Archives du mot-clé Kno

Cunninlynguists « Rose Azura Njano » @@@@½


En pleine cambrousse américaine, il n’y a pas grand chose à y faire mais de belles choses à y trouver en regardant bien. C’est là-bas, à Versailles, dans le Kentucky, cet État coincé entre le Tennessee, l’Ohio et la Virginie, qu’on a trouvé une pépite, Deacon The Villain. S’est joint à lui une perle, Kno, provenant d’Atlanta et c’est ainsi qu’au début des années 2000 est né à Lexington le groupe Cunninlynguists, révélé grâce à leur premier coup d’éclat Will Rap For Food. Le duo grossira peu de temps après avec l’arrivée de Mr SOS en 2002, remplacé après la sortie de SouthernUnderground par Natty, lui aussi originaire du Kentucky, pour le grand classique underground A Piece of Strange (qui a eu droit à une belle réédition début 2016 pour ses dix ans). Cette formation est restée telle qu’elle depuis 2004.

Six ans après Oneirology, ce trio atypique ajoute un nouvel opus à leur discographie exceptionnelle, Rose Azura Njano. Parfait pour l’automne.

Lire la suite Cunninlynguists « Rose Azura Njano » @@@@½

CunninLynguists « A Piece of Strange » [10 years anniversary edition]


La différence importante entre une chronique et une rétrospective est évidente : le recul. Comment a vieilli l’album,  comment est-il perçu aujourd’hui, est-il devenu désuet ou bien indispensable, est-ce que l’emballement de la critique à sa sortie était justifiée, ou à l’inverse mérite-t-il qu’on le reconsidère, puis surtout, est-ce que l’album en question produit ce frisson et ce plaisir à redécouvrir, toujours d’actualité. Voilà autant de paramètres qui permettent de véritablement jauger l’impact d’une oeuvre avec plus d’objectivité, une fois que le temps à fait son oeuvre.

Lire la rétrospective →

Lire la suite CunninLynguists « A Piece of Strange » [10 years anniversary edition]

Cunninlynguists « Strange Journey Volume Three » @@@@½


SJV3

Cinq ans après les doux souvenirs des deux mixtapes Strange Journey parues en 2009, Deacon The Villain, Natty et Kno le ‘Primo emo’ (comme il se décrit sur sa bio Twitter) viennent nous embarquer sur la quatrième place libre de leur coupé rétrofuturiste équipé de l’intelligence artificielle Miley3000. En route sans tarder pour cette troisième escapade. « Oh, and try not to die ».

Lire la suite Cunninlynguists « Strange Journey Volume Three » @@@@½

CunninLynguists « Oneirology » @@@@½


La sciences des rêves, c’est la traduction française de l’intitulé de ce cinquième album du trio hip-hop emblématique du Kentucky.

Où la réalité est un cauchemar éveillé et les rêves une issue de secours pour l’esprit…

Où les fictions paraissent plus vraies que nature…

Où des voix spectrales hantent les samples…

Où les textes de rap embrassent la mythologie grecque…

Lire la suite CunninLynguists « Oneirology » @@@@½

Kno of CunninLynguists « Death is Silent » @@@@


L’autre fois lorsque j’effectuais une recherche sur Kno des CunninLynguists, je tombe sur sa page Wikipédia française (le premier lien qui m’apparaît sous le nez) et je lis en fronçant les sourcils « l’un des plus grands producteurs de rap de tout les temps ». Pas une autoproclamation de la part du producteur/rappeur originaire du Kentucky, juste une phrase d’un inconnu dont la vérité est criante.

Rien que le nom de Cunninlynguists fait frémir tout hip-hop listener qui se respecte (et les ignorants obsédés sexuels par la même occasion), c’est dire à quel point le travail de Kno est édifiant. Vient s’y rajouter Death Is Silent, un album en noir et blanc où l’alcoolémie de la tristesse, les abymes obscures de la mélancolie et le desespoir de la solitude n’ont jamais paru aussi beaux que nature.

