Offset « FATHER OF 4 » @@@½


Et de trois. Ça y est Offset vient de sortir son solo, c’était le dernier des migos sur la liste. Il était à la traîne, probablement trop occupé à tenter de minablement se rabibocher avec Cardi B après un adultère. Espérons qu’il a mis une capote avec sa side-meuf parce que si on se fie au titre de l’album, Father of 4, la contraception ça n’a pas l’air d’être son truc… Bref. Produit par Metro Boomin, South Side, mais aussi Allen Ritter, Dre Moon et Cubeatz, Offset réussit l’exploit à réaliser un album sans aucun banger, et ce n’est pas la seule chose d’étonnante qu’il a gardé en réserve.

Double surprise pour commencer, à commencer par la voix du légendaire narrateur Big Rube de la Dungeon Family sur le morceau-titre « Father of 4« . La seconde est d’entendre Kiari Cephus ouvrir son coeur et ses sentiments en parlant de sa descendance, avec un brin de mélancolie soulignée par les notes de piano. Enchaîne un autre morceau d’importance, « How Did I Get Here » avec J.Cole qui s’illustre une nouvelle fois en featuring, nous laissant découvrir les grandes lignes de la biographie d’Offset, avant qu’on découvre qu’il a quatre bouches à nourrir. Cela ne change du Offset des migos que nous connaissons déjà tous, ce friand de luxe et de hot-wings, avec ses ad-libs à foison, chantonnements avec assistance vocale, à fond sur les prods trap bien sombres (« Tats on my Face« , « On Fleek » avec le zincou Quavo, « Quarter Milli » avec Gucci Mane). Le naturel revient au galop, c’est pas du tout surprenant, mais efficace faut l’admettre là tout de suite.

N’empêche, Offset a vraiment décidé de nous surprendre en prenant le contre-pied. Très personnel (on l’entend s’excuser à travers un message téléphonique sur « Don’t Lose Me« ) et mélancolique comme on a pu le voir (bravo pour « After Dark« ), le rappeur montre son amour pour la Dungeon Family, car outre Big Rube, il convie aussi Cee-Lo Green sur « North Star » et le dernier titre « Came A Long Way » rappelle bigrement ATLiens. Pas étonnant de la part de quelqu’un qui a grandi à College Park, Atlanta, le berceau des Outkast. Pas mal de gros featurings de manière générale, comme le rookie Gunna sur le bon « Wild Wild West« , sa (future ex?) femme Cardi B (« Clout Chasin« ) et 21 Savage et Travis Scott, tous deux présents sur « Legacy« , qui fait écho aux albums Without Warning et Not All Heroes Wear Capes avec Metro Boomin mais sans plus.

Aujourd’hui, je perçois autrement ce garçon, d’un oeil meilleur. C’est clair et net que Offset n’est pas un foudre de guerre lyricalement parlant, mais il y a des efforts de fait, très louables, et ça non plus on ne s’y attendait pas des masses. Plus qu’un album correct, il a su étonner, en bien, alors qu’il pouvait simplement faire du migos à 33,33%. Alors Father of 4, le favori des trois albums solos des migos? Je m’attendais à bien mieux de la part de Takeoff, mon préféré des 3, alors qu’Offset moins, et c’est pourtant ce dernier album qui a le plus de qualités selon moi. Offset s’est le plus révélé des trois et en plus, il a su faire les choses un peu différemment de bout en bout, tout en restant fidèle à Metro Boomin.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.