Archives du mot-clé Sizzla

DJ EFN « Another Time » @@@½


Roi de la mixtape de Miami (plus d’une quarantaine en 20 ans!), légende discrète de la culture hip-hop, DJ EFN s’offre, et nous offre, sa première compilation officielle sur CD, édité sur sa struscture Crazy Hood Productions. Les nostalgiques des compiles rap de DJ Clue, Tony Touch ou encore Statik Selektah vont rajeunir d’une grosse dizaine d’années au moins avec Another Time ! Le titre correspond tout à fait à l’esprit ‘back in the days’. Vu le nombre incalculable de connexions qu’il a tissé au fil des années, il y a foule sur ce projet qui concrétise l’ensemble d’une carrière bien remplie. Le genre de chronique où le name-dropping tombe tous les cinq mots en moyenne. Pour l’anecdote, c’est le graphiste Skam2 (Tribe Called Quest) qui a dessiné la pochette.

Lire la suite DJ EFN « Another Time » @@@½

Rick Ro$$ « Mastermind » @@@½


God Forgives, I Don’t paru durant l’été 2012 était un album qui avait pêché par son excès, une surabondance qui ne l’a pas empêché d’être disque d’or, un de plus à sa collection. Mastermind, son 6e LP, est devenu en quelque sorte l’album de quitte ou double. Et c’est Puff Daddy a/k/a Diddy, son manager, qui supervise cet opus.

Lire la suite sur Now Playing

Jay Z « Magna Carta… Holy Grail » @@@½


Magna Carta… Holy Grail, 12e album solo du rappeur multi-platine/millionnaire Jay Z, 12e numéro 1 du Billboard US. Cela se passe de commentaire.

Lire la suite Jay Z « Magna Carta… Holy Grail » @@@½

N.A.S.A. « The Spirit of Apollo » @@@@1/2


L’annonce est passée aussi discrètement qu’un hoax sur la présence d’un OVNI sur Terre. Et pour cause, qui aurait pu croire que la N.A.S.A. mettrait sur pied un programme d’une telle envergure, un projet ‘bigger than Hip-Hop’ qui engloberait tout cet univers et au-delà. Nom de code de ce projet North American South America, Spirit of Apollo, ses ingénieurs dirigeant ce programme, DJ Squeak-e Clean et DJ Zegon. Notre envoyé spécial Big Ad de Streetblogger a pu obtenir des informations officielles, notamment quelques vidéos et une liste exhaustive des spationautes sélectionnés (cliquez sur le lien). Il faut le voir pour le croire, car cette compilation dépasse de loin ce que l’on peut imaginer. Ce lancement opéré le 16 Février 2009, pourrait bien rester encré dans les plus belles pages de l’histoire du hip-hop.

En savoir plus

Lil Wayne « The Leak 6 » @@1/2


Je ne vais refaire une introduction récapitulative sur Lil Wayne, pas le courage, il n’y a qu’à relire ma chronique de Tha Carter III (cliquez ici pour rejoindre la page). J’ai juste à répéter que son buzz est toujours aussi faramineux et qu’il conserve son omniprésence en tant que featuring n°1, au point de dépasser le simple de stade de phénomène : trois milli-milli-millions d’albums vendus rien qu’aux States et même ses mixtapes officielles (comme Dedication III) ont pointé leurs nez dans le Billboard 200 ! Dans la seconde moitié des charts bien sûr mais quand même, voir une mixtape se vendre autant (26 000 copies sur quatre semaines si mes souvenirs sont bons) après un succès relativement colossal (des tas d’autres rappeurs avant lui ont fait beaucoup mieux que ça comme chiffres, ne l’oublions pas), c’est un indicateur fort du potentiel commercial de Weezy. 50 Cent a raison d’être jaloux. 

Quelques personnes vont sans doute alors ne pas comprendre pourquoi je chronique une mixtape de Lil Wayne, même si je leur dirai qu’elle était disponible gratuitement en téléchargement (sur HipHopSite.com). Honnêtement, j’étais curieux de connaître ses orientations artistiques futures, pour voir s’il continue dans son délire autotune qui me donne la chiasse (façon de parler) ou s’il va péter d’autres câbles et partir dans des trips inimaginables. Réponse avec The Leak 6. Mais une info m’a déjà mis la puce à l’oreille, car j’ai su le jour même que Rebirth allait être un album rock, ça fout la trouille (j’ai le sentiment d’avoir déjà dis ça quelque part…).

Lire la suite Lil Wayne « The Leak 6 » @@1/2

Wyclef Jean « Carnival II: Memoirs of an Immigrant » @@@1/2


Tout le monde espérait un retour des Fugees après leur tournée de 2004, mais cette parenthèse, qui n’aura duré que le temps d’une brève réconciliation n’a pas masqué le chant du cygne, celui d’un rêve voué à l’échec. Alors que Pras voit ses projets avortés (qui a entendu parler de Win, Lose or Draw ?) et une Lauryn Hill dont son aura n’a d’égal que sa folie égocentrique, Wyclef Jean paraît le seul vrai refugié de cette mésaventure. Dix ans après ses débuts solos avec The Carnival, le musicien haïtien sort le deuxième tome, Memoirs of an Immigrant, un album haut en couleur, festif, très varié niveau participations et inspirations musicales, avec surtout une saveur exotique bienvenue. 

Durant toute l’écoute de l’album, de l’introduction jusqu’aux trois morceaux bonus (dont le duo « Paris On Fire » avec Passi pour la version française), se distille un goût de voyage autour du monde, à travers tous les continents. En tout cas, ce fut l’impression récoltée après son concert privé auquel j’avais assisté en Septembre à l’Etoile (une boîte sélect près des Champs Elysées), une présentation à la presse qui s’est transformée en super soirée, un festival coloré en musiques et de tendances très world music. C’était un moment réellement magique qui se déroulait sous mes yeux, un souvenir inoubliable et des ambiances que j’espérais retrouver sur disque, sorti en Europe une semaine en avance par rapport aux Etats-Unis.

Lire la suite Wyclef Jean « Carnival II: Memoirs of an Immigrant » @@@1/2

Talib Kweli « Ear Drum » @@@@½


Suite à un piratage prématuré, Beautiful Struggle a été accouché dans la douleur par césarienne, des lésions qui ont laissé pas mal de handicaps à sa naissance, notamment un choix stylistique hasardeux qui amorçait une lourde transition entre underground et mainstream. Une période inconfortable pour Talib Kweli et un accueil mitigé qui a provoqué son départ de Rawkus, posant le point-virgule d’une glorieuse décennie pour le prestigieux label. Désormais libéré de toutes contraintes, Talib devient entrepreneur et fonde en 2005 sa propre écurie Blacksmith Ent, en licence sur la major Warner Music. Le commencement de nouvelles aventures pour le MC de Brooklyn, et pour le public l’attente d’un digne filiation à Kwality.

Lire la suite Talib Kweli « Ear Drum » @@@@½

Ja Rule « Blood In My Eye » @@@


Après nous avoir habitué à des hits r&b formatés au possible sur ces deux précédents albums Pain Is Love et l’affligeant The Last Temptation, après avoir massivement participé à de nombreux featurings (toujours r&b) en poussant sa grosse voix raillarde, ce qui a fait aussi bien son succès commercial que sa perte d’intérêt, Ja Rule revient à ses sources en opérant un demi-tour au rap hardcore. Le revirement était risqué et assumé mais c’était dans l’intention, honnête, de vouloir montrer de quel bois il se chauffe lorsqu’on lui chercher des noises.

Lire la suite Ja Rule « Blood In My Eye » @@@