Archives du mot-clé Kane Beatz

Wale « SHINE » @@½


Cinq albums studio plus tard, Wale n’a plus du tout la cote. Oui, je compte dedans ce nouvel album SHINE qui vient tout juste de sortir et pas très fraîchement comme vous pourrez le lire, ou l’écouter si vous vous ennuyez. Non vraiment, le rappeur de Washington DC continue de se reposer sur ses lauriers avec cette attitude de newcomer qui a percé en oubliant que ça fait déjà loin.

Lire la suite Wale « SHINE » @@½

Casey Veggies « Live & Grow » @@@½


Une courte biographie du jeune homme. Casey Veggies faisait longtemps partie de ce vaste réservoir d’espoirs du rap Westcoast. Quand il sort ses premières mixtapes à l’âge de 16 ans, il ne se rend pas compte qu’il contribuera plus tard à l’émergence des Odd Future dont il est l’un des fondateurs avant de s’en éloigner pour poursuivre sa propre voie.

Il reste malgré tout pote avec la bande à Tyler et sort un album indépendant Sleeping in Class à seulement 18 ans. Les choses s’accélèrent ensuite en fréquentant Mac Miller, les Pac Div, Dom Kennedy et Earl Sweatshirt alors que sa très appréciée mixtape Life Changes lui donne son ticket d’entrée en major chez Epic au début de l’année 2013. Life & Grow répond-il aux promesses?

Lire la suite Casey Veggies « Live & Grow » @@@½

Boosie Badazz « Touch Down 2 Cause Hell » @@@@


Lil Boosie est de retour des enfers. Depuis 2008 qu’il avait la justice américaine sur le dos pour des affaires de drogue, s’était rajouté une inculpation pour meurtre en 2010. Il réchappe deux ans plus tard du couloir de la mort après que le jury l’ait déclaré non-coupable, pas pour rien qu’il ait appelé sa récente mixtape Life after Deathrow.

Mais les dossiers pour ses problèmes de drogue s’entassent et le rappeur de Bâton-Rouge prend huit ans ferme. Finalement il retrouve la liberté l’été dernier, et il n’est plus le même homme. Appelez-le maintenant Boosie Badazz.

Lire la suite Boosie Badazz « Touch Down 2 Cause Hell » @@@@

Nicki Minaj « The Pinkprint » @@@


Plus ou moins louche dans ses pléthores de « tops » en tout genre, le magasine Complex déclare la chose suivante :  Nicki Minaj est la meilleure rappeuse de 2014, avec marqué en gros « Queen of Hip Hop ». Précisons : parmi celles signées en maison de disque et actives depuis 2010, parce que si on compte les female rappers underground actuelles et toutes celles qui ont pavé ton chemin dans les années 90 et 2000 (Lil Kim, Lauryn Hill, Missy Elliott, Queen Latifah…), elle est elle n’est pas des mieux classées.

Cependant que Nicki s’est calmée sur les perruques et couleurs voyantes, j’ai curieusement envie de trouver la first lady de Young Money plus attrayante sur The Pinkprint, son troisième album. Et surtout depuis qu’Iggy Azaela, sa rivale désignée, a débarqué avec ses passes-droits, on se dit que dans le fond Nicki Minaj est plus crédible qu’on osait l’avouer.

Lire la suite Nicki Minaj « The Pinkprint » @@@

Wiz Khalifa « Blacc Hollywood » [deluxe] @@½


Corps  squelettique tatoué et fumée de weed, pas de doute, c’est bien Wiz Khalifa dont il s’agit sur la photo, cela suffit pour l’identifier. Mais ce serait totalement réducteur vis-à-vis de son parcours incroyable. Fils de militaires, il a déménagé durant son enfance au Japon et en Allemagne avant de s’installer à Pittsburgh où il va se lancer dans le rap en signant chez Rostrum Records. Après huit ans de hits et de taf, Wiz mène une vie rêvée et compte aujourd’hui son 3e album en major, en étant toujours signé sur le label local.

Lire la suite Wiz Khalifa « Blacc Hollywood » [deluxe] @@½

Rich Gang @½


Rich Gang est le nom de cette super-compilation regroupant les artistes Cash Money Records actuels ainsi que le roster de Young Money, son sous-label (ce terme est ambigü n’est-ce pas). Avec bien entendu leur son YMCMB actuel, c’est-à-dire de la soupe pop-rap industrielle bourrée d’émulsifiants, colorants et édulcorants.

Lire la suite Rich Gang @½

Meek Mill « Dreams & Nightmares » @@@


Si Meek Mill a démarré 2e du Billboard US avec Dreams & Nightmares, ça n’a rien d’un hasard. Repéré par T.I., qui le signa un temps sur Grand Hustle (souvenir de son interview dans Rap Mag spécial Philadelphie), le rappeur originaire de la Côte Est est débauché par Rick Ross en 2011 pour rejoindre la consession Maybach Music Group. Il sort deux mixtapes Dreamchasers qui ont bien buzzé, participe activement aux volumes de Self Made, bénéficie naturellement de la puissance et de l’influence de son label, de l’appui des 150 kg de Rozay pour lui faire sa promotion, et il est crédible dans la rue, il a fait un peu de prison dans sa jeunesse (pour port d’arme). Et le talent dans tout ça?

