Archives du mot-clé Skillz

Mad Skillz « I’m the DJ… and the rapper » [EP] @@@½


The Million Dollar Backpack a été le dernier disque de Skillz que j’ai chroniqué, ça va faire de ça bientôt dix ans. Pourtant notre ghostwriter préféré en a sorti d’autres des galettes depuis, il y en a eu trois entre 2010 et 2015 dont un produit par Bink!, et que j’ai involontairement zappés, faute d’avoir été mis au courant de ces sorties par les canaux habituels. C’est cruel parce que ce type originaire de Richmond, en Virginie, qui a sorti le très bon From Where?!? en 96 et côtoyé Timbaland, Pharrell et les Roots, aurait mérité d’avoir une carrière plus belle que d’être un MC aux compétences rares destiné à demeurer dans l’ombre de ceux pour qui il écrit secrètement. Juin 2018, Mad Skillz sort un petit album et cette fois, juré, c’est moins confidentiel.

Lire la suite Mad Skillz « I’m the DJ… and the rapper » [EP] @@@½

Madlib – Medicine Show #13 « Black Tape » @@@@


Madlib est un producteur tellement productif qu’avec lui, c’est jamais douze sans treize. Comme beaucoup d’entre vous, je pensais que la série des Medicine Show s’arrêtait au douzième volume. C’est pas faux, c’était prévu comme tel. Et là, surprise, un treizième numéro est sorti de nulle part ailleurs que ses machines, une mixtape spéciale remixes qui supplémente le douzième volume qui était composé uniquement de remixes. Comme il est indiqué, cette Black Tape est conseillée au plus de dix-huit ans, pas que ce soit interdit pour les mineurs de l’écouter, rien d’obscène, mais ils risquent fort de ne pas s’y retrouver dans sa sélection.

Lire la suite Madlib – Medicine Show #13 « Black Tape » @@@@

Madlib – Medicine Show #12 « Raw Medicine (Madlib Remixes) » @@@@


Hé ben ça y est, nous y voilà au douzième et tout dernier numéro de Medicine Show de Madlib. Pour clore en beauté, le samplo-maniaque d’Oxnard nous a concocté pas mal de jolies surprises sous forme de remixes. Mais genre des remixes que personne n’aurait jamais pu imaginer, sauf lui bien entendu.

Lire la suite Madlib – Medicine Show #12 « Raw Medicine (Madlib Remixes) » @@@@

Mick Boogie x Terry Urban presents « LE DA SOUL : 20 Years of De La Soul » [mixtape] @@@@


Evénement rap : le Platinum Classic 3 Feet High & Risin’ des De La Soul a vingt ans ! L’occasion pour la sphère hip-hop backpapers et la jeune génération de venir fêter joyeusement cet anniversaire avec cette super mixtape en hommage aux trois plugs Maseo, Posdnuous et Dave West.

Nombreux sont les guests venus reprendre quelques de leurs classiques, font partie de la fête organisée par Mick Boogie et Terry Urban Talib Kweli, les U-N-I, Tanya Morgan, les Kickdrums, 6th Sence, Big Pooh, Camp Lo, Skillz pour ne citer qu’eux et un invité de marque : Phife Dawg des Tribe Called Quest !

Lire la suite Mick Boogie x Terry Urban presents « LE DA SOUL : 20 Years of De La Soul » [mixtape] @@@@

Skillz « The Million Dollar Backpack » @@@1/2


Question à un million de dollars : pour qui Skillz ghostwrite-t-il ? Pas de réponse. J’ai le regret de vous informer que jamais il nous l’avouera ouvertement, ses employeurs occasionnels également ont des clauses de confidentialités. N’essayez pas d’éplucher les livrets d’album hip-hop ou r&b tel un rat de bibliothèque des années durant, vous ne trouverez nulle part son nom en tant que parolier ‘fantôme’ inscrit autre part que sur ses disques ou lors de ses featurings. Le ghostwriter à temps partiel le plus célèbre de la planète gardera son secret jusqu’à la tombe. Skillz préfère mettre ses compétences de lyriciste option punchliner à son propre compte.

Et dire qu’avec tout le beau monde avec qui il a collaboré le long de sa carrière, il aurait encore pu être plus médiatisé que ça. À l’époque de From Where ?!?, où il se surnommait Mad Skillz, il côtoyait le collectif Da Basement, à savoir Timbaland, Missy Elliott et Magoo, il aurait pu ensuite embrasser une brillante carrière comme Mos Def au sein du label Rawkus, il aurait pu faire mieux avec Confessions of a Ghostwriter qui récupérait des morceaux du bootleg I Ain’t Mad No More (qui a suivi l’avortement de son contrat avec Rawkus Records), Skillz aurait pu capitaliser son rapprochement avec les Roots et Jazzy Jeff, il aurait pu faire un très bon éditorialiste avec rétrospectives annuelles The Rap-Up 200-something, mais il a préféré opter pour une ligne de conduite personnelle et suivre son propre chemin, avec sur le dos son Million Dollar Backpack (Koch Records). 

