans les années 80. Seulement, depuis que les pays industrialisés ont démocratisé Internet dans les foyers, le support physique a été naturellement supplanté, sans être voué à disparaître, parce cela nécessitait de copier des cassettes, presser des vinyles ou graver des CDs (investissement matériel et temporel), que ça prenait de la place pour stocker, etc… Pour les producteurs de mixtapes, que ce soient des DJs ou des rappeurs, simplement convertir ses oeuvres en mp3 sur un site ou une plateforme accessible à tous, que ce soit de téléchargement ou de streaming, c’est devenu tout bénef, d’autant plus que ce marché parallèle était à l’époque trop limité géographiquement, alors passer de l’échelle locale (ville) à partout sur la planète où l’on peut taper « www »…

De nombreux rêves allaient se concrétiser à condition de sortir de la mêlée, comme toujours dans le rap, car avec la dématérialisation de la musique conjugué à l’avènement du home-studio, n’importe qui peut techniquement faire parler de lui. Conséquence, le nombre de mixtapes a explosé exponentiellement sur le Net et le marché est devenu over-saturé. Pour sortir la tête de l’eau dans cet océan, il faut y croire et avoir un coup de main providentiel, par un autre rappeur confirmé, un producteur avisé, un blog/site spé… Dans le fond, rien n’a vraiment changé, chacun veut se battre pour devenir populaire par tous les moyens possibles, juste que les paramètres ont changé : plus de facilité et rapidité de création, mais une compétition proportionnellement plus féroce.

Dès lors que les artistes hip-hop/rap se sont mis à privilégier le format numérique pour faire connaître leur musique partout dans le monde, phénomène qui s’est généralisé vers la fin des années 2000, pour nous, les auditeurs accolés nos ordinateurs, iPod ou smartphones, confortablement habitué au téléchargement gratuit, c’était cadeau puisque ça ne coutait rien de découvrir de nouvelles choses. À vrai dire depuis Napster, Kazaa, Emule, Mediafire, Wetransfer et compagnie. Sauf qu’il y a quinze ans la première « génération digitale » était considérée comme de vilains pirates, traitée de voleurs par des gens trop vite doublés par la vitesse de cette musique numérique et incapable de s’y adapter. Le fait que des artistes en herbe, ou parfois même des poids lourds -qui entre nous faisait partie de cette génération de consommateurs hors-la-loi- ont saisi l’intérêt de faire parvenir des projets gratuits, que ce soit des mixtapes ou mieux, des albums (Dom Kennedy, Nipsey Hussle, 50 Cent et Run The Jewels restent de très bons exemples), quitte à ne savoir plus quoi écouter tellement c’est inondé, un verrou a comme sauté. Légal et pas besoin de voir débiter un compte en banque souvent dans le rouge à la fin du mois, et profitable pour l’artiste ou le groupe en terme de notoriété et de buzz.

2016, la norme est au streaming, vive la musique en libre accès. Mais si vous voulez vous procurer un album, ça ne change pas il faut sortir les $$$ et vous avez le choix entre iTunes & Cie, le CD, le vinyle… Pareil pour certaines catégories de mixtapes « haut de gamme », redevenues ‘payantes’. Et ça peut être agaçant, comme devoir payer une taxe après avoir profité d’une exonération. Nous revoilà a point de départ de ce petit laïus, c’était pour introduire cette nouvelle mixtape de Ty Dolla $ign, Campaign, qui arrive en plein affrontement entre Trump et Hillary Clinton, mais cette campagne-là n’a rien à voir avec la politique.

Lire la suite Ty Dolla $ign « Campaign » [mixtape] @@@½

Gucci Mane « Everybody Looking » @@@½


C’est le grand retour de cette année 2016, celle du proclamé Trap God, je parle de Guwop, Gooch, oui, Gucci Mane. Cinq ans après Return of Mr Zone 6 et autant d’années entre quatre murs, sa légende s’est fortifiée en même temps que son corps. Effectivement, en sortant de prison, l’ancien dealer le plus glacé d’Atlanta n’était plus tout à fait le même homme. Voilà maintenant tous les projecteurs braqués sur lui avec Everybody Looking, arrivant déjà en vainqueur pour son 5e album en major. Il faut rendre à César ce qui appartient à César, comme sa première place dans les charts hip-hop/r&b aux US.