Lire la suite Meek Mill « Dreams & Nightmares » @@@

Slaughterhouse « welcome to: Our House » @@@


Quand les Slaughterhouse ont signé chez Shady Records en 2011, on s’était dit que c’était mérité pour Joell Ortiz, Joe Budden, Royce Da 5’9 et Crooked I, qu’ils ont enfin obtenu reconnaissance. C’était une très bonne nouvelle pour eux et aussi pour Eminem, qui après le démantèlement des D12, signe un super-groupe au potentiel inexploité. La question était de savoir comment il allait être exploité sur Welcome to our House.

Lire la suite Slaughterhouse « welcome to: Our House » @@@

Lupe Fiasco « Lasers » @½


« You putting me to sleep nigga (Dumb it down)
That’s why you ain’t popping in the streets nigga (Dumb it down)
You ain’t winning no awards nigga (Dumb it down)
Robots and skateboards nigga? (Dumb it down)
GQ Man Of The Year G? (Dumb it down)
Shit ain’t rocking over here B (Dumb it down)
Won’t you talk about your cars nigga? (Dumb it down)
And what the fuck is goyard nigga (Dumb it down)
Make it rain for the chicks (Dumb it down)
Pour champagne on a bitch (Dumb it down)
What the fuck is wrong with you? (Dumb it down)
How can I get on a song with you? (Dumb it down)
»

C’est le dernier refrain de « Dumb It Down », un des singles de The Cool. À lire entre les lignes, Lupe Fiasco affirmait ne pas se plier au diktat des directeurs artistiques des maisons de disque, qu’il tenait à faire sa musique rap comme il l’entendait… Le MC prodige prévoyait même une trilogie baptisée LupEND. Mais en perdant au bras de fer contre son label Atlantic Records, le emcee de Chicago peut aller pleurer comme un loser. Lasers mériterait d’être le ‘the end’ de sa carrière.

Lire la suite Lupe Fiasco « Lasers » @½

Nicki Minaj « Pink Friday » @@


La nouvelle Black Barbie du rap game, c’est elle, la first bitch (qui a dit lady???) de Young Money Entertainment, l’ex-playmate Nicki Minaj. Son incroyable talent se résume à la règle des ‘4 B’ : big booty big boobs (non biologiques). Et elle l’assume absolument, son image de Harajuku Barbie (Barbie japonaise, NdR), preuve en est avec la pochette fond rose Moltonel de Pink Friday, une vraie poupée articulée aux mensurations parfaites jusqu’à ses jambes interminables.

Avec quoi, avant même de sortir son premier album, elle a déjà tout raflé aux BET Awards 2010 : Meilleure Artiste féminine Hip-Hop, Meilleur Nouvel Artiste, Meilleur Groupe avec Young Money, Rookie de l’Année, la catégorie ‘Made You Look’ et Choix du Public. Avec sa plastique de bombe anatomique, normal qu’il y ait du monde au balcon. Ce qui attire ma curiosité sur cet album, c’est qu’il paraît qu’elle sait faire des tas de choses avec sa bouche.

Lire la suite Nicki Minaj « Pink Friday » @@

Lil Wayne « I Am Not a Human Being » @@@½


Les affaires tournent à plein régime pour Lil Wayne. Sa compilation We Are Young Money et son pseudo album rock autotuné Rebirth sont chacun plaqués or, son poulain Drake est platine, son featuring sur le single « No Love » d’Eminem fait un tabac et son nouvel album I Am Not A Human Being (Young Money/ Cash Money/ Universal) s’est s’est déjà écoulé à plus de 300 000 exemplaires (digitaux et physiques), tout ça alors qu’il termine de purger sa peine pour port d’arme illégal dans sa cellule de confinement à Rikers Island.

À la base I Am Not A Human Being devait être édité sous forme d’un EP mais il contient au final une dizaine de titres inédits (+ 3 bonus tracks) probablement enregistrés avant de finir entre les barreaux, faisant l’intermédiaire entre Tha Carter III et le 4e volet programmé pour bientôt. Rarement j’ai vu une personne d’aussi hyper-active dans le rap game, autant qu’un 2Pac. Surhomme ou alien?

Lire la suite Lil Wayne « I Am Not a Human Being » @@@½

Young Money « We Are Young Money » @@@½


Chroniques de la Nouvelle-Orléans, épilogue. Pas la peine de tester la popularité de Lil Wayne, dont l’omniprésence déborde largement de la scène rap. Actuellement en prison, les colonnes des magasines et websites rap ne désengorgent pourtant pas, on trouve toujours matière à parler de lui même lorsqu’il ne fait rien. Il est arrivé à un stade tellement stellaire que n’importe quelle personne gravitant autour de lui est éclairé par le feu des projecteurs.