Lire la suite Kno of CunninLynguists « Death is Silent » @@@@

CunninLynguists « Strange Journey Volume One » @@@1/2


cunninlynguists-strange-journey-vol-1Les Cunninlynguists sont actuellement en tournée, en ayant évidemment fait escale en France début Avril à Lyon et à Paris, où ils partageaient la scène avec Pharoahe Monch. Quoi de plus normal pour ce groupe extraordinaire d’aller à la rencontre de leur public partout dans le monde. Ce n’est rien de dire que Kno, Deacon et Natty sortent de l’ordinaire et s’échappent des sentiers battus du Hip Hop, un peu comme ce récit de leurs aventures en Europe et aux Etats-Unis, raconté dans ce recueil d’inédits et de remixes, Strange Journey Volume 1. Point de départ de leur trip, Stockholm, au volant d’une vieille fourgonnette volée… Rien de normal jusque là. 

Lire la suite CunninLynguists « Strange Journey Volume One » @@@1/2

Inverse « So True EP » @@@@


frontcoverDans la musique comme dans la vie de tous les jours, on croise partout où l’on va une population d’inconnus en leur prêtant aucunement attention au-delà de leur présence. Rarement se dit-on qu’on l’on pourrait rencontrer au hasard de nos rencontres des personnes sur notre chemin qui pourraient être très intéressantes, comme on ne fait pas souvent attention à un CD dans les bacs qui pourrait nous être un gros coup de cœur sans qu’on le sache au premier abord.

Je ne vois pas trop comment expliquer pourquoi j’ai écouté cet EP. La question du ‘comment’, oui certainement, en l’écoutant en streaming sur HipHopDX. Mais les raisons de cet intérêt pour un rappeur, Inverse, qui m’est totalement inconnu… je ne sais pas trop. D’abord parce que ça m’est donné gratuitement. Mais cet argument ne suffit pas pour provoquer l’envie. Cette envie est probablement née de cette impression de bien-être perçu sur la pochette, montrant l’aurore se reflétant sur un océan, et le titre, So True. En ce moment c’est vrai que j’ai envie de ‘vrai’, quelque chose de zen et d’agréable, de sensations pures (sans vouloir reprendre un célèbre slogan publicitaire), c’est peut-être ce mécanisme qui m’a amené à écouter ces extraits plus que la nouvelle tape d’untel. Mon flair ne m’a pas fait défaut puisque ma satisfaction concernant cet EP de musique hip-hop fut pleinement assouvi. Petit moment de détente… 

Lire la suite Inverse « So True EP » @@@@

Cunninlynguists « Dirty Acres » @@@@


Quelle fut ma réjouissance d’apprendre l’arrivée d’un quatrième album des Cunninlynguists. Mais j’avoue qu’une appréhension me guettait de près quelques jours avant sa date de naissance officielle (prématurée par les internautes), surtout que cet opus fait suite à trois classiques underground consécutifs, dont leur fabuleux chef d’œuvre A Piece of Strange. Je n’attendais donc pas Dirty Acres de pied ferme, honnêtement, plutôt comme un opus qui me procurerait beaucoup de plaisir à l’écouter sans nécessairement en jouir indéfiniment.

La copie de l’album une fois entre mes mains, l’écoute se révèle déroutante. D’habitude, c’est le signe précurseur d’un futur grand disque, mais je suis désolé, je n’arrive pas à me défaire de A Piece of Strange, à ne pas éviter de comparer Dirty Acres à son prédécesseur que je magnifie tant par sa beauté. C’est comme si le jardin d’Eden dans lequel les Cunninlyguists nous avaient fait mettre le pied avait fini en cendres, l’herbe desséchée et une végétation brûlée dont il ne reste que les troncs d’arbre et les branches calcinées. Le coup de Blues de l’Automne 2007.

Lire la suite Cunninlynguists « Dirty Acres » @@@@

CunninLynguists « A Piece of Strange » @@@@@


Je me rappelle très bien de cet Hiver 2006. Sessions de partiels, nuits courtes, jours froids et sans soleil, déprime passagère, St Valentin seul, les conditions idéales pour avoir le moral au même niveau que les températures, soit autour de zéro. Une seule envie subsistait : m’enfermer dans ma piaule avec quelques films téléchargés pour ressortir avec le retour de rayons de soleil.

Mais une autre idée m’est venue pour éviter de tourner en rond à broyer du noir, comme flâner dans les rayons de Gibert Musique. Dans les rayons des nouveautés, que de vieux, il y a généralement peu de sorties intéressantes en début d’année. Si ce n’est ce disque là, dont j’ai lu énormément de bien sur Rap2K, avec sa pochette montrant le dessin d’Eve toute mignonne tendant une pomme. La tentation était trop forte.

Lire la suite CunninLynguists « A Piece of Strange » @@@@@