Lire la suite Gucci Mane « Everybody Looking » @@@½

2 Chainz x Lil Wayne « ColleGrove » @@@½


Quelle époque pour être en vie ! Après Future x Drake, 2 Chainz et Lil Wayne ont convergé leurs intérêts communs pour un collab album. Cela faisait plusieurs mois que le peuple était demandeur d’un album du grand (par la taille) rappeur de College Park. Celui de Hollygrove, toujours en litige avec son label Cash Money Records, cherche à ne pas perdre la main ni de la distance vis-à-vis à de son public après un Free Weezy Album exclusivement sur Tidal. Alors comme l’union fait la force comme disent les Belges, place maintenant à ColleGrove.

Lire la suite 2 Chainz x Lil Wayne « ColleGrove » @@@½

Jeezy « Church in these Streets » @@@


Sixième album en major pour le parrain de la trap muzik. Avec Church In These Streets, (Young) Jeezy prêche sa parole de pape du hustle. C’est drôle mais il n’y a pas grand chose à dire.

Lire la suite Jeezy « Church in these Streets » @@@

migos « Yung Rich Nation » @@@


Les migos (sans ‘m’ majuscule), ce n’est pas que ce trio d’Atlanta impulsé par Gucci Mane dont le destin est de réguler la musique trap mais aussi une histoire de famille. Si j’ai bien suivi, Offset est l’oncle de Quavo (qui n’est que de deux ans son cadet) et Take-off est le cousin de Quavo, tel est l’arbre généalogique des migos. C’est en 2013 qu’ils se sont fait découvrir alors qu’ils n’en étaient qu’au stade des mixtapes, avec un talent qui a tapé dans l’oreille de la presse musicale aux Etats-Unis et dont la vague a accosté jusqu’en France grâce au vecteur qu’est Internet. Le nom de ce premier album Yung Rich Nation fait évidemment écho à leur mixtape Young Rich Niggas. Ce n’était pourtant il n’y a pas si longtemps mais le chemin parcouru depuis est parlant.

Lire la suite migos « Yung Rich Nation » @@@

Future « Dirty Sprite 2  » [deluxe edition] @@@½


Hyperactif, Future l’est indubitablement. Pas autant que Gucci depuis sa cellule, mais tout de même. Après l’accueil mitigé de Honest, son second album en major, le trappeur d’Atlanta n’a pas chômé en relâchant trois mixtapes (Monster, Beast et 56 Nights) pour consoler son public et autres mordus de trap music. Dirty Sprite 2, la suite de la mixtape qui l’a révélé, devait être une quatrième consécutive mais c’est au final un véritable album que Future nous sert (la preuve, j’ai reçu un email de Sony France pour la promo). Un pari gagnant puisque le rappeur a réalisé avec son meilleur score de vente et son premier #1 au Billboard US.

Lire la suite Future « Dirty Sprite 2  » [deluxe edition] @@@½

Nicki Minaj « The Pinkprint » @@@


Plus ou moins louche dans ses pléthores de « tops » en tout genre, le magasine Complex déclare la chose suivante :  Nicki Minaj est la meilleure rappeuse de 2014, avec marqué en gros « Queen of Hip Hop ». Précisons : parmi celles signées en maison de disque et actives depuis 2010, parce que si on compte les female rappers underground actuelles et toutes celles qui ont pavé ton chemin dans les années 90 et 2000 (Lil Kim, Lauryn Hill, Missy Elliott, Queen Latifah…), elle est elle n’est pas des mieux classées.

Cependant que Nicki s’est calmée sur les perruques et couleurs voyantes, j’ai curieusement envie de trouver la first lady de Young Money plus attrayante sur The Pinkprint, son troisième album. Et surtout depuis qu’Iggy Azaela, sa rivale désignée, a débarqué avec ses passes-droits, on se dit que dans le fond Nicki Minaj est plus crédible qu’on osait l’avouer.

