CunninLynguists « A Piece of Strange » [10 years anniversary edition]


La différence importante entre une chronique et une rétrospective est évidente : le recul. Comment a vieilli l’album,  comment est-il perçu aujourd’hui, est-il devenu désuet ou bien indispensable, est-ce que l’emballement de la critique à sa sortie était justifiée, ou à l’inverse mérite-t-il qu’on le reconsidère, puis surtout, est-ce que l’album en question produit ce frisson et ce plaisir à redécouvrir, toujours d’actualité. Voilà autant de paramètres qui permettent de véritablement jauger l’impact d’une oeuvre avec plus d’objectivité, une fois que le temps à fait son oeuvre.

Lire la rétrospective →

Le mois de Janvier 2006 restera gravé à jamais dans la mémoire des hip-hop heads comme étant la sortie de ce bijou de perfection qu’est A Piece of Strange des CunninLynguists. Ce troisième opus du trio indépendant issu de la ville de Lexington, dans le Kentucky, possède de très forte probabilités de figurer dans le top 10 des meilleurs album hip-hop des années 2000 (tout styles confondus). Un cas exceptionnel. Une décennie plus tard, ils nous offrent quelque chose d’encore plus beau : un package spécial 10e anniversaire. Au choix, une édition deluxe triple CD (que je vais développer), un superbe double-vinyle, ou bien la totale avec T-Shirt et autres goodies.

Alors l’édition triple-CD, c’est un disque pour l’album remasterisé. Avec ou sans lifting,  l’album est toujours parfait et n’a pas pris une ride. La magie opère comme au premier jour. Menu du second disque : un inédit (« Vitriol« ), cinq remixes et tous les instrumentaux. « Vitriol » est un titre enregistré durant les sessions d’APOS. Sample de mandoline et de chant d’opéra, avec un finish à la guitare électrique bluesy et scratches, on comprend et on ne comprend pas à la fois pourquoi ce morceau n’a pas été retenu, mais on s’en fout parce que dans le fond, c’est du très bon. Les remixes de « Brain Cell« , « America Loves Gangsters » et « The Gates » possèdent une vibe plus éclairée que les originaux ce qui donne une autre lecture par rapport aux originaux. « Hellfire » a droit à une refonte dans une version rock jouissive tandis que « The Light » est plus une version alternative puisque certaines instrumentations restent les mêmes.

Enfin, le troisième disque est l’intégralité de l’enregistrement de A Piece of Strange en live (avec des instruments live s’entend) à New York en 2009. Un échauffement avant de les revoir bientôt dans nos contrées franchouillardes. Si vous êtes un grand amoureux de ce chef d’oeuvre, faites-vous un beau cadeau, c’est tout ce que j’ai à dire.

 

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s