C’est là que j’en arrive à ma transition. Une théorie dans le rap game veut que derrière chaque superstar du rap se tapit dans l’ombre un crew, qu’il a formé avant ou après son succès peu importe, et un label. Weezy a fondé sa prorpre structure Young Money Entertainment en 2005 peu avant la sortie de The Carter II, en licence chez Cash Money Records et distribué par Universal Motown. La compilation We Are Young Money a cette fonction de mettre la lumière sur les recrues du label.

Lire la suite Young Money « We Are Young Money » @@@½

Robin Thicke « Sex Therapy : the session » @@@@


Il est beau-gosse, il a trop la classe, il chante très bien et aucun mec n’en est jaloux tellement c’est un gentleman sympa. Et désolé pour vous mesdames, son couple fonctionne à merveille puisque lui et sa femme, la mannequin Paula Patton, attendent leur premier enfant pour 2010.

Aujourd’hui arrivé à son quatrième album, le crooner du label Star Trak profite de son statut de valeur sûre de la soul/r&b pour diversifier son catalogue. Portant cette référence à Marvin Gaye, Sex Therapy se veut plus flashy et moins vintage, plus osé et moins romancé, plus dancefloor que down-tempo, avec plus de collabos que de solo. Avec ces atours, Robin Thicke se veut plus divertissant et magnétique, tout en gardant son style et son charme.

Lire la suite Robin Thicke « Sex Therapy : the session » @@@@

Chamillionaire « Ultimate Victory » @@@@


Mesdames, messieurs, bonjour, vous êtes sur Chamilitary TV et voici les informations du jour.

 

Dans ces « Morning News », des vraies informations sur l’état du Pays de l’Oncle Sam et des problèmes intérieurs, de ses minorités non-visibles et de la musique rap sur écoute. Sans transitition, une mauvaise nouvelle pour les amateurs de musique urbaine. La « Hip Hop Police » a fait une nouvelle victime : Chamillionaire a été appréhendé par cette section spéciale des forces de l’ordre, alors qu’il roulait au volant de sa berline tunée. Le rappeur de Houston, qui a reçu l’année dernière un disque de platine pour Sound Of Revenge, a été menotté et puis emmené au commissariat par les forces de police, et ce devant de nombreux témoins. Chamillionaire est accusé de complicité dans des affaires douteuses, concernant d’autres membres de gang et de l’underground de Houston. L’inspecteur Slick Rick n’a pas souhaité porter de commentaire sur cette arrestation spectaculaire. Chamillionaire a pu être relâché après un interrogatoire houleux pendant lequel il déclare « n’avoir balancé personne. »

Lire la suite Chamillionaire « Ultimate Victory » @@@@

DJ Khaled « We The Best » @@@


« DJ KHALEEED !!! WE TAKIN OVER !! WE THE BEEEST !! THIS FOR THE HOOOD !! THIS FOR THE GHETTO !!! LISTENNN ! » Mais putain tu vas la fermer ta putain de gueule !!! Bon sang, il est insupportable ce type, une vraie plaie. On a vite compris que DJ Khaled était un pro de la méthode Coué dans le street-marketing de masse. Et le pire, c’est que ça marche. 

We The Best (Terror Squad/Koch Records) en chiffres : 12 titres seulement avec  l’intro et un skit ‘skippable’ (sans compter les trois bonus iTunes), 24 groupes/MCs et 6 producteurs/team producers différents (dont DJ Khaled). Dans le classement du nombre d’apparitions, ce n’est pas Lil Wayne qui figure en tête de liste (non, sans blague) en en cumulant ‘que’ trois contre cinq pour Rick Ross. À égalité avec Lil Wayne, il y a Trick Daddy, Fat Joe puis les rappeurs présents deux fois, ex-aequo Jadakiss, Birdman et Dre. Côté production, les Cool & Dre produisent quatre morceaux, les Runners deux, comme DJ Khaled dont on se demande à quoi sert ce gros fainéant, à part hurler sur les toutes les pistes de sa compilation (peut-on sincèrement parler d’album ?). La track qui contient le plus de featurings est « Bitch I’m From Dade County » avec sept invités au total, c’est moins que le remix de « I’m So Hood » qui en réunit neuf (!) en rajoutant Big Boi, Ludacris et Busta Rhymes au compteur. Pour en finir avec les chiffres, We The Best s’est écoulé à plus de 350 000 disques aux US (avec un contrat en indépendant, je vous laisse estimer les royalties obtenues), ainsi qu’un disque d’or pour les 500 000 sonneries « We Takin’ Over » téléchargées.

Lire la suite DJ Khaled « We The Best » @@@