Lire la suite Nicki Minaj « The Pinkprint » @@@

Gucci Mane « The Appeal : Georgia’s Most Wanted » @@½


Mon verdict pour The State vs Radric Davis était très long je l’accorde (relire la chronique). Sorti de prison en Mai dernier (il purgeait une peine pour violation de sa probation), Gucci Mane a aussitôt remis ses lunettes de soleil piquées à Magloire pour The Appeal, second volet de sa trilogie carcérale, se prétendant le prisonnier relâché le plus recherché de l’état de GA. Dans les faits, il est simplement question d’une banale suite qui reprend la lecture de son casier qui a fondé sa réputation. Avec son buzz, Gucci veut le beurre et l’argent du beurre, burr !

Lire la suite Gucci Mane « The Appeal : Georgia’s Most Wanted » @@½

Usher « Raymond V Raymond » @@


Ce qui a accompagné la sortie de ce 6e album d’Usher, c’était le flot de commentaires négatifs qui a déferlé sur Twitter. De partout ça criait à la catastrophe, pire que 2012 ! Les premiers singles sont affreux, c’est un fait, et tous ces gens en détresse sur ma timeline qui ont regretté d’avoir écouté l’albuma vant sa sortie ont manifesté pour le boycotter. La colère n’est manifestement pas retombée.

De mon côté, puisque la première tentative de collision géante du CERN a échoué, pour je ne sais quelle raison, un coup de folie m’a pris : je me suis lancé, sacrifié même, dans un twittlive track by track de Raymond V Raymond. Tant qu’à faire, pourquoi pas les copier/coller avec quelques notes supplémentaires, puisqu’une prochaine écoute, il n’y en aura jamais.

Lire la suite Usher « Raymond V Raymond » @@

Gucci Mane « The State vs Radric Davis » @@@


La prison est la résidence secondaire des rappeurs. Qu’ils soient multimillionnaires ou underground, personne n’y réchappe pour des délits anodins (aux States…) comme un port d’arme illégal, détention de substances illicites, infraction au code de la route, agressions ou tentatives de meurtre, et pire, pour homicide volontaire ou non (Cool C, Krumbsnatcha, Saigon). Certains sont des locataires réguliers (comme DMX, Beanie Siegel, T.I.), d’autres viennent de perdre leur pucelage (Game y a fait un court séjour en 2008, Lil Wayne a pris un an) ou purgent actuellement de longues sentences (Prodigy, Shyne vient tout juste d’être libéré après neuf ans d’incarcération). Même de célèbres rappeuses bitchy ont fini au trou (Lil Kim, Foxy Brown, Remy Ma…). Pour beaucoup de rappeurs ou chanteurs, le milieu carcéral est leur fond de commerce, une manière de se rendre crédible et de se vendre quand on n’a pas de talent (Tony Yayo, Akon le mytho…). Le rap possède un casier judiciaire excessivement lourd. Hip Hop vs Justice Américaine, un combat permanent.

C’est dans ces circonstances que Gucci Mane a vu son nom apparaître dans les fanzines de rap et colonnes des sites internet, et manifestement ça lui a servi. Ce rappeur d’Atlanta (de Decatur pour être précis) spécialisé dans la trap muzik tente de percer en 2004 quand arrive son plus gros titre en 2005 : il est inculpé pour avoir flingué un homme qui serait venu l’agresser chez lui. Arguant la légitime défense et faute de preuves, il est relaxé quand la justice le rappelle pour une précédente affaire d’agression. Il prend six mois. Il sort son premier skeud Back to tha Trap House fin 2007, puis retourne en prison en Septembre 2008 (une peine d’un an raccourcie à six mois) pour violation de probation car ce feignant n’a réalisé que 25 heures de service communautaire sur les 600. A sa sortie, il reprend du service dans le rap game en comptabilisant 17 apparitions sur de nombreux remixes et featurings (Mariah Carey, Wale,…) et de nombreuses mixtapes. 2009 l’année des bonnes résolutions ? Que nenni, son second album The State vs Radric Davis est sorti un mois après qu’il soit retourné en zonzon pour violation de sa probation… Douze mois ferme.

Lire la suite Gucci Mane « The State vs Radric Davis » @@@