Archives du mot-clé Brother Ali

Brother Ali « All the Beauty in this Whole Life » @@@@


Après quatre ans de silence radio, Brother Ali reprend du service avec All the Beauty in this Whole Life, toujours sur le label Rhymesayers pour qui il voue une haute fidélité. Haute fidélité comme le hip-hop que lui, Atmosphere et les autres membres de la structure indépendenante propose depuis deux décennies. Et en parlant de fidélité, ou de loyauté si vous préférez, Ali a retrouvé ses vieilles habitudes en sollicitant Ant (le producteur d’Atmosphere) pour l’intégralité de la production de ce 6e album, Jake One étant trop occupé par son side-project funk Tuxedo.

Lire la suite Brother Ali « All the Beauty in this Whole Life » @@@@

Talib Kweli, 9th Wonder « Indie 500 » @@@½


Un rappeur engagé et réputé de New-York, plus un producteur extrêmement apprécié, un projet commun ambitieux rassemblant pas mal de figures de rap underground, le tout emballé dans un très chouette artwork (pour ceux qui aiment le sport automobile), voilà l’alléchante fiche descriptive d’Indie 500.

Lire la suite Talib Kweli, 9th Wonder « Indie 500 » @@@½

R.A. The Rugged Man « Legends Never Die » @@@@½


Il ne fait pas partie du top10 des meilleurs MCs de la planète et pourtant, il en a largement le potentiel. Lui, c’est R.A. The Rugged Man, rappeur blanc totalement déglingo découvert au début des années 90, co-signé par Notorious B.I.G,. mais dont la carrière a débuté sur le tard, en 2004 avec Die, Rugged Man, Die. Il n’est pas très présent dans l’underground new-yorkais mais chacune de ses apparitions en featuring provoque un traumatisme psychologique. Son couplet sur « Uncommon Valor: a Vietnam Story » des Jedi Mind Tricks a indéniablement marqué les cervelles au fer rouge. Il aura fallu attendre neuf longues années pour qu’un second album, Legends Never Die, voir le jour chez Nature Sounds (laissons de côté la compilations de ‘lost and found’ Legendary Classics) pour démontrer que sa folie n’est une légende urbaine : il est fou, complètement fou.

Lire la suite R.A. The Rugged Man « Legends Never Die » @@@@½

Brother Ali « Mourning in America and Dreaming in Colors » @@@@½


Il est blanc, il est albinos, il est musulman, ancien SDF et il est américain. Brother Ali a tout d’une anomalie dans ce bas monde. Ce qui ne l’a pas empêché depuis une décennie d’être devenu l’un des rappeurs indé les plus respectés et appréciés du milieu. Il publie cette rentrée chez Rhymesayers son cinquième long-format, Mourning in American and Dreaming in Color, non pas produit par son collaborateur historique Ant (la moitié du duo Atmosphere) mais Jake One, producteur indépendant issu de la même maison qui n’a à rougir de son CV.

Lire la suite de la chronique sur Now Playing →

Brother Ali « The Bite Marked Heart EP » @@@@


Avec tout ce flot de mixtapes et EP téléchargeables gratuitement qui saturent les débits sur les internets, il me devient quasi impossible de tout écouter et encore moins de chroniquer quand l’occasion se présente. C’est pourquoi j’ai décidé il y a quelques mois de ne parler que des digitalbums qui en valent la peine selon moi, comme ce fut le cas de Back to the First Time de Luda, le très bon The Big 10 de 50 Cent et puis ce free EP de Brother Ali diffusé pour cette Saint Valentin.

Lire la suite Brother Ali « The Bite Marked Heart EP » @@@@

Immortal Technique « The Martyr » [free album] @@@


Maintenant que le Président des Etats-Unis est afro-américain, on se demande où sont passés tous ces réacs aux discours anti-Bush anti-républicains anti-capitalistes antiques. L’un d’entre eux, Immortal Technique, donne signe de vie avec son album gratuit The Martyr, comme après un retour de guerre.

Lire la suite Immortal Technique « The Martyr » [free album] @@@

Statik Selektah « Population Control » @@@½


Voici venir la livraison annuelle de Statik Selektah intitulée Population Control et publiée chez Duck Down Records. La formule de ce quatrième album du producteur de Boston reste la même, avec son lot d’habitués (Termanology, Reks, Talib Kweli, Styles P, Saigon, Bun B, Sean Price, Joell Ortiz, Colin Munroe, Skyzoo), les rookies du moment (Action Bronson, XV, Jon Connor, LEP Bogus Boys, Dom Kennedy, Rapsody, Mac Miller, Pill de Maybach Music, Smoke DZA, Big K.R.I.T…) et d’autres figures comme Brother Ali, les Strong Arm Steady, le rappeur chrétien Lecrae et Scram Jones.