Lire la suite Skillz « The Million Dollar Backpack » @@@1/2

Little Brother « …and justus for all » @@@1/2


Au premier trimestre 2007, les Little Brother avaient sorti, avec l’assistance de DJ Mick Boogie, And justus for all, une mixtape téléchargeable gratuitement et légalement (aussi paradoxal que cela puisse paraître) en vue de leur 3e album Getback (commercialisé en Octobre). Le but implicite de cette tape digitale était surtout de préparer le public à l’absence de 9th Wonder à la production, puisque Phonte et Big Pooh s’en étaient séparés quelques temps auparavant suite à un divorce artistique. Je me souviens que Phonte avait d’ailleurs raconté dans une interview que l’enregistrement de The Minstrel Show s’est déroulé principalement sans 9th Wonder et qu’ils avaient utilisé ses beats pour poser dessus et les réarranger à leur façon, tout ça sans lui.

Grâce à cette mixtape, la transition stylistique ne s’est pas du tout faite brusquement, c’est ce que nous en avions retenu en gros, et Getback a montré par la suite que les deux MCs ont été capable de conserver leur identité sonore en choisissant divers producteurs comme Khrysis (DJ, producteur et ingé son de la Justus League), Illmind, Nottz, Hi-Tek, etc… Le tour de force était plus que réussi, je m’étais permis de ce fait d’affirmer que le départ de 9th Wonder était la meilleure chose qui soit arrivée aux Little Brother et leur éviter de stagner. Pour marquer le coup, le duo originaire de Caroline du Nord réédite ce mois de Juin …and justus for all en street-album, autrement dit une version ‘no-DJ’ en format CD, avec des modifications par rapport à la tape d’origine. 

Lire la suite Little Brother « …and justus for all » @@@1/2

Skillz « Confessions of a Ghostwriter » @@@½


Les temps deviennent durs quand on est un MC au talent incontesté et pourtant méconnu. C’est un peu l’histoire de Mad Skillz, ghostwriter de luxe et tueur de micro de profession. Sa dernière mésaventure avec Rawkus lui a valu la sortie d’un disque mort-né, ‘I Ain’t Mad No More’ et le préfixe ‘Mad’ a fini par être amputé. Il rebondit dans l’actualité en répondant à l’attaque ridicule de… Shaquille O’Neal. Shaq, le rappeur-basketteur. Malgré les 130 kgs et 2m10, le joueur des L.A. Lakers n’a pas fait pas le poids contre les rimes assassines de Skillz, c’est un peu l’histoire de David et Goliath qui se répète et c’est évidemment notre clasheur côté droit qui l’emporte, mettant un terme à cette embrouille sur « Shaq VS Shaqwan », non sans humour.

Note : drôle de manière de présenter un album qui tentait à la fois de repackager quelques morceaux de I Ain’t Mad No More et des nouveautés. Ce clash avec Shaq était-il une coincidence ? Depuis cette année 2005, Skillz a commencé ses fameuses retrospectives annuelles avec « The Rap-Up ». Et on ne sait toujours pas pour qui il écrit comme un fantôme !

Lire la suite Skillz « Confessions of a Ghostwriter » @@@½

Pete Rock « Soul Survivor II » @@@@½


Pete isn’t trying to save the World, just Hip Hop…

Soul Survivor est revenu en 2004 son second volume paru chez BBE Records, six ans après le premier volet qui figurait des pointures de taille comme Big Pun, Kurupt, MC Eiht, Black Thought… À une période où le mouvement hip-hop à NYC commençait à se trouver dans une mauvaise posture, cette nouvelle compilation se voulait instructive et salvatrice, un veritable retour aux principes hip-hop de base sans tomber dans des vieilleries nostalgiques et rébarbatives. Libre à nous de s’en inspirer, Pete n’est pas là pour nous tirer les oreilles mais plutôt pour les distraire.

C’est toujours un vrai plaisir de (re)écouter ce Soul Survivor II d’abord grâce à ses instrumentaux magiques, suivant une optique hip hop agrémenté de lignes de basse jazzy ou samples de de soul dopés par des beats inspirés et efficaces. Son style légèrement épuré a bien évolué au fil des années mais son empreinte reste la même, qui plus est, résolument moderne et toujours pas dépassé, avec toujours ses refrains et cette petite outro musicale à chaque fin de chanson. Grand architecte de l’Âge d’Or du Hip-Hop, Pete Rock a su s’adapter malgré une sélection ‘naturelle’ assez rude : c’est un survivant.

Lire la suite Pete Rock « Soul Survivor II » @@@@½