Lire la suite Statik Selektah « Population Control » @@@½

BK-One with Benzilla « Radio do Canibal » @@@@


Quand BK-One ne joue pas des platines aux concerts de Brother Ali, il écume l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud. Et des fois il produit ses propres sons avec Benzilla. La structure indépendante Rhymesayers lui offre alors l’opportunité de sortir son premier album portant le nom Radio do Canibal, en référence à ses influences latines, en comptant sur ses nombreux contacts venus participer à ce projet : Slug, Murs, Scarface, Phonte, P.O.S., Brother Ali bien entendu, Raekwon et Black Thought des Roots pour ne citer que les plus connus.

Lire la suite BK-One with Benzilla « Radio do Canibal » @@@@

Brother Ali « Us » @@@@1/2


Kaïen Shiba : « Il y a deux sortes de batailles… Celles pour défendre sa vie et celles pour défendre son honneur. C’est ça la théorie du capitaine Ukitake. Mais moi… tu vois… Je crois qu’au fond, cela revient à défendre la même chose. »

Rukia Kushiki : « Ah bon… laquelle ? »

Kaïen Shiba : « Son coeur. […] Et donc je voulais te demander Kushiki, où se trouve ton coeur? »

Rukia hésite, réfléchit et pose, indécise, la main sur son coeur : « Euh, eh ben, par ici non? »

Kaïen Shiba, serrant son poing entre Rukia et lui : « Ce à quoi je pensais, c’est que le coeur est ici. Entre toi et moi. Car je pense que le coeur naît au départ entre deux personnes. Il n’est pas dans notre corps. C’est quand on pense à quelque chose ou qu’on a des sentiments pour quelqu’un que le coeur nait. »

– Bleach, tome 30 –


A peine rentré de tournée que Brother Ali sortait l’EP The Truth Is Here qui faisait l’intermédiaire entre The Undisputed Truth et ce nouvel LP qu’est Us, dont certaines infos avaient filtré lors de son interview sur Streetblogger publiée au Printemps. Pas le temps de souffler, le MC chocolat blanc de Rhymesayers reprend le mic pour prêcher la bonne parole à travers le rap. « Brothers & Sisters », écoutez le message de frère Ali, c’est Chuck D qui vous le dit !

Lire la suite Brother Ali « Us » @@@@1/2

Brother Ali « The Truth Is Here EP » @@@@+1/2


Quand on rentre à la maison après plusieurs mois de vadrouille partout aux Etats-Unis et ailleurs, on lâche habituellement un long soupir de soulagement en pensant au repos mérité. Encore plus quand on a tourné pendant près de deux ans avec Rakim et Ghostface, rempli de nombreuses salles en tant que tête d’affiche jamais au même endroit chaque jour et un album (The Undisputed Truth) qui a plu la presse hip-hop et s’est bien vendu, faisant rejaillir sur lui toute l’estime de cet emcee underground des plus doués de sa génération.

Brother Ali est la personne la mieux placée pour nous raconter son retour chez lui sur « Real As Can Be« , première piste de The Truth Is Here EP, un checkpoint dans sa carrière avant de ressortir un nouvel album prévu pour l’Automne 2009.

Lire la suite Brother Ali « The Truth Is Here EP » @@@@+1/2

Zion I « The Takeover » @@@


 zion-i-the-takeover-cd-cover-album-artIl arrive toujours un moment dans la carrière d’un artiste ou d’un groupe de vouloir rassembler un public plus large en ‘mainstreamisant’ leur son. On n’est pas là pour critiquer ce choix que l’on espère mûrement réfléchi, je pense qu’une personne est consciente des risques qu’elle prend lorsqu’elle change d’orientation. Le mieux c’est de ne pas se poser de questions et de faire fi des on-dit. Mais doucement quand même parce que ça peut être casse-gueule. Les californiens Zion I n’ont jamais rien fait comme les autres et The TakeOver (Gold Dust Media) appartient à ce moment décisif où un groupe veut s’ouvrir vers des horizons plus radieux en faisant un saut… périlleux.

Lire la suite Zion I « The Takeover » @@@

Jake One presents « White Van Music » @@@1/2


Jake One fait partie de ces producteurs discrets qui possèdent une polyvalence leur permettant de figurer sur les crédits d’albums de rappeurs underground, indé ou mainstream. Ma première rencontre avec ce talent de la prod, ce fut en 2004 avec « Rock.Co Kane Flow » des De La Soul feat MF Doom, un instru démentiel qui variait de tempo. Puis plus tard, à force de scruter les livrets de CD, je me suis aperçu qu’il apparaissait aussi sur les albums du G Unit et Curtis de 50 Cent. Jake pratique le grand écart, c’est un fait avéré, sans jamais renier son style de base, plutôt standard (beat, sample…) mais relativement personnel musicalement. Comme Hi-Tek avec sa trilogie Hi-teknology, à son tour de briller avec White Van Music (publié chez l’indépendant Rhymesayers), un album compilant la crème de la crème en matière de hip-hop aujourd’hui. 

Lire la suite Jake One presents « White Van Music » @@@1/2